À partir de septembre 2014, Le 116 accueille en résidence la jeune artiste montreuilloise Violaine Lochu. Pendant cinq mois, Violaine développera le projet Mémoire Palace : en s’inspirant de l’ars memoriae — un moyen mnémotechnique qui existe depuis l’Antiquité — elle a pour ambition de donner à voir et à entendre (...)À partir de septembre 2014, Le 116 accueille en résidence la jeune artiste montreuilloise Violaine Lochu. Pendant cinq mois, Violaine développera le projet Mémoire Palace : en s’inspirant de l’ars memoriae — un moyen mnémotechnique qui existe depuis l’Antiquité — elle a pour ambition de donner à voir et à entendre une mémoire orale — subjective et personnelle, hétéroclite et protéiforme — de la ville de Montreuil. Des rencontres avec tous les Montreuillois intéressés donneront lieu à des interventions radiophoniques, une édition limitée d’artiste, et une série de rendez-vous au 116. Toutes les Montreuilloises et tous les Montreuillois sont invités à participer à ce projet. Pour contribuer, aux côtés de l’artiste, à l’émergence de cette oeuvre, il vous suffit simplement de prendre rendez-vous avec Violaine et de lui transmettre quelque chose que vous connaissez par cœur (chant, poésie, prière, recette de cuisine, etc.). L’artiste viendra à votre rencontre dans les antennes de quartier, les bibliothèques, les centres sociaux, et tiendra des permanences au 116. Pour participer, vous pouvez dès maintenant contacter Violaine Lochu : contact@violainelochu.fr
▼ Mois
▼ Auteur-s
▼ Programme
 

Mémoire Palace, la restitution

[Montreuil • France]
« Cette performance a tenté de rendre compte de la mémoire d’un lieu et de ses habitants dans leur diversité. Pour cela, j’ai mêlé, dans la plus grande liberté et sans hiérarchie, ces paroles hétéroclites, protéiformes, de toutes origines géographiques et sociales. C’est pour cela que l’on passe du tube de l’été à un poème engagé en persan, de l’hymne national ukrainien à une comptine, de la recette sénégalaise du Tiep bou dien à un rap, ou encore à une prière en vietnamien ou en français, et par des chants traditionnels kabyles, gascons, chiliens, suédois, yiddish, bretons et burkinabés. On croise ainsi plus de vingt langues, sachant qu’il y en a une trentaine qui m’ont été confiées. Et tout ça n’a été possible que parce que des générations de femmes et d’hommes ont lutté pour cette liberté d’expression… »
Violaine Lochu

Enregistré au 116 le samedi 10 janvier 2014, dans le cadre de la résidence de Violaine Lochu au 116 du 15 sept au 10 janvier, et de la fabrication de son projet "Mémoire Palace"
Partition : Violaine Lochu
Projet soutenu par le Conseil Général de la Seine Saint-Denis
Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]
Si la remémoration et l’oubli avaient un son, quel serait-il? C’est à partir de cette question que Violaine Lochu crée Le mot qui vient, constitué de heu, hum, du shmol, j’me souviens plus, attendez, bah… autant de tics de langage que l’on émet pour retrouver ce qu’on a sur le bout de la langue.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site.

[Montreuil • France]
Depuis septembre, Violaine Lochu a commencé son travail de collectage sur tout Montreuil. Lors de rencontres organisées dans des structures ou des associations – Maison des Babayagas, Collectif 14, Ecod’rom, le 116, lycée Condorcet, bibliothèque Daniel Renoult, centre social du Bel Air, Nouveau Théâtre de Montreuil, bibliothèque Colonel Fabien, fête des Ramenas, fondation Rothschild – la jeune artiste a demandé aux montreuillois de lui transmettre quelque chose qu’ils connaissaient par cœur (chant, poésie, prière, recette de cuisine, etc. ) dans la langue de leur choix. A partir de ces matériaux sonores, elle propose deux pièces sonores construites sous la forme d’anadiploses ; une figure de style consistant en la reprise du dernier mot d’une proposition à l’initiale d’une proposition qui suit.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]
Auriez vous pensé qu’une recette de tchep sénégalais pouvait un jour croiser le chemin de l’Invitation au voyage de Baudelaire?

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site.

[Montreuil • France]
Sept personnes ont chanté La souris verte à Violaine Lochu, faisant de la chanson enfantine l’élément le plus transmis lors du collectage de Mémoire Palace. La jeune artiste se propose de superposer ces versions les unes avec les autres, faisant apparaître à la fois différences et ressemblances entre elles. Une véritable polyphonie se fait alors entendre.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site.

[Montreuil • France]
De quoi parle t-on le plus à Montreuil ? Quel serait le thème favoris des montreuillois ? L’amour bien sûr ! Violaine Lochu regroupe chansons, poésies, blagues, expressions… pour constituer un véritable Hymne à l’amour protéiforme.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]
A partir de promenades dans Montreuil, Violaine Lochu se questionne sur la manière dont on entend l’espace lors de déplacements urbains. Strates sonores, bruits soudains, changements d’ambiance, variation de volume sonore… autant de phénomène que la jeune artiste cherche à retranscrire dans Ballade.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site.

[Montreuil • France]
Depuis septembre, Violaine Lochu a commencé son travail de collectage sur tout Montreuil. Lors de rencontres organisées dans des structures ou des associations – Maison des Babayagas, Collectif 14, Ecod’rom, le 116, lycée Condorcet, bibliothèque Daniel Renoult, centre social du Bel Air, Nouveau Théâtre de Montreuil, bibliothèque Colonel Fabien, fête des Ramenas, fondation Rothschild – la jeune artiste a demandé aux montreuillois de lui transmettre quelque chose qu’ils connaissaient par cœur (chant, poésie, prière, recette de cuisine, etc. ) dans la langue de leur choix. A partir de ces matériaux sonores, elle propose deux pièces sonores construites sous la forme d’anadiploses ; une figure de style consistant en la reprise du dernier mot d’une proposition à l’initiale d’une proposition qui suit.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]

 

soirée de lancement de la résidence de Violaine Lochu au 116
 

La Chanson de Roland est un exemple fameux du glissement qui s’opère de l’Histoire à la légende, lorsque les événements sont pris en charge par un récit dont la portée dépasse leur dimension strictement factuelle. Ainsi, bien que la réalité historique de la bataille de Roncevaux ait été rétablie par croisement de sources documentaires, l’œuvre littéraire qui en procède continue à faire « monument » dans la mémoire et dans la langue. Or, c’est toute une série d’altérations linguistiques que Violaine Lochu lui fait subir, laquelle « ruine » littéralement le texte dans un temps archéologique accéléré. Érosion, fragmentation, sédimentation : ces phénomènes appliqués au langage se déclinent en chuchotements, silences, bruits, chants interrompus. Le poème est donné à entendre sous une autre forme, un autre relief — des aspérités nouvelles, qui laissent entrevoir sa splendeur passée. Dans une vision quasi romantique, le vestige est envisagé ici comme une re-création du langage.

Suite à sa performance, Violaine Lochu a présenté le travail qu’elle mène en résidence au 116 depuis octobre 2014, se proposant de réactiver la pratique antique de l’ars memoriae pour constituer, à travers la contribution des habitants, une mémoire plurielle de Montreuil : un « Palais de Mémoire » sous forme de cartographie, d’édition et d’interventions perforées.