www.hors-limites.fr — Depuis sa création en 2000, le festival Hors limites est devenu un temps fort de la vie littéraire en Seine-Saint-Denis. Accompagné par la journaliste littéraire Sophie Joubert, Hors Limites promeut, auprès d’un public aussi large que possible, une littérature audacieuse et innovante.www.hors-limites.fr — Depuis sa création en 2000, le festival Hors limites est devenu un temps fort de la vie littéraire en Seine-Saint-Denis. Accompagné par la journaliste littéraire Sophie Joubert, Hors Limites promeut, auprès d’un public aussi large que possible, une littérature audacieuse et innovante.
▼ Mois
▼ Auteur-s
 

Entretien avec Sébastien Zaegel : festival Hors limites 2017

[Seine-Saint-Denis • France]

 

Porté par l’association Bibliothèques en Seine-Saint-Denis, le festival Hors limites est devenu un temps fort de la vie culturelle du département portant un même objectif : mettre en lumière durant quinze jours le travail de promotion de la littérature contemporaine effectué au quotidien par les bibliothèques et les médiathèques, mais aussi les cinémas, les librairies, les universités du territoire… dont bon nombre sont partenaires.

Entièrement gratuit et ouvert à tous les profils de lecteurs, Hors limites comprend plus d’une centaine d’auteurs et artistes invités, et pas moins de cent événements programmés. Présence renouvelée pour certains invités, inédite pour d’autres, ils sont nombreux à venir partager, sous des formes diverses un temps de rencontre, avec le public du département et au-delà.

 

www.facebook.com/festivalhorslimites

Le lundi des Revues #8 – LA MOITIÉ DU FOURBI / Sylvain Pattieu

[Les Lilas • France]
La moitié du fourbi est une revue littéraire bi-annuelle de 112 pages, qui travaille à livre ouvert et à livre fermé. Elle voudrait incarner l’idée que « la littérature est l’exercice jubilatoire le plus sérieux du monde ».

 

Autour de 18 auteurs, chaque numéro explore librement et largement un thème unique, une proposition, une luciole. Par ce biais, la revue navigue notamment dans les eaux de la création non-fictionnelle, de la critique littéraire subjective, de la photographie, du récit-analyse, de l’entretien, du témoignage et de la parole vive.

 

Dans le cadre du festival Hors limites, Khiasma accueille la revue pour le lancement de son troisième numéro, dont l’ensemble des contributions gravite encore autour d’un seul mot : VISAGE.

 

Khiasma a donné carte blanche à trois auteurs de ce numéro.

 

Frank Smith, Alessandro Mercuri et Sylvain Pattieu présenteront une performance en résonance avec leurs textes respectifs. Ce spectacle littéraire sera suivi d’une rencontre avec les animateurs de la revue.

Le lundi des Revues #8 – LA MOITIÉ DU FOURBI / Alessandro Mercuri

[Les Lilas • France]
La moitié du fourbi est une revue littéraire bi-annuelle de 112 pages, qui travaille à livre ouvert et à livre fermé. Elle voudrait incarner l’idée que « la littérature est l’exercice jubilatoire le plus sérieux du monde ».

 

Autour de 18 auteurs, chaque numéro explore librement et largement un thème unique, une proposition, une luciole. Par ce biais, la revue navigue notamment dans les eaux de la création non-fictionnelle, de la critique littéraire subjective, de la photographie, du récit-analyse, de l’entretien, du témoignage et de la parole vive.

 

Dans le cadre du festival Hors limites, Khiasma accueille la revue pour le lancement de son troisième numéro, dont l’ensemble des contributions gravite encore autour d’un seul mot : VISAGE.

 

Khiasma a donné carte blanche à trois auteurs de ce numéro.

 

Frank Smith, Alessandro Mercuri et Sylvain Pattieu présenteront une performance en résonance avec leurs textes respectifs. Ce spectacle littéraire sera suivi d’une rencontre avec les animateurs de la revue.

Le lundi des Revues #8 – LA MOITIÉ DU FOURBI / Frank Smith

[Les Lilas • France]
La moitié du fourbi est une revue littéraire bi-annuelle de 112 pages, qui travaille à livre ouvert et à livre fermé. Elle voudrait incarner l’idée que « la littérature est l’exercice jubilatoire le plus sérieux du monde ».

 

Autour de 18 auteurs, chaque numéro explore librement et largement un thème unique, une proposition, une luciole. Par ce biais, la revue navigue notamment dans les eaux de la création non-fictionnelle, de la critique littéraire subjective, de la photographie, du récit-analyse, de l’entretien, du témoignage et de la parole vive.

 

Dans le cadre du festival Hors limites, Khiasma accueille la revue pour le lancement de son troisième numéro, dont l’ensemble des contributions gravite encore autour d’un seul mot : VISAGE.

 

Khiasma a donné carte blanche à trois auteurs de ce numéro.

 

Frank Smith, Alessandro Mercuri et Sylvain Pattieu présenteront une performance en résonance avec leurs textes respectifs. Ce spectacle littéraire sera suivi d’une rencontre avec les animateurs de la revue.

[Les Lilas • France]
Le festival Hors limites s’associe à l’Espace Khiasma et aux Archives nationales pour accueillir l’une des cartes blanches ponctuant la résidence d’écriture de Frank Smith. Marqué, comme beaucoup d’autres, par la parution d’Un ABC de la barbarie de Jacques-Henri Michot, celui-ci a donc convié son auteur à en proposer une lecture, à l’occasion de la réédition de l’ouvrage aux éditions Al Dante. Cartographie des lieux communs émaillant le langage journalistique, miscellanées rassemblant les paroles de ceux qui, artistes et écrivains, rechargent au contraire la langue en capacités à dire le monde, récit d’une écriture et des tribulations d’un manuscrit s’inscrivant dans la grande tradition romanesque du Quichotte ; la richesse et la portée critique de ce texte en ont fait outil essentiel pour qui veut résister à l’impact propagandiste des médias sur notre façon de nous formuler le réel. En écho manifeste avec cette idée d’une « langue démocratique » développée par Frank Smith dans Chœurs politiques, poème dramatique pour voix, l’échange qui suit s’annonce donc nourris d’aperçus passionnants sur le « bon usage » (politique) de la faculté de parole !

dans le cadre de la résidence de Frank Smith à l’Espace Khiasma et aux Archives nationales, un dispositif initié par le département de la Seine-Saint-Denis

Mathieu Amalric lit Édouard Levé — Autoportrait [part 1]

[Saint-Ouen • France] 
Autoportrait, dernier livre paru du vivant d’Édouard Levé n’est ni plus ni moins que ce que son nom indique. Ainsi l’auteur ne nous cache-t-il rien de ce qui le constitue, le désigne au regard des autres comme au sien, tant sur le plan physique que psychologique, voire sentimental ou sexuel, politique, philosophique, esthétique…
Mathieu Amalric, nous fait l’honneur de prêter voix et corps à ce portrait individuel-universel. Édouard Levé, écrivain, photographe, artiste, est mort en 2007 quelques jours après avoir rendu à son éditeur P.O.L son dernier manuscrit Suicide, qui évoque celui d’un ami proche et qui ‘annonce’ le sien.

Mathieu Amalric lit Édouard Levé — Autoportrait [part 2]

[Saint-Ouen • France] 
Autoportrait, dernier livre paru du vivant d’Édouard Levé n’est ni plus ni moins que ce que son nom indique. Ainsi l’auteur ne nous cache-t-il rien de ce qui le constitue, le désigne au regard des autres comme au sien, tant sur le plan physique que psychologique, voire sentimental ou sexuel, politique, philosophique, esthétique… 
Mathieu Amalric, nous fait l’honneur de prêter voix et corps à ce portrait individuel-universel. Édouard Levé, écrivain, photographe, artiste, est mort en 2007 quelques jours après avoir rendu à son éditeur P.O.L son dernier manuscrit Suicide, qui évoque celui d’un ami proche et qui ‘annonce’ le sien.

Mathieu Amalric lit Édouard Levé — Autoportrait [part 3]

[Saint-Ouen • France]
Autoportrait, dernier livre paru du vivant d’Édouard Levé n’est ni plus ni moins que ce que son nom indique. Ainsi l’auteur ne nous cache-t-il rien de ce qui le constitue, le désigne au regard des autres comme au sien, tant sur le plan physique que psychologique, voire sentimental ou sexuel, politique, philosophique, esthétique…
Mathieu Amalric, nous fait l’honneur de prêter voix et corps à ce portrait individuel-universel. Édouard Levé, écrivain, photographe, artiste, est mort en 2007 quelques jours après avoir rendu à son éditeur P.O.L son dernier manuscrit Suicide, qui évoque celui d’un ami proche et qui ‘annonce’ le sien.

[Sevran • France] 
Debout/Payé, le premier roman de GAUZ est l’histoire d’Ossiri, étudiant ivoirien sans-papier devenu vigile à Paris. C’est aussi celle de toute sa famille et plus largement de la communauté africaine en France. Le roman porte un regard sur notre pays à travers l’évolution du métier de vigile de la Françafrique triomphante dans les années 60 à l’après 11 septembre. Ce récit est ponctué de vignettes de choses entendues par GAUZ lui-même lorsqu’il était vigile dans de grandes enseignes. Mélangez bien l’appareil et vous obtenez un portrait amusant et sans concession des sociétés française et africaine.

Sylvain Prudhomme & le Super Mama Djombo — Les Grands

[Stains • France] 
Les Grands
, le dernier roman de Sylvain PRUDHOMME se situe en Guinée-Bissau. On y suit la déambulation dans la capitale qui bruisse déjà du coup d’état qui se prépare, du guitariste d’un fameux groupe des années 70 -Super Mama Djombo- qui vient d’apprendre la mort de Dulce, chanteuse du groupe. Trente années de souvenirs défilent au gré de sa promenade au terme de laquelle il rejoint quelques anciens du groupe pour un concert, forcément unique, au Chiringuitó.
Le Super Mama Djombo est né dans les années 1960 en Guinée-Bissau, il est aujourd’hui une référence de la musique africaine, même si ses membres sont éparpillés entre l’Afrique et l’Europe, même si leur gloire n’est plus qu’un doux souvenir. Pour cette soirée, Sylvain Prudhomme lira des passages de son roman avec deux ‘grands’ à ses côtés : Malam Mané et Djon Motta.

[Bagnolet • France]
Au départ de À la lecture, cet objet littéraire inédit, il y a un projet vidéo. Véronique Aubouy la cinéaste de ce duo d’écrivains, filme depuis 20 ans tous ceux qui souhaitent lire Proust devant sa caméra, dans l’ordre des tomes et des textes : des femmes et des hommes aussi divers qu’un paysan des Cévennes, un fleuriste d’origine kabyle, un vigile de la banlieue parisienne, une cousine éloignée de Karl Marx, une cavalière qui lit sur un cheval en Mongolie ou un professeur de français. Mathieu Riboulet fut aussi l’un de ses lecteurs. Ce livre est sans doute le fruit de leurs échanges mais aussi et surtout un récit, ode à la lecture, célébration de la présence et permanence de ce livre dans les vies de lecteurs, vies quotidiennes, amoureuses, politiques… Et pourtant nul besoin d’avoir lu À la recherche pour suivre le cours de ces pages, même si vous y viendrez sans doute.

[Paris • France] 
Dans le cadre d’une carte blanche offerte par la Maison de la Poésie à Paris, le festival Hors Limites invite Célia Houdart pour une lecture-récital de Gil, son dernier roman (P.O.L, 2015), avec le ténor François Rougier et la pianiste Marine Thoreau La Salle THOREAU qui interpréteront Bonne journée de Francis Poulenc sur un poème de Paul Eluard, La Nuit de Jules Massenet sur un poème de Victor Hugo et A Chloris de Reynaldo Hahn sur un poème de Théophile de Viau.

 

Gil est un jeune pianiste qui s’ouvre au monde en découvrant son talent pour le chant lyrique. Dans ce roman d’apprentissage, Célia Houdart suit le parcours du chanteur de l’adolescence à la gloire. Le livre fait ressentir de l’intérieur le souffle, les positions du corps, parfois jusqu’à la douleur.

 

[Aubervilliers • France] 
Un jour, le patron d’un petit salon de coiffure du 10 ème arrondissement de Paris est parti avec la caisse. Les employés, souvent sans-papiers, lancent un mouvement social inédit – sans personne en face – pour obtenir la reconnaissance de leur travail mais aussi de leur existence dans ce pays qu’elles et ils ont rejoint, pour travailler, voyager ou fuir des conditions de vie difficiles. Sylvain Pattieu, procède comme il l’a fait pour Avant de disparaître. Chronique de PSA-Aulnay (Plein Jour, 2013) il passe, s’installe, discute, tient la chronique de cette boutique effervescente où défilent beauté et fierté et qui contient les failles et les espoirs du monde contemporain. Son talent de romancier et ‘d’enquêteur’ mêlé à une part de son quotidien, donnent lieu à une comédie sociale endiablée où nostalgie, colère, énergie et vivacité se côtoient et se soutiennent.

 

Rien à perdre, rien à gagner : la liberté et l’errance

[Les Lilas • France]
Cette année, le festival Hors limites a été le lieu d’une « halte » pour le cheminement de pensée du philosophe Jean-Paul Curnier : l’un de ces rendez-vous avec le public ponctuant sa résidence à l’Espace Khiasma — agora ou « grand feu » autour desquels faire cercle pour délibérer – qui ont été au cœur même de son processus de réflexion. Mieux : ils s’en sont fait pour partie l’objet, et ont participé de ses objectifs.
Au carrefour de l’anthropologie, de la fiction et de la philosophie politique, l’auteur de Philosopher à l’arc a souligné en effet les liens entre fonctionnement démocratique et comportements prédateurs. Mais il s’agissait également pour lui d’imaginer de nouveaux modes d’expression et de circulation publique des idées, qui restitueraient leur caractère nomade. Telle cette lecture/performance avec le musicien Fantazio : « pratique musicale de la pensée » où deux voix se sont répondues comme deux voies se croisant à flanc de colline, à la recherche de la manière la plus noble de perdre son temps et de pratiquer la fuite vers l’avant. 

Enregistré à l’Espace Khiasma le mardi 1er avril 2014, dans le cadre du festival Hors limites organisé par l’association Bibliothèques en Seine-Saint-Denis
Mixage : Sébastien Zaegel
Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site