Porté par l’association Belleville en Vue(s), le Festival des Nouveaux Cinémas Documentaires est un état des lieux de la jeune création documentaire confrontée à des regards multiples et se construit dans une approche interrogeant les modes de diffusion du cinéma, ses liens avec d’autres disciplines et ses relations aux pratiques (...)Porté par l’association Belleville en Vue(s), le Festival des Nouveaux Cinémas Documentaires est un état des lieux de la jeune création documentaire confrontée à des regards multiples et se construit dans une approche interrogeant les modes de diffusion du cinéma, ses liens avec d’autres disciplines et ses relations aux pratiques culturelles des publics. Le nomadisme de l’association et de cette manifestation en particulier est pensé comme un stimulant supplémentaire pour aller à la rencontre de publics divers et enrichir la réflexion sur les œuvres proposées. Tout au long de la manifestation, ce sont des approches singulières interrogeant le geste et le genre documentaires, dans le fond comme dans la forme, qui sont offertes aux regards des spectateurs.
▼ Mois
▼ Auteur-s
▼ Programme
 

François Bensignor, auteur de « Fela Kuti, le génie de l’Afrobeat »

[Paris • France] 
À l’occasion de la soirée événement autour de Fela Kuti le 15 janvier 2016 au cinéma La Clef, Belleville en vues a rencontré François Bensignor, journaliste musical spécialiste des musiques du monde et auteur de la biographie sur Fela Kuti intitulée Fela Kuti, le génie de l’Afrobeat. Personnalité iconoclaste, provocateur plein de courage, fervent panafricaniste, pourfendeur des régimes militaires qui ont ruiné son pays, le Nigeria, FELA Anikulapo KUTI est avant tout le génial créateur de l’Afrobeat. Fela a exercé une influence majeure, musicale, culturelle, politique, en Afrique et dans ses diasporas. Mieux, il a fait de l’Afrobeat un phénomène mondial !

[Paris • France]
Lors de cette table ronde, les invités se sont interrogés sur le statut des différentes images réalisées, notamment au cours des Printemps Arabes, sur les expérimentations visuelles et l’utilisation des nouveaux médias comme un façon de (re)penser les cinémas arabes. La plateforme multimédia syrienne « The Creative Memory », ayant pour mission de recenser les créations artistiques nées au cours de la révolution syrienne depuis mai 2013, était présentée pour la première fois en France.

 

Intervenants
Marie Hanna, chef de projet Creative Memory
Ahmad Ghossein, réalisateur
Ali Essafi, réalisateur
Katia Kameli, artiste
Tahar Chikhaoui, critique de cinéma

 

Modératrice
Agnès Devictor, maître de conférences à l’Université de Paris 1

 

En partenariat avec Documentaire sur Grand Écran

Réalisé par Belleville en vues aux Ateliers Varan (Paris 20ème) dans le cadre [Festival des Nouveaux Cinémas Documentaires#4 / 14 > 23 nov.2014 / Paris – Les Lilas – Phnom Penh]
Mixage : Sébastien Zaegel

[Paris • France] 
L’interactivité, les échanges de savoirs, le partage de connaissances, de compétences et plus généralement l’existence d’une multitude de données et d’archives sur le web, façonnent la mémoire numérique. Ils renouvellent également les pratiques cinématographiques en brouillant les rôles entre producteurs de contenus, diffuseurs et spectateurs. Quels sont les enjeux éthiques, politiques et esthétiques de ces nouvelles pratiques ? Cette table ronde se propose de réfléchir à la capacité du crowdsourcing à réinventer le cinéma.

 

Intervenants
Michaël Bourgatte, chercheur
Alexandre Brachet, fondateur et producteur de Upian
Peter Snowdon, réalisateur
Antoine Viviani, réalisateur et producteur

 

Modérateurs 
Cédric Mal, fondateur et directeur de la publication Le Blog Documentaire
Nicolas Bole, rédacteur en chef [Webdocumentaires et nouveaux médias] – Le Blog Documentaire

 

En partenariat avec le Blog documentaire

Réalisé par Belleville en vues aux Ateliers Varan (Paris 11ème) dans le cadre [Festival des Nouveaux Cinémas Documentaires#4 / 14 > 23 nov.2014 / Paris – Les Lilas – Phnom Penh]
Mixage : Sébastien Zaegel

Décoloniser les imaginaires : La fabrique du réel dans les nouveaux cinémas africains

[Paris • France]
Les mouvements sociopolitiques des années 90 dans plusieurs pays africains ont placé la culture au cœur des problématiques de développement. Le cinéma documentaire reste néanmoins marginal eu égard au peu de moyens existants pour la production et la diffusion de ces films. Depuis plusieurs années, on assiste à l’émergence d’une nouvelle génération de documentaristes sur le continent qui réinvente un cinéma documentaire, avec le désir de produire des images et des sons à travers une recherche esthétique nouvelle. Le cinéma du réel est alors une forme d’expression artistique privilégiée de transmission et de réflexion, les documentaristes devenant en quelque sorte, les porte-paroles de l’histoire des peuples. En présence de réalisateurs invités, producteurs, diffuseurs, spécialistes de ces questions, le Festival des Nouveaux Cinémas Documentaires #3 est revenu sur cette nouvelle vague qui, selon l’expression d’Olivier Barlet (in Les cinémas d’Afrique des années 2000 : perspectives critiques, Paris, Ed. L’Harmattan, 2012) « innove face à l’enfermement identitaire et sort des fixations victimaires ».
En l’absence de salles de cinéma dans de nombreux pays d’Afrique, quelles sont les conditions de l’émergence de cette nouvelle génération de documentaristes sur le continent ? Quelle est la spécificité de leurs regards par rapport à ceux de leurs aînés cinéastes ? Quelles sont les relations possibles dans les projets de coopération internationale ? Comment travailler ensemble ? Quels rapports d’interdépendance sont souhaitables ?

Cette rencontre a été modérée par Thierno Ibrahima Dia, chercheur sénégalais en art et critique de cinéma.

Intervenants : 
• Sani Magori (réalisateur et producteur nigérien) 
• Alassane Diago (réalisateur sénégalais) 
• Faissol Fahad Gnonlonfin (réalisateur et producteur béninois) 
• Amina Zoubir (vidéaste plasticienne) 
• Africadoc Benin (association de formation et de diffusion au Bénin) 

En partenariat avec Africiné

Enregistré aux Ateliers Varant le 16 novembre 2013 dans le cadre du Festival des Nouveaux Cinémas Documentaires #3

Une transcription traduite en français et en arabe sera très prochainement disponible sur le site