▼ Mois
▼ Auteur-s
 

Benoît Maire sur «Le procès» de Franz Kafka ; «Le désert des tartares» de Dino Buzzati ; «La Peste» d’Albert Camus

Des voix d’auteurs…

 

3 mn pour parler d’une œuvre littéraire pour un artiste ou d’une œuvre artistique pour un écrivain. 3 mn pour dire la puissance de transformation des mots dans le champ artistique ou des images dans le champ littéraire ou poétique.

Un artiste parle d’un livre fondateur, qui a participé à l’élaboration de son œuvre ou d’une œuvre plastique, qui a provoqué modifications ou bifurcations dans le travail.
Un écrivain parle d’une œuvre artistique qui a eu des répercussions dans son œuvre, dans l’écriture d’un livre, qui traverse les mots.

Raphaël Tiberghien sur «Le nuage en pantalon» de Vladimir Maïakovski

Des voix d’auteurs…

 

3 mn pour parler d’une œuvre littéraire pour un artiste ou d’une œuvre artistique pour un écrivain. 3 mn pour dire la puissance de transformation des mots dans le champ artistique ou des images dans le champ littéraire ou poétique.

Un artiste parle d’un livre fondateur, qui a participé à l’élaboration de son œuvre ou d’une œuvre plastique, qui a provoqué modifications ou bifurcations dans le travail.
Un écrivain parle d’une œuvre artistique qui a eu des répercussions dans son œuvre, dans l’écriture d’un livre, qui traverse les mots.

 

3 mn pour dire ce que l’art fait à l’écriture et ce que l’écriture fait à l’art.

Des voix d’auteurs…

 

3 mn pour parler d’une œuvre littéraire pour un artiste ou d’une œuvre artistique pour un écrivain. 3 mn pour dire la puissance de transformation des mots dans le champ artistique ou des images dans le champ littéraire ou poétique.

Un artiste parle d’un livre fondateur, qui a participé à l’élaboration de son œuvre ou d’une œuvre plastique, qui a provoqué modifications ou bifurcations dans le travail.
Un écrivain parle d’une œuvre artistique qui a eu des répercussions dans son œuvre, dans l’écriture d’un livre, qui traverse les mots.

 

3 mn pour dire ce que l’art fait à l’écriture et ce que l’écriture fait à l’art.

Fabrice Reymond sur «Le Principe d’équivalence» de Robert Filliou

Des voix d’auteurs…

 

3 mn pour parler d’une œuvre littéraire pour un artiste ou d’une œuvre artistique pour un écrivain. 3 mn pour dire la puissance de transformation des mots dans le champ artistique ou des images dans le champ littéraire ou poétique.

Un artiste parle d’un livre fondateur, qui a participé à l’élaboration de son œuvre ou d’une œuvre plastique, qui a provoqué modifications ou bifurcations dans le travail.
Un écrivain parle d’une œuvre artistique qui a eu des répercussions dans son œuvre, dans l’écriture d’un livre, qui traverse les mots.

 

3 mn pour dire ce que l’art fait à l’écriture et ce que l’écriture fait à l’art.

Jérôme Game sur «Tropical Malady» d’Apichatpong Weerasethakul et «Still Life» de Jia Zhangke

Des voix d’auteurs…

 

3 mn pour parler d’une œuvre littéraire pour un artiste ou d’une œuvre artistique pour un écrivain. 3 mn pour dire la puissance de transformation des mots dans le champ artistique ou des images dans le champ littéraire ou poétique.

Un artiste parle d’un livre fondateur, qui a participé à l’élaboration de son œuvre ou d’une œuvre plastique, qui a provoqué modifications ou bifurcations dans le travail.
Un écrivain parle d’une œuvre artistique qui a eu des répercussions dans son œuvre, dans l’écriture d’un livre, qui traverse les mots.

 

3 mn pour dire ce que l’art fait à l’écriture et ce que l’écriture fait à l’art.

Thomas Hirshhorn sur Marcus Steinweig

Des voix d’auteurs…

 

3 mn pour parler d’une œuvre littéraire pour un artiste ou d’une œuvre artistique pour un écrivain. 3 mn pour dire la puissance de transformation des mots dans le champ artistique ou des images dans le champ littéraire ou poétique.

Un artiste parle d’un livre fondateur, qui a participé à l’élaboration de son œuvre ou d’une œuvre plastique, qui a provoqué modifications ou bifurcations dans le travail.
Un écrivain parle d’une œuvre artistique qui a eu des répercussions dans son œuvre, dans l’écriture d’un livre, qui traverse les mots.

 

3 mn pour dire ce que l’art fait à l’écriture et ce que l’écriture fait à l’art.

Jean-Baptiste Ganne sur «Le Capital» de Karl Marx

Des voix d’auteurs…

 

3 mn pour parler d’une œuvre littéraire pour un artiste ou d’une œuvre artistique pour un écrivain. 3 mn pour dire la puissance de transformation des mots dans le champ artistique ou des images dans le champ littéraire ou poétique.

Un artiste parle d’un livre fondateur, qui a participé à l’élaboration de son œuvre ou d’une œuvre plastique, qui a provoqué modifications ou bifurcations dans le travail.
Un écrivain parle d’une œuvre artistique qui a eu des répercussions dans son œuvre, dans l’écriture d’un livre, qui traverse les mots.

 

3 mn pour dire ce que l’art fait à l’écriture et ce que l’écriture fait à l’art.

Bande annonce RELECTURES 16

[Les Lilas • France]

Du 24 septembre au 4 octobre, à l’Espace KHIASMA et dans des lieux partenaires, la 16e édition du festival RELECTURES renouera avec les puissances de la fabulation !

RELECTURES 16 ‘des récits du futur’ invite à un certain usage de la littérature de science-fiction : non seulement comme genre, mais aussi comme méthode. À un moment où notre vision du futur est marquée d’incertitudes politiques, économiques et climatiques, génératrices d’angoisse et de décomposition du lien social, le récit se présente comme un espace d’expérimentation, d’ouvertures. De ruptures créatives et motrices qui sont autant de possibles concourant à la fondation d’un futur commun. En lutte avec l’idéologie de la décadence et ses nostalgies mortifères, une question se profilera donc à l’horizon de chacune des formes proposées par le festival : comment accéder à un avenir qui conserve une dimension de promesse et de transformations radicales ?

Tous les évènements seront captés et diffusés ici-même, du jour pour le lendemain, tout au long du festival.

RELECTURES propose chaque année une programmation croisant les littératures actuelles aux pratiques d’écriture issues de l’art contemporain. RELECTURES est thématique et décline, d’une édition à l’autre, des problématiques liées à la question du récit. Festival des littératures vivantes, RELECTURES met en évidence les démarches transdisciplinaires d’auteurs et d’artistes ouvrant d’autres espaces à la littérature pour se faire entendre (la scène, l’écran, les ondes, le flux, l’installation, le néon, l’affiche, le haut-parleur ou le corps du performeur). Créé en 2006, RELECTURES a lieu pendant deux semaines, entre septembre et octobre. Débutant à l’Espace Khiasma (Les Lilas – 93), il se déploie ensuite dans des lieux partenaires, en Seine-Saint-Denis et dans le 20e arrondissement de Paris.

Bande Annonce réalisée par Benoit Baudinat

Mouvement n°75 / entre les lignes

[Paris • France]
Le 28 mai dernier, était annoncée par communiqué la décision du Tribunal de Commerce de Paris de prononcer la liquidation judiciaire de la revue Mouvement. « Il suffirait de peu de mots : voilà, c’est fini. » La nouvelle en avait peiné beaucoup. Il faut dire que cette publication, fondée en 1993 par Jean-Marc Adolphe, avait, sous ses formules successives — « l’indisciplinaire des arts vivants », « revue indisciplinée », puis sous-titrée « arts et politiques » — accompagnée de nombreuses carrières de spectateurs. Elle avait, aussi, relayé et parfois impulsé nombre de luttes et de combat politiques. Une fabrique (collective) du regard (collectif), où art et engagement s’ajustaient sur la même focale.
Aussi, quand nous avons appris qu’après six mois d’absence Mouvement allait à nouveau être disponible en kiosque, c’est avec grand plaisir que nous lui avons ouvert une antenne sur la r22 Tout-monde ! Aïnhoa Jean-Calmettes, qui est avec Jean-Roch de Logivière à l’initiative de ce nouveau chapitre dans l’histoire de la revue, nous présente donc le sommaire de ce fameux n°75 : ses grandes lignes, sa ligne directrice et, en filigrane, son « interlignage »…

Réalisé par Aïnhoa Jean-Calmettes et Sébastien Zaegel

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Les Lilas • France]
Dans la baie de Rio, rôde le fantôme d’un crocodile.
On dit qu’il vient du Nordeste.
Qu’il a été dévoré par un requin après avoir rencontré le président Vargas.
On dit que c’est à cause d’un film tourné par un américain.
On dit aussi que les requins ne mangent pas les crocodiles.
Et qu’Orson Welles n’a rien à faire là-dedans.

 

dans le cadre d’une résidence au Musée d’Art Contemporain de Niteroi, avec le collectif Suspended Spaces.

Enregistré à l’Espace Khiasma le jeudi 25 septembre 2014, dans le cadre du festival Relectures 15

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Les Lilas • France]
À l’occasion du festival RELECTURES 15 ‘d’après documents’, Matthieu Dibelius a projeté sur les murs de l’Espace Khiasma un montage éloquent d’images sans commentaire. Sans commentaire, mais avec quelques précisions, qu’il apporta lors des échanges qui ont suivi : après son Stade Banal, Matthieu Dibelius est donc passé à l’oral !
Aussi, pour faire échos à l’article que le magazine en ligne de Khiasma publia sur son travail, nous en diffusons un extrait. Il y est question des actions qu’il mène dans le champ « médico-social » (puisque c’est comme ça qu’ « on dit ») et de son rapport au langage, marqué par le « frallemand » de son enfance, et par le dépiautage ludique des dictionnaires…

Enregistré à l’Espace Khiasma le mardi 23 septembre 2014, dans le cadre du festival Relectures 15

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site