— Sept, antenne musicale, atlas sensible et subjectif des musiques expérimentales, est un outil pour l’exploration de sonorités atypiques, en faisant se croiser et se confronter différentes générations d’artistes, qui ont oeuvré et oeuvrent toujours dans ces champs mouvants et incertains. (...) — Sept, antenne musicale, atlas sensible et subjectif des musiques expérimentales, est un outil pour l’exploration de sonorités atypiques, en faisant se croiser et se confronter différentes générations d’artistes, qui ont oeuvré et oeuvrent toujours dans ces champs mouvants et incertains.
Sur cette antenne seront publiés de manière mensuelle des créations sonores d’artistes invités, des enregistrements de concerts et de performances, ainsi que des mix musicaux.
▼ Mois
▼ Auteur-s
▼ Programme
▼ Catégorie
 

cl4ss1f13d [carte blanche à bela part.2]

 

cl4ss1f13d (diesel refueler, 2351, 160118)

 

Le service militaire en Corée du sud

est à ce jour encore obligatoire pour

les jeunes hommes. 91% d’entre eux

se voient appelés et doivent effectuer

deux années de service sous peine

d’emprisonnement, ou de devoir

renoncer à leur nationalité.

Deux longues années dans l’une des

trois branches de l’armée (air, marine,

terre) souvent vécues comme une

grand violence, aussi bien

psychologique que physique

(L’ONG Asian human right évoque

une « violence institutionnalisée »

menaçant chaque conscrit).

C’est dans ce contexte particulier

que bela, artiste auquel est consacrée

la première carte blanche sur l’antenne

Sept de la r22 tout monde,

et actuellement en train de servire sur une

base de la ROK Air Force (대한민국 공군),

a réalisé

«cl4ss1f13d (diesel refueler, 2351, 160118)».

Un objet sonore hybride, au croisement

entre le mix, le field recording,

la documentation d’un acte performatif,

et la pièce sonore; enregistré à l’aide

d’un téléphone portable (objet interdit

sur la base), cette diffusion de

morceaux de musique sur l’autoradio

d’un camion de ravitaillement diesel,

nous projette dans le quotidien de

l’artiste appelé.

La musique qui nous parvient à travers

les filtrages successifs (système de

diffusion, bruits « parasites » du

camion et des avions présents sur

la base, système d’enregistrement, etc.)

est alors envisagée comme un élément

intime, constitutif d’une identité propre,

à l’endroit même ou l’individu et

l’individuel tendent à être mis à l’écart

au profit du groupe.

 

44:44 PROJECT [carte blanche à bela part.1]

 

Cette première carte blanche sur l’antenne

Sept est l’occasion de donner la parole

à l’artiste bela (Paju, Corée du Sud).

Une exploration du passé, du présent

et du future, à travers la publications de

plusieurs pièces sonores et mixes.

Pour cette première partie, retour sur

le projet 44:44, co-réalisé avec l’artiste

MLCYBABY, et qui avait donné lieu à

une exposition en juillet 2017 dans la

galerie séoulite Archive Bomm. Sous

le pseudonyme de MDBRKN, bela

avait alors réalisé une pièce sonore

de 44 minutes et 44 secondes,

bande son de l’exposition.

 

44:44

 

tétraphobie: aversion ou peur du nombre quatre

 

Depuis l’hiver 2016, MDBRKN et MCLYBABY

ont imaginé dans un aller-retour d’idées la

synthèse et la traduction physique de

plusieurs états émotionnels (anxiété,

dépression, ennui, humiliation, etc.) en

un lieu. les stigmates prennent forme:

éclats de miroir, brindilles, eau de pluie, 

vagues, chantiers de constructions,

ruines…

Un son sans forme propre emplit l’espace

pendant 44 minutes et 44 secondes,

associé à des fragments d’images

répétés. Les sons et les images

combinées convoquent et disposent les

sentiments à nu sur le sol.

 

« Sick of the relentless ennui, she questions

if she is human at all. She quit cussing like

she used to when she‘s exhausted;

it’s empty nowAfter crawling through

a narrow and filthy alley, she finds her

4x4m size room just to fall asleep.

She lost sense of either she is having

a nightmare or standing on her legs in

reality with this intense headache.

Digital clock at the wall reads AM 4:44; 

she looks into the mirror – Is it a ghost or

a mirror? »

crédits sonores : bela/MDBRKN
crédits visuels : MLCYBABY
Sept sur Facebook : @septradio

Hodos #2 : À L’heure opale

[Strasbourg • France]

 

LE PROPHÈTE

 

L’enfant qui parlait au nom du soleil

allait par les rues du village mort,

les rats couraient vers ses pieds nus

lorsqu’il s’arrêtait au carrefours.

 

L’enfant appela d’une voix pleine de galères,

de voiles blanches et de poissons volants,

et les hommes changés en pierre

s’éveillèrent en grinçant.

 

C’était l’aube annoncée par les flèches

                                              [sifflantes

des joyeux archers du voisinage,

les hommes venaient, chacun portant sa nuit

comme on porte une ombrelle.

 

Ils s’accroupirent autour de l’enfant,

et leurs gros yeux rouges riaient,

et leurs larges bouches crachaient

du sable à travers les dents.

 

L’enfant qui parlait au nom du soleil

dit:  « N’écoutez plus le chant du coq stupide »,

et les hommes aux longues lèvres se tapaient

le derrière sur les pavés.

 

L’enfant dit: « Vous riez, vous riez,

mais lorsque vous vous éveillerez

avec du sang plein les oreilles,

alors, vous ne rirez plus. »

 

Sa tête tomba, écrasante et chaude

sur l’épaule d’une jeune femme ;

elle cru qu’il voulait l’embrasser

et se mit à rire d’effroi.

 

« Vous riez, vous riez, lui dit-il,

– et les vieux montraient leurs crocs jaunes –

votre rire n’est pas l’aumône

que réclame la Gueule céleste.

 

Il lui faut vos nourrissons,

vos nez fraîchement coupés,

il lui faut une moisson

d’orteils pour son souper.

 

Elle rit, elle rit, la grande Gueule,

elle brille, elle grésille,

vous riez, vous riez, épouvantables aîeule,

mais bientôt, grand mère, vos fils et vos filles ne

                                                          [riront plus.

Vous riez sous vos parasols de nuit,

ils vont craquer, ils vont craquer,

entendez rire la grande Gueule,

car bientôt vous ne rirez plus. »

 

René Daumal

Le Contre-Ciel, 1955

 

Tracklist :

Otomo Yoshihide – Cathode #2

Ellen Arkbro – For Organ and Brass

Tarab – Untitled

Luc Ferrari –  Presque Rien No. 2

(Ainsi Continue la Nuit dans ma

Tête Multiple)

Costin Miereanu – La Colline Bleue

Kara-Lis Coverdale – Grafts

_______ – Sea (field recording)

Marta Forsberg – Disquiet (Heart)

Jocy de Oliveira – Wave Song

Tarab – Untitled

Ryuichi Sakamoto – Kokubousoushou

Yves Tumor – Limerence

"Hodos" est une série de mix musicaux créée par Victor Donati pour Sept, antenne musicale, atlas sensible et non exhaustif des musiques expérimentales.
illustration : Melek Zertal

Raw Live Recording #2: Le Verdouble

[Paris • France]

 

Le Verdouble est un duo de vielles à roue, composé d’Yvan Etienne et Yann Gourdon. Ensemble, ils explorent la résonance des corps, notamment architecturaux, et questionnent le temps de l’écoute et les états induis par ces paramètres*.

 

Cette captation a été réalisée à l’église Saint-Merri à Paris, en septembre 2016, au cours de la Nuit de Noces de la Nòvia, évènement organisé par le festival Crack et Sonic Protest**.

 

L’église, de par ses caractéristiques physiques, possède des propriétés résonantes importantes. Les roues tournent, les motifs se répètent, progressent et se perdent; l’espace résonne, les ondes fusent, se choquent et s’entremêlent ; l’air frémit.
 

https://www.la-novia.fr/le_verdouble.html
** http://www.sonicprotest.com/2016/24-septembre-2016/ 

«Raw Live Recording» est la série de captations brutes de performances, concerts et dj sets de l'antenne «Sept».
Prise de son: Victor Donati

Raw live recording #1 : Dedekind Cut

 

[Paris • France]

 

Dedekind cut, artiste new yorkais proche de « Non Worldwide », un mouvement d’artistes africains et issus de la diaspora africaine*, aujourd’hui encore sous représentés et souvent invisibilisés dans le champs des musiques expérimentales, nous proposait en février 2017 à Paris une performance hors normes. Articulant musiques expérimentales, extrêmes, rythmiques, ambiantes, mainstream, underground…, dans un dj set à la structure non linéaire, affranchi des normes techniques du dj set tel qu’il est conçu dans les sociétés occidentales (dominantes) actuelles, l’artiste navigue plus de deux heures durant au sein d’un spectre sonore et émotionnel large et complexe.

 

*« A collective of African artists, and of the diaspora, using sound as their primary media, to articulate the visible and invisible structures that create binaries in society, and in turn distribute power. The exploration of ‘non, prior to the adjective, gives intel into the focus of the label, creating sound opposing contemporary canons »

https://nonafrica.bandcamp.com/music

Dj set enregistré au Petit Bain le 10 février 2017.
Un grand merci à Dedekind cut, au collectif I’ve seen the future, et à l’équipe du Petit Bain.
«Raw Live Recording» est la série de captations brutes de performances, concerts et dj sets de l'antenne Sept.

Hodos #1 : Journey from the Death of a Friend

[Strasbourg • France]

« Dans les environs, il y avait un ruisseau d’eau claire. J’y bus, poussé par l’habitude. Quand je remontai sur la berge, un arbuste épineux me déchira le dos de la main. La douleur inaccoutumée me parut très vive. Incrédule, taciturne, heureux, je regardais se former une précieuse et lente goutte de sang. « Je suis redevenu mortel, me répétais-je, de nouveau je suis pareil aux autres hommes. » Cette nuit-là, je dormis jusqu’à l’aube »

Jorge Luis Borges,  L’Immortel, 1947

Tracklist :

FFH – Waterside

Phill Niblock – P K & S L S

Lileh Choir Of Dmanisi – ’Zari’ Ritual Lamentation

Wolfram – SE

Eliane Radigue – Kyema, Intermediate States

Kevin Drumm – Triangles

Henry Wolff & Nancy Hennings – Spacelights

あらべぇMy Room Has Two Doors

Osso Exotico – Lisbon cathedral organ 4 

Charlemagne Palestine – Schlongo!!!daLUVdrone

Tucker Martine – Brood X

Yvan Etienne – La lueur

"Hodos" est une série de mix musicaux créée par Victor Donati pour Sept, antenne musicale, atlas sensible et non exhaustif des musiques expérimentales.
illustration : Melek Zertal