www.le116-montreuil.fr — Le 116 est le nouveau centre d’art contemporain de Montreuil, à l’est de Paris. C’est la commissaire et théoricienne internationale Marlène Rigler qui en assure la direction. Au 116, pour déjouer une certaine posture d’autorité inhérente à l’Institution, nous convions d’autres voix que celles que l’on a l’habitude (...)www.le116-montreuil.fr — Le 116 est le nouveau centre d’art contemporain de Montreuil, à l’est de Paris. C’est la commissaire et théoricienne internationale Marlène Rigler qui en assure la direction. Au 116, pour déjouer une certaine posture d’autorité inhérente à l’Institution, nous convions d’autres voix que celles que l’on a l’habitude d’entendre. L’enjeu consiste précisément à faire ressortir la parole de celles et ceux qui sont souvent inaudibles dans un espace public monopolisé par d’autres. S’exercer à reconfigurer le couple « centre – périphérie » par un déplacement du regard et de la parole, tel est le pari du 116, et de chacune des expositions présentées ici.
▼ Mois
▼ Auteur-s
 

Le 116 / Carte de visite sonore

[Montreuil • France]
Un centre d’art né d’un chantier, une maison bourgeoise restaurée et son extension en acier corten, un projet artistique portant un regard aimant un habitat collectif dés-associé de son utopie sociale, des couleurs prélevées sur les façades, des oeuvres en papiers peints, un Mémoire Palace : au 116 de la rue de Paris, à Montreuil, l’architecture raconte une histoire. La création s’y drape dans le tissu urbain en impliquant les habitants, les artistes en résidence y habitent aussi et des espaces à « vivre-ensemble dans l’espace » s’y dessinent… suivez le guide pour une visite « à l’aveugle » !

Réalisation : Violaine Lochu
Avec les voix de : Heidi Wood (artiste), Etaïnn Zwer, Marlène Rigler (ancienne directrice), Sidonie Rocher (artiste médiatrice), les visiteurs du 116, ainsi que des extraits de « Mémoire Palace » de Violaine Lochu

Mémoire Palace, la restitution

[Montreuil • France]
« Cette performance a tenté de rendre compte de la mémoire d’un lieu et de ses habitants dans leur diversité. Pour cela, j’ai mêlé, dans la plus grande liberté et sans hiérarchie, ces paroles hétéroclites, protéiformes, de toutes origines géographiques et sociales. C’est pour cela que l’on passe du tube de l’été à un poème engagé en persan, de l’hymne national ukrainien à une comptine, de la recette sénégalaise du Tiep bou dien à un rap, ou encore à une prière en vietnamien ou en français, et par des chants traditionnels kabyles, gascons, chiliens, suédois, yiddish, bretons et burkinabés. On croise ainsi plus de vingt langues, sachant qu’il y en a une trentaine qui m’ont été confiées. Et tout ça n’a été possible que parce que des générations de femmes et d’hommes ont lutté pour cette liberté d’expression… »
Violaine Lochu

Enregistré au 116 le samedi 10 janvier 2014, dans le cadre de la résidence de Violaine Lochu au 116 du 15 sept au 10 janvier, et de la fabrication de son projet "Mémoire Palace"
Partition : Violaine Lochu
Projet soutenu par le Conseil Général de la Seine Saint-Denis
Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]
Si la remémoration et l’oubli avaient un son, quel serait-il? C’est à partir de cette question que Violaine Lochu crée Le mot qui vient, constitué de heu, hum, du shmol, j’me souviens plus, attendez, bah… autant de tics de langage que l’on émet pour retrouver ce qu’on a sur le bout de la langue.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site.

[Montreuil • France]
Depuis septembre, Violaine Lochu a commencé son travail de collectage sur tout Montreuil. Lors de rencontres organisées dans des structures ou des associations – Maison des Babayagas, Collectif 14, Ecod’rom, le 116, lycée Condorcet, bibliothèque Daniel Renoult, centre social du Bel Air, Nouveau Théâtre de Montreuil, bibliothèque Colonel Fabien, fête des Ramenas, fondation Rothschild – la jeune artiste a demandé aux montreuillois de lui transmettre quelque chose qu’ils connaissaient par cœur (chant, poésie, prière, recette de cuisine, etc. ) dans la langue de leur choix. A partir de ces matériaux sonores, elle propose deux pièces sonores construites sous la forme d’anadiploses ; une figure de style consistant en la reprise du dernier mot d’une proposition à l’initiale d’une proposition qui suit.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]
Auriez vous pensé qu’une recette de tchep sénégalais pouvait un jour croiser le chemin de l’Invitation au voyage de Baudelaire?

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site.

[Montreuil • France]
Sept personnes ont chanté La souris verte à Violaine Lochu, faisant de la chanson enfantine l’élément le plus transmis lors du collectage de Mémoire Palace. La jeune artiste se propose de superposer ces versions les unes avec les autres, faisant apparaître à la fois différences et ressemblances entre elles. Une véritable polyphonie se fait alors entendre.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site.

[Montreuil • France]
Un jour, dans l’espace du Centre d’art Le 116, le QG a chuchoté à l’oreille des visiteurs :
« Quel a été le moment déclencheur, l’étincelle ? »
« Qu’est-ce qui t’inspire ? »
« Qu’est-ce que tu produis dans le monde ? »

L’objectif de ces 3 questions : enquêter le « satori », un mot japonais difficile à traduire, désignant ce moment d’illumination que nous avons tous pu avoir quand, soudainement, un événement, et notamment une expérience esthétique, a provoqué en nous une compréhension de l’ordre de l’éveil spirituel, qui nous enseigne indistinctement quelque chose de très important sur notre soi profond et sur le monde. Les visiteurs ont écrit leurs réponses sur des feuilles blanches, dont voici la compilation.

Collecter et faire entendre ces moments de satori auprès du public du 116 consistait pour le QG à se mettre à l’écoute de la sensibilité intérieure de ce public, de lui donner un lieu d’expression et de mise en commun au sein du centre d’art.

Réalisation: Pour le QG: Anna Recalde Miranda, Claire Fouquet, Romain Di Vozzo.
Merci à Sarina Basta et Marianne Cornil pour l'inspiration.

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]
De quoi parle t-on le plus à Montreuil ? Quel serait le thème favoris des montreuillois ? L’amour bien sûr ! Violaine Lochu regroupe chansons, poésies, blagues, expressions… pour constituer un véritable Hymne à l’amour protéiforme.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]
A partir de promenades dans Montreuil, Violaine Lochu se questionne sur la manière dont on entend l’espace lors de déplacements urbains. Strates sonores, bruits soudains, changements d’ambiance, variation de volume sonore… autant de phénomène que la jeune artiste cherche à retranscrire dans Ballade.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site.

[Montreuil • France]
Depuis septembre, Violaine Lochu a commencé son travail de collectage sur tout Montreuil. Lors de rencontres organisées dans des structures ou des associations – Maison des Babayagas, Collectif 14, Ecod’rom, le 116, lycée Condorcet, bibliothèque Daniel Renoult, centre social du Bel Air, Nouveau Théâtre de Montreuil, bibliothèque Colonel Fabien, fête des Ramenas, fondation Rothschild – la jeune artiste a demandé aux montreuillois de lui transmettre quelque chose qu’ils connaissaient par cœur (chant, poésie, prière, recette de cuisine, etc. ) dans la langue de leur choix. A partir de ces matériaux sonores, elle propose deux pièces sonores construites sous la forme d’anadiploses ; une figure de style consistant en la reprise du dernier mot d’une proposition à l’initiale d’une proposition qui suit.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]

 

« Il est évident que l’arme de la critique ne saurait remplacer la critique des armes.» KM

In-su-rrec-tion : 4 syllabes… prolonge de vive voix un dialogue épistolaire engagé par deux auteurs — Nathalie Quintane et Jean-Paul Curnier — l’ayant chacun, au préalable, reproduit dans leurs publications respectives — Tomates (P.O.L, 2010) et Prospérités du désastre : aggravation 2 (Lignes, 2014) — afin d’en encourager la dissémination et d’en intensifier l’écho. « Le peuple n’existe plus, l’individualité sérielle de masse l’a remplacé. » versus « Le peuple existe. L’individualité sérielle de masse ne l’a pas remplacé. » : tels sont les termes du désaccord de cette première passe d’armes. Au cœur du débat, la question du peuple (disparu/retrouvé ?) dans ce que l’on nomme « banlieue ». En filigrane, ce que donnent toujours à penser, presque dix ans plus tard, les émeutes de 2005. Entre l’arme de la critique et la critique des armes, Jean-Paul Curnier et Nathalie Quintane nous démontreront que la discussion est un sport de combat « à bâtons rompus »…

dans le cadre de la résidence d’écrivain de Jean-Paul Curnier à l’Espace Khiasma, un programme conduit par le service livre de la Région Île-de-France

Enregistré au 116 le samedi 4 octobre 2014, dans le cadre du festival Relectures 15

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]

 

soirée de lancement de la résidence de Violaine Lochu au 116
 

La Chanson de Roland est un exemple fameux du glissement qui s’opère de l’Histoire à la légende, lorsque les événements sont pris en charge par un récit dont la portée dépasse leur dimension strictement factuelle. Ainsi, bien que la réalité historique de la bataille de Roncevaux ait été rétablie par croisement de sources documentaires, l’œuvre littéraire qui en procède continue à faire « monument » dans la mémoire et dans la langue. Or, c’est toute une série d’altérations linguistiques que Violaine Lochu lui fait subir, laquelle « ruine » littéralement le texte dans un temps archéologique accéléré. Érosion, fragmentation, sédimentation : ces phénomènes appliqués au langage se déclinent en chuchotements, silences, bruits, chants interrompus. Le poème est donné à entendre sous une autre forme, un autre relief — des aspérités nouvelles, qui laissent entrevoir sa splendeur passée. Dans une vision quasi romantique, le vestige est envisagé ici comme une re-création du langage.

Suite à sa performance, Violaine Lochu a présenté le travail qu’elle mène en résidence au 116 depuis octobre 2014, se proposant de réactiver la pratique antique de l’ars memoriae pour constituer, à travers la contribution des habitants, une mémoire plurielle de Montreuil : un « Palais de Mémoire » sous forme de cartographie, d’édition et d’interventions perforées.

Enregistré au 116 le vendredi 3 octobre 2014, dans le cadre du festival Relectures 15

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site

La Voie est Libre

[Montreuil • France]
Sur l’autoroute A186 rendue piétonne par ses riverains, l’éco-festival « La Voie est Libre » réunifie pour une journée le Haut et le Bas Montreuil et rassemble tout ce que la ville compte d’artistes et d’acteurs sociaux. Les membres du collectif Quartier Général y ont promené leurs enregistreurs, et d’un réjouissant brouhaha se dégagent des prises de paroles singulières…

Réalisé par Le QG du 116, à l’occasion du festival « La Voie est Libre » qui s’est tenu le 21 septembre 2013 à Montreuil

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site

Radiomaton 30-10-13 — Evguenia

[Montreuil • France]
Le Radiomaton, proposition sonore et performative de Célio Paillard et Frédéric Mathevet (L’Autre Musique), s’est installé dans Le 116, nouveau centre d’art contemporain de Montreuil, du 16 octobre au 13 décembre 2013. En voici la « récolte » : fragments de vie et de désirs collectifs…

Réalisé par Célio Paillard et Frédéric Mathevet (L'Autre Musique), dans le cadre du projet Radiomaton au 116, production Espace Khiasma

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site

Radiomaton 23-10-13 — Sophie Haluk

[Montreuil • France]
Le Radiomaton, proposition sonore et performative de Célio Paillard et Frédéric Mathevet (L’Autre Musique), s’est installé dans Le 116, nouveau centre d’art contemporain de Montreuil, du 16 octobre au 13 décembre 2013. En voici la « récolte » : fragments de vie et de désirs collectifs…

Réalisé par Célio Paillard et Frédéric Mathevet (L'Autre Musique), dans le cadre du projet Radiomaton au 116, production Espace Khiasma

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site