▼ Mois
▼ Auteur-s
▼ Programme
▼ Catégorie
 

[Tout-monde]

 

Extraits entretien avec Georges Courtois, malfaiteur professionnel,  

 

Bandit lyrique et malicieux, Georges Courtois a passé la moitié de sa vie en prison. Dans l’« Autoportrait en cagoule » qu’on pourra lire dans le numéro Bout d’ficelle de Jef Klak, il raconte sa vie, ses braquages, ses lettres d’insultes aux magistrats et son grand jour : lorsque le 19 décembre 1985, il a pris en otage la cour d’assises du tribunal de Nantes avec Karim Khalki et Patrick Thiolet. Le tout pendant 34 heures et devant les caméras de FR3. Dans ce court montage, il nous fait part de quelques-unes de ses aventures, avec pour fil conducteur le tissu…

Réalisé par Clémence Durand et Ferdinand Cazalis pour le deuxième numéro de la revue Jef Klak – Bout d'ficelle (toujours disponible en librairie).
Montage : Céline Laurens

[France] 
 
Morceau pour étoffes, violoncelle et quelques notes de piano… Les différents tissus sont caressés, froissés, tapotés voire frappés, et viennent dialoguer avec les cordes du violoncelle ou du piano – pour aboutir à une sorte de « blues urbain cotonneux ».

Musique de Jack in my head (Erwan Martinerie) pour le second numéro de la revue Jef Klak – Bout d'ficelle

Chez Bachelor, roi de la sape

[Paris 18e – France ]

 

La sapologie est la réappropriation des codes vestimentaires des dandys occidentaux par les Congolais.e.s. 

 

Jusqu’à présent, les sapeurs s’approvisionnaient auprès des grandes marques vestimentaires occidentales. Bachelor a créé la première marque congolaise de Sape, Connivences, et tient sa boutique Sape & Co à Paris, 18e. 

 

Émilien, membre du collectif Jef Klak, se fait initier à la science-sorcellerie vestimentaire du Bachelor ; entre cabine d’essayage et rayonnage de costumes trois-pièces…

 

Voir aussi l’article « Je cocotte, mais c’est la classe » dans le numéro Bout d’ficelle de Jef Klak

Documentaire de création de Céline Laurens
pour le deuxième numéro de la revue Jef Klak – Bout d'ficelle (toujours disponible en librairie)

[France]

 

Mai 2015 — Pour une fois, la Radio Cousue Main n’était pas à la radio mais sur un CD, dans une revue. Pour l’occasion, elle eu la chance de jouer dans un grand studio avec trois micros ; mais fidèles à ses contraintes de jeu, elle a enregistré en une seule prise, dans les conditions du direct et selon un dispositif simple inspiré des débuts de la radio. 

 

Dans les journaux, imprimés ou audiovisuels, sur Internet, on a beaucoup parlé du conflit des Lejaby, en 2012, alors que l’élection présidentielle approchait. Témoignages d’ouvrières, récits journalistiques, justifications économiques, revendications sociales, avis d’experts, discours politiques, comptes-rendus plus ou moins « objectifs » : tous ces mots (et rien que ces mots) récoltés sur Internet ont été agencés dans une partition textuelle pour réactiver « le combat des Lejaby ». Cette partition a servi de base à une improvisation collective de la Radio Cousue Main (voir la partition).

Impro collective sur une trame composée de textes sur les conflits des Lejaby (en particulier pendant l'année 2012) par la Radio Cousue Main, pour le CD du deuxième numéro de la revue Jef Klak : "Bout d'ficelle" (toujours disponible en librairie)