www.phantom-productions.org — La Fabrique Phantom est une structure d’accompagnement basée sur un principe de résidences souples intégrant la mise à disposition d’un ensemble d’outils artistiques, matériels, logistiques et financiers. Les spécificités et les durées particulières de chaque projet sont prises en compte : le processus de développement du film est (...)www.phantom-productions.org — La Fabrique Phantom est une structure d’accompagnement basée sur un principe de résidences souples intégrant la mise à disposition d’un ensemble d’outils artistiques, matériels, logistiques et financiers. Les spécificités et les durées particulières de chaque projet sont prises en compte : le processus de développement du film est pensé comme un espace vivant de recherche et de rencontre, une communauté qui associe professionnels et public, notamment à travers Les Lundis de Phantom, séances mensuelles de présentation de travaux en cours accueillis à l’Espace Khiasma.
▼ Mois
▼ Auteur-s
 

[Les Lilas • France]

Projections et conversation avec l’artiste Liv Schulman, accompagnée d’Émilie Renard (directrice de La Galerie, Centre d’art contemporain de Noisy-le-Sec) et Olivier Marboeuf.

Cette conversation ponctuée de projections traverse la résidence de l’artiste Liv Schulman, intitulée Que faire ?, à La Galerie, centre d’art contemporain de Noisy-le-Sec, qui se déroule du 2 septembre 2016 au 1er avril 2017. Que faire ? consiste à créer une mini-série télévisée de 3 épisodes. Cette série se développe autour de séances de thérapie collective pour des scénaristes souffrant du syndrome de la page blanche. Liv Schulman fait de Noisy-le-Sec le terrain de cette fiction et y intègre les habitants, l’activité et les lieux de la ville, autour des notions d’inspiration et de créativité au travail. À cette occasion l’artiste revisite également certaines de ses œuvres précédentes qui s’intéressent de manière caustique aux contraintes et aux conventions du langage issues de l’art, de l’économie et du champ social.

Liv Schulman (née en 1985) vit à Paris et Buenos Aires (Argentine). Elle est diplômée de l’École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy et du Post-Diplôme de l’Ecole nationale des beaux-arts de Lyon.

https://livschulman.com/

[Paris IIIè • France]

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l’actrice Garance Clavel nous a lu « Morceaux de vie » le parcours de vie d’une femme établi par Frank Smith dans le cadre de sa résidence d’écriture à l’Espace Khiasma et aux Archives nationales (France) (Pierrefitte-sur-Seine) en 2014-2015.

« Dans l’écriture, il n’y va pas de la manifestation ou de l’exaltation du geste d’écrire ; il ne s’agit pas de l’épinglage d’un sujet dans un langage ; il est question de l’ouverture d’un espace où le sujet écrivant ne cesse de disparaître » , dit Michel Foucault, au cours d’une conférence consacrée à la notion d’auteur en 1970 à l’université de Buffalo, New York.
Je ne suis pas l’auteur des lignes que Garance Clavel va vous lire. A la limite, je ne les ai pas écrites, elles se sont écrites. Quelqu’un a parlé, et je dis qu’importe que quelqu’un ait parlé.

Lecture : Garance Clavel
Commentaire : Frank Smith
Mix : Mathis Berchery

Entretien avec Djamel Kerkar : Atlal

[Les Lilas • France]

 

Lors de cette conversation, le cinéaste Djamel Kerkar parcourt son premier long-métrage, Atlal, présenté en première parisienne lors de la séance Phantom du 23 février 2017 au MK2 Beaubourg. Dans une écriture épurée qui laisse la place au récit silencieux des ruines, le film revient sur la décennie noire, terrible guerre civile qui a déchiré l’Algérie des années 1990. En s’installant à Ouled Allal, bourgade qui fut le théâtre à l’automne 1997 d’une opération militaire de sinistre mémoire qui l’a alors éradiquée, Kerkar traverse les strates de l’histoire de son pays, de la guerre de libération aux violences islamistes, en quête d’un futur pour une jeunesse au voyage immobile.

 

Djamel Kerkar est né à Alger (Algérie). Il a passé une partie de son enfance à Tunis, et a travaillé a Alger comme animateur et programmateur de cinéclub (Cinéclub chrysalide). Il est diplômé comme réalisateur de l’école des arts visuels de Marrakech (Maroc). Il réalise son premier court métrage documentaire en 2012 : Archipel ; puis Earth Is Full Of Ghosts (2014) une fiction librement inspiré de la pièce de théâtre d’Albert Camus, Le Malentendu.

 

Enregistré à Khiasma le 21 février 2017
entretien : Olivier Marboeuf
mix : Esther Poryles

Entretien avec Julien Creuzet : Ricochets, les galets que nous sommes finiront par couler […]

Autour de la performance Ciel Ara – créée à Khiasma en octobre 2016 dans le cadre du festival Relectures 17 et re-présentée en version longue (Ricochets, les galets que nous sommes finiront par couler […]) – le 3 février 2017 au Centre Pompidou, Olivier Marboeuf et Julien Creuzet s’entretiennent sur la manière de ce dernier d’envisager la performance où s’entrecroisent, s’entremêlent ou encore se superposent voix et récit, musique et chant, images et écrans. Des mythes et imaginaires Creuzet écrit des histoires, convoquent d’autres écrivains, d’autres voix pour écrire ensemble les étapes d’une relecture mythologique caraïbéenne. 

Une démarche plastique qui s’articule par ailleurs autour d’une pratique de la musique. Ainsi se pose la question du devenir de la chanson, de sa capacité de transmission et de ses possibilités d’invention sonore lorsqu’elle s’affranchie pour ouvrir à la poésie contemporaine.

Enregistré à Khiasma le 1er février 2017
Entretien : Julien Creuzet et Olivier Marboeuf
Musique : Julien Creuzet
Mixage : Esther Poryles

[Les Lilas • France]

 

« Le projet et ils vont dans l’espace qu’embrasse ton regard se déroule en plusieurs étapes et comporte différents éléments, parmi lesquels au moins deux films, dont une version est actuellement montrée au Jeu de Paume sous forme d’installation vidéo dans le cadre de l’exposition “Soulèvements”, organisée sous le commissariat de Georges Didi-Huberman.

Ces films auront notamment pour sujet l’évocation d’un lieu dont on n’a pas d’images ou presque : le Centre de Rétention Administrative de Vincennes, dans le XIIe arrondissement de Paris. Il s’agit d’un espace à la fois fantomatique et hanté par l’histoire d’une révolte des sans papiers qui y étaient retenus en juin 2008, au cours de laquelle une section du bâtiment a été incendiée. Il n’y a eu presque aucune image de cet événement dans les médias. Quelques semaines plus tard, j’ai réalisé une installation autour de l’absence d’images de cette révolte, que j’ai nommée les villes invisibles 2. l’étincelle (Vincennes 2008). Depuis, d’autres Centres de Rétention dans différentes localités ont également été incendiés lors de révoltes similaires.

Le projet vise à explorer la résonance de ces révoltes, de ces feux qui continuent de se propager, qui communiquent tacitement entre eux tout en s’adressant à nous, comme autant de signaux de fumée que l’on refuse souvent de voir en se disant que « ça ne nous regarde pas », alors que la majorité des CRA se trouvent tout près de nous, à l’intérieur de nos villes… donc oui, « ça » nous regarde. »

— Estefanía Peñafiel Loaiza

[Les Lilas • France]
En ouverture de la nouvelle saison des Lundis de Phantom à Khiasma, nous avons accueilli une première rencontre avec Louis Henderson, jeune cinéaste anglais dont les films interrogent les relations entre colonialisme, technologie, capitalisme et histoire.
Pour cette première soirée, il a projeté son film Logical Revolts, tourné au Caïre en 2012, à la recherche d’une histoire de la révolution égyptienne et traversera de large extraits d’un autre film récent Lettre de Voyant (2013). À partir d’une réflexion sur ces œuvres, il a abordé les questions que soulève sa recherche actuelle autour de Toussaint Louverture, figure de la révolution haïtienne.

Lundi de Phantom n°11 / Pierre Michelon – Performance documentaire d’un discours non-prononcé

[Les Lilas • France]
À partir de la performance que David Legrand proposa dans le cadre du « Lundi de Phantom » consacré au film en cours de montage de Pierre Michelon, Un petit morceau de bois, ce dernier a composé une pièce sonore revenant sur les thèmes qui traversent son projet. Ce discours non-prononcé par André Malraux à Cayenne sert en effet de point de départ à l’approche sensible de l’enquête historique qu’il mène de concert avec Jean Mariema, une figure importante du militantisme guyanais. Procéder au reenactment d’un texte documentant un événement qui n’a pas eu lieu lui permet ainsi d’appréhender un épisode marquant de l’histoire de la départementalisation en Guyane française : le référendum de septembre 1958 portant sur la Constitution de la Ve République. Par le montage des voix et des récits d’André Malraux et de Jean Mariema, Un petit morceau de bois réactualise les enjeux de ce « non événement ». « Approuvez-vous la Constitution qui vous a été proposée par le Gouvernement de la République ? » Question laissée sans réponse, ou constamment épuisée par les luttes guyanaises qui se poursuivent au présent de l’indicatif : enclavement économique, cohésion sociale, pillages officiels ou clandestins, Université de plein exercice…

Enregistré à l’Espace Khiasma le lundi 31 mars 2014, dans le cadre des Lundis de Phantom, et à Bourges, avec David Legrand, le vendredi 27 juin 2014.
Montage : Pierre Michelon

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Les Lilas • France] 
Dans le cadre de lundi de Phantom, Ismaïl Bahri prolonge sa réflexion entamée depuis le début de sa résidence à l’Espace Khiasma, et met en partage de nouvelles recherches vidéographies gravitant, notamment, autour de projections, d’écrans, d’ellipses et de « films à blanc ».

« Filmer à blanc », c’est produire des images à partir d’un dispositif de captation « élémentaire » – par sa simplicité, mais également son rapport aux « éléments », dans le sens atmosphérique du terme. Il s’agit d’un système de caches en papier blanc de différentes formes et grammage placé devant l’objectif de la caméra, et que le vent soulève par intermittence. Il en résulte des tremblés d’intensités variables, des palpitations de lumières, une microdramaturgie de l’apparition et de la disparition. C’est aussi susciter un questionnement social à partir de formes artistiques.

Ismaïl Bahri revient en effet sur les implications d’une expérience telle que « filmer à blanc » une manifestation advenue lors d’un tournage en Tunisie. Opposant à l’« événement à ne pas rater » un dispositif de ratage délibéré, l’enjeu est de s’extraire du flux en temps réel, caractéristique du régime médiatique de l’image, et se placer dans un rapport désynchronisé. Faire en sorte que la captation n’épouse pas la vitesse de l’événement, c’est éviter que celui-ci ne se dilue dans son propre mouvement et le donner à voir par ses marges, tel qu’il se projette en débords d’écran…

Enregistré à l’Espace Khiasma le lundi 21 octobre 2013, dans le cadre des Lundis de Phantom

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site