RADIOapartment22 est l’espace dédié aux interviews et chroniques issues des activités de L’appartement 22.RADIOapartment22 est l’espace dédié aux interviews et chroniques issues des activités de L’appartement 22.
▼ Mois
▼ Auteur-s
▼ Programme
 

Mind Moves Matter – Mohamed Larbi Rahhali / entretien avec Natasha Ginwala

[Rabat • Maroc] 
Mind Moves Matter est la première exposition montrant la pensée et le travail d’une vie de l’artiste tétouanais Mohamed Larbi Rahhali. Par une animation des formes du quotidien et une compréhension perspicace du temps qui, bien que profondément personnelle, s’étend aussi à une échelle planétaire, Larbi révèle la pratique de la vie en tant qu’expérience constante de la création artistique. L’espace-temps de L’appartement 22 va capturer l’atmosphère de la maison et studio d’artiste, rappelant un mini musée constitué d’une scénographie absurde, d’un re-traitement imaginatif d’objets trouvés et de dispositifs conçus pour évoquer les relations d’aujourd’hui entre l’homme et la terre.

Larbi possède un parcours professionnel multiple en tant qu’artiste visuel, ayant appris différentes techniques artisanales pratiquées dans la médina de Tétouan, construit des décors de cinéma élaborés et également travaillé à l’Institut des Beaux-Arts en tant que technicien les années précédentes. Par ailleurs, sa relation intrinsèque avec la mer en tant que pêcheur est crucial afin d’envisager sa pratique artistique comme un tout.

Dans une Gesamtkunstwerk réconciliant les vocabulaires conceptuels, scientifiques et artisanaux, nous sommes témoins des intérieurs infimes d’une boite d’allumettes, des mouvements d’un cadran solaire artisanal et de l’étendue complexe de filets de pêches englobant la connaissance de la mer qui agissent comme des dispositifs chorégraphiques entre l’ordre et le chaos, l’horizon de la mer et l’espace interstellaire, la mémoire personnelle et la psyché collective.

Commissaire : Natasha Ginwala ( délégation artistique)

RIF-POST RÉSIDENCES/EXPÉDITIONS – Sofia Aguiar / Audioguide

[Rabat • Maroc] 
Dans le cadre de la première partie de l’exposition RIF-POST RÉSIDENCES/EXPÉDITIONS à L’appartement22 du, 24 octobre 2014 au 15 février 2015, Sofia Aguiar revient sur les œuvres réalisées dans la Rif Résidence Sabra et FloraSabra est une œuvre collaborative autour de la broderie réalisée avec la communauté, autour du motif floral. Flora est un herbier des fleurs qui composent l’environnement proche de la résidence. Un couple de plants de Kif, autour des plantes de potager, met en tension les enjeux sociaux du contexte de la résidence. 
Pour plus d’informations, cliquez sur l’onglet « Transcription ».

RIF-POST RÉSIDENCES/EXPÉDITIONS – Tomas Colaço / Audioguide

[Rabat • Maroc]
Dans le cadre de la première partie de l’exposition RIF-POST RÉSIDENCES/EXPÉDITIONS à L’appartement22 du 24 octobre 2014 au 15 février 2015, Tomas Colaco revient sur son installation Vivre avec les autres, récréant le contexte de la création des œuvres au sein de la résidence dans l’espace d’exposition. Des objets du quotidien peints et collectés sont implantés et échangés dans le village de Beni Boufrah au sein de la communauté. Des performances ont également été réalisées avec ces mêmes objets tels qu’une série de selles d’ânes que l’artiste a peints et fait déambuler sur le dos d’un âne dans l’environnement et l’architecture autour de la résidence. Pour plus d’informations, cliquez sur l’onglet « Transcription ».

RIF-POST RÉSIDENCES/EXPÉDITIONS – Mustapha Akrim / Audioguide

Rabat • Maroc]
Dans le cadre de la première partie de l’exposition RIF-POST RÉSIDENCES /EXPÉDITIONS à L’appartement22 du 24 octobre 2014 au 15 février 2015, Mustapha Akrim parle d’Article 25, une série d’œuvres autour des articles de la nouvelle constitution marocaine datant de 2011. L’œuvre qu’il présente à L’appartement22, décontextualisée du lieu où l’œuvre a été créée, est la phrase gravée de l’article 25 sur un bidon de chantiers. La déclaration constitutionnelle est mise en porte à faux par la nature de l’objet, mais également par le contexte historique et politique du Rif, d’où provient l’objet. L’artiste définit le bidon comme une archive sur lequel viendraient se confronter deux temporalités.
Pour plus d’informations, cliquez sur l’onglet « Transcription ».

Greffer, Espalier, Dresser – Mohssin Harraki / Audioguide

[Rabat • Maroc]
Réalisé dans le cadre de l’exposition Greffer, Espalier, Dresser de Mohssin Harraki, qui a eu lieu du 25 juin au 16 août 2014 à L’appartement22, cet audioguide vous permettra de suivre cet événement à distance – à la fois dans l’espace et dans le temps. L’artiste y évoque son questionnement du lignage et de la filiation à partir d’une réflexion sur le motif de l’arbre généalogique appréhendé de façon littérale, comme une espèce végétale sur laquelle il serait possible de pratiquer l’horticulture. Un aperçu de son travail au son des outils qui y prennent part : meuleuse, arc à souder – lui permettant d’imprimer à même la surface du fer ses arborescences aux allures d’organigrammes.

 

Nous invitons nos auditeurs non-arabophones qui souhaiteraient en savoir plus à lire la présentation de l’exposition par Emma Chubb, disponible en cliquant sur l’onglet « Transcription ».

Greffer, Espalier, Dresser – Mohssin Harraki / entretien avec Emma Chubb

[Rabat • Maroc]
L’artiste Mohssin Harraki s’entretient avec Emma Chubb, commissaire de l’exposition qui s’est tenue à L’appartement22 l’été dernier, accueillant son installation intitulée Greffer, Espalier, Dresser. Composée de trente-trois « dessins » sur trois panneaux et trente feuilles de fer, lesquelles sont rassemblées dans un carnet à spirale, cette œuvre retraite la métaphore de l’« arbre généalogique » au moyen de techniques dont on use habituellement lorsqu’il s’agit d’horticulture. Greffer, espalier, Dresser déplace donc symboliquement cette volonté de domestiquer la nature – de la cultiver – sur ce terrain de la transmission culturelle qu’est la généalogie. L’arbre étant utilisé comme support d’une modélisation graphique pouvant permettre d’observer la façon dont les grandes familles religieuses et politiques traversent l’Histoire d’un pays, et de mettre en question les opérations de « sélections » qui, comme dans l’horticulture, sont à l’œuvre dans la constitution des lignées et l’établissement des filiations.

Nous invitons nos auditeurs non-arabophones qui souhaiteraient en savoir plus à lire la présentation de l’exposition par Emma Chubb, disponible en cliquant sur l’onglet « Transcription ».

Thabrate (Correspondance), 2011 — de Badr à Fadma

[Rabat • Maroc]
Le projet Thabrate, littéralement « lettre » est un projet artistique qui s’inspire de l’oralité des populations du Rif, une pratique qui se trouve limitée par la distance et l’analphabétisme. Dans les années 1960-70, les dialogues se sont prolongés par les outils techniques de reproductibilité du son. Les familles éclatées entre l’Europe et le Maghreb ont trouvé dans la technologie de la K7 magnétique le moyen de maintenir les échanges parlés. Les artistes, Badr Hammami et Fadma Kaddouri, ont mis en pratique des conversations qui réactivent cette histoire immatérielle par des archives et une discussion par cassettes interposées, entre 2010 et 2011.

La vidéo Thabrate (Correspondance) est actuellement exposée au SAVVY Contemporary (Berlin) dans le cadre de l’exposition GIVING CONTOURS TO SHADOWS

Thabrate (Correspondance), 2011 — de Fadma à Badr

[Rabat • Maroc]
Le projet Thabrate, littéralement « lettre » est un projet artistique qui s’inspire de l’oralité des populations du Rif, une pratique qui se trouve limitée par la distance et l’analphabétisme. Dans les années 1960-70, les dialogues se sont prolongés par les outils techniques de reproductibilité du son. Les familles éclatées entre l’Europe et le Maghreb ont trouvé dans la technologie de la K7 magnétique le moyen de maintenir les échanges parlés. Les artistes, Badr Hammami et Fadma Kaddouri, ont mis en pratique des conversations qui réactivent cette histoire immatérielle par des archives et une discussion par cassettes interposées, entre 2010 et 2011.

La vidéo Thabrate (Correspondance) est actuellement exposée au SAVVY Contemporary (Berlin) dans le cadre de l’exposition GIVING CONTOURS TO SHADOWS