▼ Mois
▼ Auteur-s
▼ Programme
▼ Catégorie
 

Les mots qui touchent • Journal de bord #01

[Paris XXème • France]

 

Chaque lundi après-midi, l’Atlas, un espace de travail porté par Khiasma dans la rue Léon Frappé (Paris 20e), accueille des grands adolescents animés par un désir d’expression.

 

En compagnie du rappeur Da Pro et de la psychologue Juliette Delestre, qui les ont tous deux accompagné vers l’écriture, ils ont posé sur le papier leurs espoirs, leurs frustrations, leurs découvertes. Pour la plupart venus il y a peu de Guinée, du Mali, de Côte d’Ivoire, la France n’a de cesse depuis leur arrivée de leur dessiner des situations d’attente, de non-reconnaissance de leur parcours, de non-écoute et de précarisation. Ensemble, ils ont investi l’Atlas comme un lieu de courage, de communauté, et se sont saisis de cet espace pour formaliser, outiller et adresser leurs colères, leurs désillusions, comment ils appréhendaient leur avenir. Ils ont écrit semaine après semaine de grands textes qui habitent avec souveraineté la langue qu’ils apprennent, qu’ils ont travaillé à assumer, à performer.

 

Le projet Ici Bientôt à l’initiative de Khiasma prévoit un ensemble d’ateliers d’écriture et d’éducation à l’image pour des adolescent·es favorisant le développement de l’esprit critique, l’estime de soi et les capacités à débattre avec autrui. Depuis début mai, l’Atlas, espace situé rue Léon Frapié (Paris 20), au coeur du quartier des Fougères, accueille des groupes d’adolescent·es qui échangent, s’interrogent, élaborent des textes, font grandir leur voix.

Un atelier accompagné par Da Pro, Juliette Delestre et Elvina Le Poul
Montage : Simon Marini
Le 13 juillet 2018

Affects | Spinoza Tout-monde

[Paris • France]

 

« Spinoza Tout-Monde » est un projet né de l’atelier Lectures de Bouches, un atelier de lectures enregistrées à partir de textes de poésie et de littérature avec des personnes en apprentissage du français langue étrangère, mené par Patrick Fontana. En 2014, il invite la philosophe Nathalie Chouchan à participer à cet atelier pour travailler ensemble sur des extraits de l’Ethique de Spinoza (1632-1677). Des textes personnels sur les affects du philosophe et des discussions pendant l’atelier ont ainsi été enregistrés.

 

Patrick Fontana travaille sur l’Éthique de Spinoza depuis 2009. Il est l’auteur d’Ethica, Du travail sans obstacle, une application gratuite qui propose une version numérique et augmentée de l’Éthique (parution septembre 2018). Tout au long de ce travail, Il a cherché à développer des liens entre la philosophie de Spinoza et la vie.

 

Un partenariat entre Khiasma et l’atelier formation de base de l’association Emmaüs-Solidarité, dirigé par Rose-Marie Ryan, à Paris et l’association l’Oeil à l’écoute.

Avec les voix de : Chen, Mohammad Hossein, Bahreit, Tieu Anh, Anait, Firouzeh, Mariam, Mohammad, Mina, Mona, Sebastian, Patrick, Nathalie.

Remericements : Jean-Baptiste Fave pour le mixage, Guillaume Mahé.

Désirs | Spinoza Tout-monde

[Paris • France]

 

« Spinoza Tout-Monde » est un projet né de l’atelier Lectures de Bouches, un atelier de lectures enregistrées à partir de textes de poésie et de littérature avec des personnes en apprentissage du français langue étrangère, mené par Patrick Fontana. En 2014, il invite la philosophe Nathalie Chouchan à participer à cet atelier pour travailler ensemble sur des extraits de l’Ethique de Spinoza (1632-1677). Des textes personnels sur les affects du philosophe et des discussions pendant l’atelier ont ainsi été enregistrés.

 

Patrick Fontana travaille sur l’Éthique de Spinoza depuis 2009. Il est l’auteur d’Ethica, Du travail sans obstacle, une application gratuite qui propose une version numérique et augmentée de l’Éthique (parution septembre 2018). Tout au long de ce travail, Il a cherché à développer des liens entre la philosophie de Spinoza et la vie.

 

Un partenariat entre Khiasma et l’atelier formation de base de l’association Emmaüs-Solidarité, dirigé par Rose-Marie Ryan, à Paris et l’association l’Oeil à l’écoute.

 

Avec les voix de : Chen, Mohammad Hossein, Bahreit, Tieu Anh, Anait, Firouzeh, Mariam, Mohammad, Mina, Mona, Sebastian, Patrick, Nathalie.

Remericements : Jean-Baptiste Fave pour le mixage, Guillaume Mahé.

Joies | Spinoza Tout-monde

[Paris • France]

 

« Spinoza Tout-Monde » est un projet né de l’atelier Lectures de Bouches, un atelier de lectures enregistrées à partir de textes de poésie et de littérature avec des personnes en apprentissage du français langue étrangère, mené par Patrick Fontana. En 2014, il invite la philosophe Nathalie Chouchan à participer à cet atelier pour travailler ensemble sur des extraits de l’Ethique de Spinoza (1632-1677). Des textes personnels sur les affects du philosophe et des discussions pendant l’atelier ont ainsi été enregistrés.

 

Patrick Fontana travaille sur l’Éthique de Spinoza depuis 2009. Il est l’auteur d’Ethica, Du travail sans obstacle, une application gratuite qui propose une version numérique et augmentée de l’Éthique (parution septembre 2018). Tout au long de ce travail, Il a cherché à développer des liens entre la philosophie de Spinoza et la vie.

 

Un partenariat entre Khiasma et l’atelier formation de base de l’association Emmaüs-Solidarité, dirigé par Rose-Marie Ryan, à Paris et l’association l’Oeil à l’écoute.

 

Avec les voix de : Chen, Mohammad Hossein, Bahreit, Tieu Anh, Anait, Firouzeh, Mariam, Mohammad, Mina, Mona, Sebastian, Patrick, Nathalie.

Remericements : Jean-Baptiste Fave pour le mixage, Guillaume Mahé.

Tristesses 01 | Spinoza Tout-monde

[Paris • France]

 

« Spinoza Tout-Monde » est un projet né de l’atelier Lectures de Bouches, un atelier de lectures enregistrées à partir de textes de poésie et de littérature avec des personnes en apprentissage du français langue étrangère, mené par Patrick Fontana. En 2014, il invite la philosophe Nathalie Chouchan à participer à cet atelier pour travailler ensemble sur des extraits de l’Ethique de Spinoza (1632-1677). Des textes personnels sur les affects du philosophe et des discussions pendant l’atelier ont ainsi été enregistrés.

 

Patrick Fontana travaille sur l’Éthique de Spinoza depuis 2009. Il est l’auteur d’Ethica, Du travail sans obstacle, une application gratuite qui propose une version numérique et augmentée de l’Éthique (parution septembre 2018). Tout au long de ce travail, Il a cherché à développer des liens entre la philosophie de Spinoza et la vie.

 

Un partenariat entre Khiasma et l’atelier formation de base de l’association Emmaüs-Solidarité, dirigé par Rose-Marie Ryan, à Paris et l’association l’Oeil à l’écoute.

Avec les voix de : Chen, Mohammad Hossein, Bahreit, Tieu Anh, Anait, Firouzeh, Mariam, Mohammad, Mina, Mona, Sebastian, Patrick, Nathalie.

Remericements : Jean-Baptiste Fave pour le mixage, Guillaume Mahé.

Tristesses 02 | Spinoza Tout-monde

[Paris • France]

 

« Spinoza Tout-Monde » est un projet né de l’atelier Lectures de Bouches, un atelier de lectures enregistrées à partir de textes de poésie et de littérature avec des personnes en apprentissage du français langue étrangère, mené par Patrick Fontana. En 2014, il invite la philosophe Nathalie Chouchan à participer à cet atelier pour travailler ensemble sur des extraits de l’Ethique de Spinoza (1632-1677). Des textes personnels sur les affects du philosophe et des discussions pendant l’atelier ont ainsi été enregistrés.

 

Patrick Fontana travaille sur l’Éthique de Spinoza depuis 2009. Il est l’auteur d’Ethica, Du travail sans obstacle, une application gratuite qui propose une version numérique et augmentée de l’Éthique (parution septembre 2018). Tout au long de ce travail, Il a cherché à développer des liens entre la philosophie de Spinoza et la vie.

 

Un partenariat entre Khiasma et l’atelier formation de base de l’association Emmaüs-Solidarité, dirigé par Rose-Marie Ryan, à Paris et l’association l’Oeil à l’écoute.

 

 

Avec les voix de : Chen, Mohammad Hossein, Bahreit, Tieu Anh, Anait, Firouzeh, Mariam, Mohammad, Mina, Mona, Sebastian, Patrick, Nathalie.

Remericements : Jean-Baptiste Fave pour le mixage, Guillaume Mahé.

Tristesses 03 | Spinoza Tout-monde

[Paris • France]

 

« Spinoza Tout-Monde » est un projet né de l’atelier Lectures de Bouches, un atelier de lectures enregistrées à partir de textes de poésie et de littérature avec des personnes en apprentissage du français langue étrangère, mené par Patrick Fontana. En 2014, il invite la philosophe Nathalie Chouchan à participer à cet atelier pour travailler ensemble sur des extraits de l’Ethique de Spinoza (1632-1677). Des textes personnels sur les affects du philosophe et des discussions pendant l’atelier ont ainsi été enregistrés.

 

Patrick Fontana travaille sur l’Éthique de Spinoza depuis 2009. Il est l’auteur d’Ethica, Du travail sans obstacle, une application gratuite qui propose une version numérique et augmentée de l’Éthique (parution septembre 2018). Tout au long de ce travail, Il a cherché à développer des liens entre la philosophie de Spinoza et la vie.

 

Un partenariat entre Khiasma et l’atelier formation de base de l’association Emmaüs-Solidarité, dirigé par Rose-Marie Ryan, à Paris et l’association l’Oeil à l’écoute

Avec les voix de : Chen, Mohammad Hossein, Bahreit, Tieu Anh, Anait, Firouzeh, Mariam, Mohammad, Mina, Mona, Sebastian, Patrick, Nathalie.

Remericements : Jean-Baptiste Fave pour le mixage, Guillaume Mahé.

Colères 01 | Spinoza Tout-monde

[Paris • France]

 

« Spinoza Tout-Monde » est un projet né de l’atelier Lectures de Bouches, un atelier de lectures enregistrées à partir de textes de poésie et de littérature avec des personnes en apprentissage du français langue étrangère, mené par Patrick Fontana. En 2014, il invite la philosophe Nathalie Chouchan à participer à cet atelier pour travailler ensemble sur des extraits de l’Ethique de Spinoza (1632-1677). Des textes personnels sur les affects du philosophe et des discussions pendant l’atelier ont ainsi été enregistrés.

 

Patrick Fontana travaille sur l’Éthique de Spinoza depuis 2009. Il est l’auteur d’Ethica, Du travail sans obstacle, une application gratuite qui propose une version numérique et augmentée de l’Éthique (parution septembre 2018). Tout au long de ce travail, Il a cherché à développer des liens entre la philosophie de Spinoza et la vie.

 

Un partenariat entre Khiasma et l’atelier formation de base de l’association Emmaüs-Solidarité, dirigé par Rose-Marie Ryan, à Paris et l’association l’Oeil à l’écoute.

Avec les voix de : Chen, Mohammad Hossein, Bahreit, Tieu Anh, Anait, Firouzeh, Mariam, Mohammad, Mina, Mona, Sebastian, Patrick, Nathalie.

Remericements : Jean-Baptiste Fave pour le mixage, Guillaume Mahé.

Colères 02 | Spinoza Tout-monde

[Paris • France]

 

« Spinoza Tout-Monde » est un projet né de l’atelier Lectures de Bouches, un atelier de lectures enregistrées à partir de textes de poésie et de littérature avec des personnes en apprentissage du français langue étrangère, mené par Patrick Fontana. En 2014, il invite la philosophe Nathalie Chouchan à participer à cet atelier pour travailler ensemble sur des extraits de l’Ethique de Spinoza (1632-1677). Des textes personnels sur les affects du philosophe et des discussions pendant l’atelier ont ainsi été enregistrés.

 

Patrick Fontana travaille sur l’Éthique de Spinoza depuis 2009. Il est l’auteur d’Ethica, Du travail sans obstacle, une application gratuite qui propose une version numérique et augmentée de l’Éthique (parution septembre 2018). Tout au long de ce travail, Il a cherché à développer des liens entre la philosophie de Spinoza et la vie.

 

Un partenariat entre Khiasma et l’atelier formation de base de l’association Emmaüs-Solidarité, dirigé par Rose-Marie Ryan, à Paris et l’association l’Oeil à l’écoute.

Avec les voix de : Chen, Mohammad Hossein, Bahreit, Tieu Anh, Anait, Firouzeh, Mariam, Mohammad, Mina, Mona, Sebastian, Patrick, Nathalie.

Remericements : Jean-Baptiste Fave pour le mixage, Guillaume Mahé.

Sarcasmes | Spinoza Tout-monde

[Paris • France]

 

« Spinoza Tout-Monde » est un projet né de l’atelier Lectures de Bouches, un atelier de lectures enregistrées à partir de textes de poésie et de littérature avec des personnes en apprentissage du français langue étrangère, mené par Patrick Fontana. En 2014, il invite la philosophe Nathalie Chouchan à participer à cet atelier pour travailler ensemble sur des extraits de l’Ethique de Spinoza (1632-1677). Des textes personnels sur les affects du philosophe et des discussions pendant l’atelier ont ainsi été enregistrés.

 

Patrick Fontana travaille sur l’Éthique de Spinoza depuis 2009. Il est l’auteur d’Ethica, Du travail sans obstacle, une application gratuite qui propose une version numérique et augmentée de l’Éthique (parution septembre 2018). Tout au long de ce travail, Il a cherché à développer des liens entre la philosophie de Spinoza et la vie.

 

Un partenariat entre Khiasma et l’atelier formation de base de l’association Emmaüs-Solidarité, dirigé par Rose-Marie Ryan, à Paris et l’association l’Oeil à l’écoute.

Avec les voix de : Chen, Mohammad Hossein, Bahreit, Tieu Anh, Anait, Firouzeh, Mariam, Mohammad, Mina, Mona, Sebastian, Patrick, Nathalie.

Remericements : Jean-Baptiste Fave pour le mixage, Guillaume Mahé.

Espérances | Spinoza Tout-monde

[Paris • France]

 

« Spinoza Tout-Monde » est un projet né de l’atelier Lectures de Bouches, un atelier de lectures enregistrées à partir de textes de poésie et de littérature avec des personnes en apprentissage du français langue étrangère, mené par Patrick Fontana. En 2014, il invite la philosophe Nathalie Chouchan à participer à cet atelier pour travailler ensemble sur des extraits de l’Ethique de Spinoza (1632-1677). Des textes personnels sur les affects du philosophe et des discussions pendant l’atelier ont ainsi été enregistrés.

 

Patrick Fontana travaille sur l’Éthique de Spinoza depuis 2009. Il est l’auteur d’Ethica, Du travail sans obstacle, une application gratuite qui propose une version numérique et augmentée de l’Éthique (parution septembre 2018). Tout au long de ce travail, Il a cherché à développer des liens entre la philosophie de Spinoza et la vie.

 

Un partenariat entre Khiasma et l’atelier formation de base de l’association Emmaüs-Solidarité, dirigé par Rose-Marie Ryan, à Paris et l’association l’Oeil à l’écoute.

Avec les voix de : Chen, Mohammad Hossein, Bahreit, Tieu Anh, Anait, Firouzeh, Mariam, Mohammad, Mina, Mona, Sebastian, Patrick, Nathalie.

Remerciements : Jean-Baptiste Fave pour le mixage, Guillaume Mahé.

[Noisy-Le-Sec • France]

 

Proposé par l’artiste intervenante Céline Drouin Laroche avec l’école élémentaire D’Estienne d’Orves, Noisy-le-Sec, Mme Frisz (CM1)

 

Cet atelier est réalisé dans le cadre du programme 1, 2, 3 Prunelles mis en place par La Galerie à destination des groupes scolaires. Il se présente en trois séances dont deux ayant lieux à La Galerie où les enfants découvre l’exposition en cours et réalisent des ateliers. La dernière séance prend place dans une structure culturelle partenaire.

 

Cet atelier a pour objectif de mener une réflexion autour de la notion d’hospitalité, de sa définition et de ce qu’elle induit. La visite de l’exposition est l’occasion de découvrir les différentes façons dont les artistes présentés s’approprient la question de l’hospitalité dans leurs œuvres.

 

À travers leurs différentes interprétations et leurs ressentis, les enfants débattent du sens de cette notion. Le but de cet atelier est de créer un lieu qui garde en mémoire et transmet le temps d’une saison leurs réflexions à propos de l’hospitalité. Ainsi chaque enfant inscrit au feutre coloré sa propre définition de l’hospitalité sur les murs de la salle d’atelier. Ils doivent également interroger des membres de leur entourage ainsi que différentes personnes, pouvant être des passants et des membres du personnel de La Galerie, afin de leur demander de définir à leur tour la notion d’hospitalité.

Enregistrement et réalisation : Céline Drouin Laroche

[Noisy-Le-Sec • France]

 

“ Le Dokidoki du benoubek ” atelier par l’artiste intervenante Anna Principaud, avec la classe de CE1 de Mme Dubois et Mme Morin, Ecole élémentaire Paul Langevin, Noisy-le-Sec.

 

Cet atelier est réalisé dans le cadre du programme 1, 2, 3 Prunelles mis en place par La Galerie à destination des groupes scolaires. Il se présente en trois séances dont deux ayant lieux à La Galerie où les enfants découvre l’exposition en cours et réalisent des ateliers. La dernière séance prend place dans une structure culturelle partenaire.

 

A partir de la thématique de la saison 2017-2018 portant sur l’hospitalité, l’atelier propose aux enfants de s’ouvrir à de nouvelles langues et sonorités. Ils y découvrent des mots issus de langues venant du monde entier et n’ayant pas d’équivalent en français.

 

Par groupe de deux, les enfants adoptent un mot sans en connaître le sens. Ils en apprivoisent le son à travers différents petits jeux puis la définition leur est révélée.
Ils s’approprient le sens de ce mot à travers le dessin puis tentent, avec leurs propres mots de le transmettre, à travers un enregistrement audio, aux noiséens.

 

Mots enregistrés par la classe de Mmes Dubois Morin, CE1, école Langevin, Noisy-le-sec


1 – Schizzinoso (italien)

2 – Pienka (russe)
3 – Alhourak (arabe)
4 – Dor (roumain)
5 – Karat (arménien)
6 – Saudade (portugais)
7 – Bob (anglais)
8 – Honuhonu (hawaiien)
9 – Orrugu (basque)
10 – Metanoïa (grec ancien)
11 – Termangu-mangu (indonésien)

Source ayant nourrie l’atelier : Les mots qui nous manquent de Yolande Zauberman et Pauline Spiechowicz
Enregistrement et réalisation : Anna Principaud

Lundi de Phantom n°30 : João Vieira Torres (Lecture)

[Les Lilas • France]

 

Pour le 30ème Lundi de Phantom, João Vieira Torres nous emmène sur les traces d’Aurora, sa grand-mère disparue, sage-femme et guérisseuse pendant plus de quarante ans dans le Sertão profond du Nordeste brésilien.

 

En première partie de soirée, João Vieira Torres a lit un texte en présence de ses rushs. Le voici.

 

Hanté par des apparitions et des voix, son personnage, devenu lui-même un fantôme après son exil en Europe, décide de revenir dans cette région désertique où l’évangélisme gagne du terrain. Lors de ce parcours initiatique où il ne sait ce qu’il cherche, il fera de nombreuses rencontres et chacun souhaitera lui transmettre des histoires, souvent tragiques, de femmes disparues. Il devra transporter malgré lui ce terrible héritage jusqu’à une destination mystérieuse.

 

La figure d’Aurora planait déjà sur le précédent film de João Vieira Torres, Les enfants fantômes. Il poursuit avec Aurora une écriture qui glisse du documentaire à la fiction.

 

João Vieira Torres est né à Recife, Brésil, en 1981. Il vit et travaille depuis 2002 à Paris. Sa pratique inclut la photographie, le cinéma, l’art vidéo et la performance et s’intéresse à la difficulté à de trouver un ancrage, qu’il soit territorial, identitaire ou corporel.

Enregistrement réalisé à l'espace Khiasma le lundi 20 novembre 2017 à l'espace Khiasma. Mixé par Esther Poryles.

[Bagnolet • France]

 

Cartographie sonore de la porte de Bagnolet est un projet en partenariat avec les enfants de l’association Mom’artre et l’artiste Ségolène Thuillart.

 

Avec ce travail  cartographie sonore de la porte de Bagnolet, il est question de retranscrire l’ambiance d’un quartier à travers une bande sonore et d’amener l’enfant à appréhender son environnement sous le prisme de l’ouïe. C’est à travers différents gestes du quotidien que l’on retrace un parcours, que l’on va découvrir diverses sensibilité face au milieu sonore urbain. 

 

Chaque enfant, est allé enregistrer un son qui était propre à son quotidien et à une anecdote.

 

Pour découvrir le travail de Ségolène Thuillart : http://segolenethuillart.tumblr.com

Avec la participation de Eli, Ephrem, Etan, Noé, Rebbeca, Yassin, Elsa et Théo.
Enregistré, monté et réalisé par Ségolène Thuillart en partenariat avec l'association Mom'artre.

[Noisy-le-sec • France]

 

Rencontre avec l’équipe du Théâtre des Bergeries.

 

Connexion bruyante est un projet proposé par l’artiste Hélène Deléan. Cette plateforme radiophonique réunit des communautés d’adolescents qui vont à la rencontre d’acteurs de la vie politique et culturelle contemporaine.

 

Ce programme vise à soulever des enjeux d’appropriation citoyenne des outils numériques comme levier d’émancipation et d’accès à des pratiques artistiques. Il s’inscrit dans le cadre de la convention “Culture et société’’ du Département de la Seine-Saint-Denis.

 

Projet réalisé avec la classe de 4e5 du collège Jacques Prévert de Noisy-le-Sec dans le cadre du dispositif “La Culture et l’art au Collège’’ du Département de la Seine-Saint Denis et avec les adolescents de l’atelier I-LOL-ART.

Enregistrement : Hélène Delean

[Noisy-le-sec • France]

 

Entretien avec des journalistes de Mediapart. 

 

Connexion bruyante est un projet proposé par l’artiste Hélène Deléan. Cette plateforme radiophonique réunit des communautés d’adolescents qui vont à la rencontre d’acteurs de la vie politique et culturelle contemporaine.

 

Ce programme vise à soulever des enjeux d’appropriation citoyenne des outils numériques comme levier d’émancipation et d’accès à des pratiques artistiques. Il s’inscrit dans le cadre de la convention “Culture et société’’ du Département de la Seine-Saint-Denis.

 

Projet réalisé avec la classe de 4e5 du collège Jacques Prévert de Noisy-le-Sec dans le cadre du dispositif “La Culture et l’art au Collège’’ du Département de la Seine-Saint Denis et avec les adolescents de l’atelier I-LOL-ART.

Enregistrement : Hélène Delean

[Noisy-le-sec • France]

 

Entretien avec Fanny, stagiaire à la Galerie, centre d’art de Noisy-le-sec.

 

Connexion bruyante est un projet proposé par l’artiste Hélène Deléan. Cette plateforme radiophonique réunit des communautés d’adolescents qui vont à la rencontre d’acteurs de la vie politique et culturelle contemporaine.

 

Ce programme vise à soulever des enjeux d’appropriation citoyenne des outils numériques comme levier d’émancipation et d’accès à des pratiques artistiques. Il s’inscrit dans le cadre de la convention “Culture et société’’ du Département de la Seine-Saint-Denis.

 

Projet réalisé avec la classe de 4e5 du collège Jacques Prévert de Noisy-le-Sec dans le cadre du dispositif “La Culture et l’art au Collège’’ du Département de la Seine-Saint Denis et avec les adolescents de l’atelier I-LOL-ART.

Enregistrement : Hélène Delean

[Noisy-le-sec • France]

 

Entretien avec Laurent Rivoire, maire de Noisy-le-Sec.

 

Connexion bruyante est un projet proposé par l’artiste Hélène Deléan. Cette plateforme radiophonique réunit des communautés d’adolescents qui vont à la rencontre d’acteurs de la vie politique et culturelle contemporaine.

 

Ce programme vise à soulever des enjeux d’appropriation citoyenne des outils numériques comme levier d’émancipation et d’accès à des pratiques artistiques. Il s’inscrit dans le cadre de la convention “Culture et société’’ du Département de la Seine-Saint-Denis.

 

Projet réalisé avec la classe de 4e5 du collège Jacques Prévert de Noisy-le-Sec dans le cadre du dispositif “La Culture et l’art au Collège’’ du Département de la Seine-Saint Denis et avec les adolescents de l’atelier I-LOL-ART.

Enregistrement : Hélène Delean

Interlude | Lucia Idrissa

[Noisy-le-sec • France]

 

Interlude musicale. 

 

Connexion bruyante est un projet proposé par l’artiste Hélène Deléan. Cette plateforme radiophonique réunit des communautés d’adolescents qui vont à la rencontre d’acteurs de la vie politique et culturelle contemporaine.

 

Ce programme vise à soulever des enjeux d’appropriation citoyenne des outils numériques comme levier d’émancipation et d’accès à des pratiques artistiques. Il s’inscrit dans le cadre de la convention “Culture et société’’ du Département de la Seine-Saint-Denis.

 

Projet réalisé avec la classe de 4e5 du collège Jacques Prévert de Noisy-le-Sec dans le cadre du dispositif “La Culture et l’art au Collège’’ du Département de la Seine-Saint Denis et avec les adolescents de l’atelier I-LOL-ART.

Enregistrement : Hélène Delean

L’Assemblée Nationale

[Noisy-le-sec • France]

 

Entretien avec Claude Bartolone. 

 

Connexion bruyante est un projet proposé par l’artiste Hélène Deléan. Cette plateforme radiophonique réunit des communautés d’adolescents qui vont à la rencontre d’acteurs de la vie politique et culturelle contemporaine.

 

Ce programme vise à soulever des enjeux d’appropriation citoyenne des outils numériques comme levier d’émancipation et d’accès à des pratiques artistiques. Il s’inscrit dans le cadre de la convention “Culture et société’’ du Département de la Seine-Saint-Denis.

 

Projet réalisé avec la classe de 4e5 du collège Jacques Prévert de Noisy-le-Sec dans le cadre du dispositif “La Culture et l’art au Collège’’ du Département de la Seine-Saint Denis et avec les adolescents de l’atelier I-LOL-ART.

Enregistrement : Helene Delean

[Noisy-le-sec • France]

 

Interviews croisées autour de la journée de la femme. 

 

Connexion bruyante est un projet proposé par l’artiste Hélène Deléan. Cette plateforme radiophonique réunit des communautés d’adolescents qui vont à la rencontre d’acteurs de la vie politique et culturelle contemporaine.

 

Ce programme vise à soulever des enjeux d’appropriation citoyenne des outils numériques comme levier d’émancipation et d’accès à des pratiques artistiques. Il s’inscrit dans le cadre de la convention “Culture et société’’ du Département de la Seine-Saint-Denis.

 

Projet réalisé avec la classe de 4e5 du collège Jacques Prévert de Noisy-le-Sec dans le cadre du dispositif “La Culture et l’art au Collège’’ du Département de la Seine-Saint Denis et avec les adolescents de l’atelier I-LOL-ART.

Enregistrement : Helene Delean

[Noisy-le-sec • France]

 

Récit de l’exposition de Tino Sehgal au Palais de Tokyo.

 

Connexion bruyante est un projet proposé par l’artiste Hélène Deléan. Cette plateforme radiophonique réunit des communautés d’adolescents qui vont à la rencontre d’acteurs de la vie politique et culturelle contemporaine.

 

Ce programme vise à soulever des enjeux d’appropriation citoyenne des outils numériques comme levier d’émancipation et d’accès à des pratiques artistiques. Il s’inscrit dans le cadre de la convention “Culture et société’’ du Département de la Seine-Saint-Denis.

 

Projet réalisé avec la classe de 4e5 du collège Jacques Prévert de Noisy-le-Sec dans le cadre du dispositif “La Culture et l’art au Collège’’ du Département de la Seine-Saint Denis et avec les adolescents de l’atelier I-LOL-ART.

Enregistrement : Helene Delean

«Écouter l’espace» | Séance 11

[Paris XXe • France]

 

« Les voix de la fôret » … Reportage de la onzième séance du projet «Ecouter l’espace» à l’école Le Vau.

 

Ce projet invite les enfants de l’école Le Vau (Paris 20e) à ressentir l’environnement qui les entoure à partir de l’écoute et des sensations corporelles. Deux intervenantes sont à l’œuvre : Hélène Cœur, spécialiste du son, et Milena Gilabert, danseuse. Ensemble, elles amènent les enfants à traverser les sons comme des matières d’une palette en mouvement.

À la fin de chaque atelier, deux enfants sont désignés comme « reporters » un enfant lit, un autre enregistre.

Une quinzaine de séances sont réparties tout au long de l’année scolaire. Elle se déroulent parfois en classe, parfois dans d’autres espaces du quartier, à explorer et découvrir. Chaque séance fait l’objet d’un compte-rendu sonore (réalisé par les élèves) qui vous permettra de suivre le projet pas à pas !

 

Un projet réalisé avec le soutien de la Fondation de France.

«Écouter l’espace» | Séance 10

[Paris XXe • France]

 

« Du ventre au crépitements » … Reportage de la dixième séance du projet «Ecouter l’espace» à l’école Le Vau.

 

Ce projet invite les enfants de l’école Le Vau (Paris 20e) à ressentir l’environnement qui les entoure à partir de l’écoute et des sensations corporelles. Deux intervenantes sont à l’œuvre : Hélène Cœur, spécialiste du son, et Milena Gilabert, danseuse. Ensemble, elles amènent les enfants à traverser les sons comme des matières d’une palette en mouvement.

À la fin de chaque atelier, deux enfants sont désignés comme « reporters » un enfant lit, un autre enregistre.

Une quinzaine de séances sont réparties tout au long de l’année scolaire. Elle se déroulent parfois en classe, parfois dans d’autres espaces du quartier, à explorer et découvrir. Chaque séance fait l’objet d’un compte-rendu sonore (réalisé par les élèves) qui vous permettra de suivre le projet pas à pas !

 

Un projet réalisé avec le soutien de la Fondation de France.

Patati et patatras – Live au Théâtre Berthelot

[Montreuil • France]

 

Patati et Patatras, conte sonore réalisé par les élèves de l’école Voltaire et Aude Rabillon. Concert au Théâtre Berthelot le 19 juin 2017.

 

Aude Rabillon, artiste résidente des Instants Chavirés, a mené tout au long de l’année 2016-17 un travail autour de l’écoute sur le territoire du bas Montreuil : cinéma pour l’oreille, ateliers de pratique artistique, et de création partagée. La résidence implantée dans l’école élémentaire Voltaire implique de fait principalement ses élèves. Les enfants de deux classes de CM1 ont ainsi créé un conte sonore : de l’enregistrement au montage ils ont suivi toutes les étapes de la création, et présentent maintenant leur création en public. 

 

Ce projet s’inscrit dans le cadre des « résidences d’artiste en milieu scolaire », dispositif élaboré et financé par la Direction Régionale des Affaires Culturelles – Service du Développement et de l’Action Territoriale. La résidence est portée par les Instants Chavirés en partenariat avec l’école élémentaire Voltaire et l’équipe enseignante des CM1.

Transcriptions :
Français

Avec la classe de M. Durremberger : Yunus A, Yanisse Ali B, Anissia B, Alice B, Audren C, Melchior F, Lilas G, Leandro, Felix G, Marcello G, Nina I, Veska IA, Ramy Zakhari K, Fanny M, Alfred N, Joséphine O, Riyad O, Saviour R-L, Hailey S, Angèle V, Fernando Ricardo Z.

Patati et patatras

[Montreuil • France]

 

Patati et Patatras, conte sonore réalisé par les élèves de l’école Voltaire et Aude Rabillon.

 

Aude Rabillon, artiste résidente des Instants Chavirés, a mené tout au long de l’année 2016-17 un travail autour de l’écoute sur le territoire du bas Montreuil : cinéma pour l’oreille, ateliers de pratique artistique, et de création partagée. La résidence implantée dans l’école élémentaire Voltaire implique de fait principalement ses élèves. Les enfants de deux classes de CM1 ont ainsi créé un conte sonore : de l’enregistrement au montage ils ont suivi toutes les étapes de la création, et présentent maintenant leur création en public. 

 

Ce projet s’inscrit dans le cadre des « résidences d’artiste en milieu scolaire », dispositif élaboré et financé par la Direction Régionale des Affaires Culturelles – Service du Développement et de l’Action Territoriale. La résidence est portée par les Instants Chavirés en partenariat avec l’école élémentaire Voltaire et l’équipe enseignante des CM1.

Transcriptions :
Français

Avec :
la classe de M.Henry : Yassine BY, Zahra B, Louna B, Aurèle BdC, Mahé B, Nell C, Elias D, Sido D, Adan D, Lucile F, Timothée F, Emma Lou H, Ali K, Raphaël K, Badis K, Madeleine N-R, Merwan O, Amine S, Thietsy S-S, Simon T, Djeneba T, Hiro VdV.
la classe de Mme Thomas : Ilias A, Léonie B, Ilian B-A, Modley C, Nils C, Romain D, Camelia G, Aleksandre G, Léo K, Noussayba L, Jason L, Djamel M, Matthieu O, Thomas P, Pablo P, Ambre P, David S, Dana S, Paule S, Yssa T, Loriya Z, Melyssa Z.

«Écouter l’espace» | Séance 9

[Paris XXe • France]

«Le colin-maillard du périphérique»… Reportage de la neuvième séance du projet «Ecouter l’espace» à l’école Le Vau.

 

Ce projet invite les enfants de l’école Le Vau (Paris 20e) à ressentir l’environnement qui les entoure à partir de l’écoute et des sensations corporelles. Deux intervenantes sont à l’œuvre : Hélène Cœur, spécialiste du son, et Milena Gilabert, danseuse. Ensemble, elles amènent les enfants à traverser les sons comme des matières d’une palette en mouvement.

À la fin de chaque atelier, deux enfants sont désignés comme « reporters » un enfant lit, un autre enregistre.

Une quinzaine de séances sont réparties tout au long de l’année scolaire. Elle se déroulent parfois en classe, parfois dans d’autres espaces du quartier, à explorer et découvrir. Chaque séance fait l’objet d’un compte-rendu sonore (réalisé par les élèves) qui vous permettra de suivre le projet pas à pas !

 

Un projet réalisé avec le soutien de la Fondation de France.

«Écouter l’espace» | Séance 8

[Paris XXe • France]

Quand la classe se sépare en la terre, l’eau et l’air… Reportage de la huitième séance du projet «Ecouter l’espace» à l’école Le Vau.

Ce projet invite les enfants de l’école Le Vau (Paris 20e) à ressentir l’environnement qui les entoure à partir de l’écoute et des sensations corporelles. Deux intervenantes sont à l’œuvre : Hélène Cœur, spécialiste du son, et Milena Gilabert, danseuse. Ensemble, elles amènent les enfants à traverser les sons comme des matières d’une palette en mouvement.

À la fin de chaque atelier, deux enfants sont désignés comme « reporters » un enfant lit, un autre enregistre.

Une quinzaine de séances sont réparties tout au long de l’année scolaire. Elle se déroulent parfois en classe, parfois dans d’autres espaces du quartier, à explorer et découvrir. Chaque séance fait l’objet d’un compte-rendu sonore (réalisé par les élèves) qui vous permettra de suivre le projet pas à pas !

Un projet réalisé avec le soutien de la Fondation de France.

Espace culturel d’Anglemont | Carte de visite sonore

[Les Lilas • France]

 

L’Espace culturel d’Anglemont, situé aux Lilas, abrite à la fois le centre culturel Jean Cocteau, le conservatoire Gabriel Fauré, la bibliothèque André Malraux et le square Georges Gay.

 

Accompagné par l’équipe de Khiasma et une animatrice du Service jeunesse des Lilas, un groupe de sept adolescents a réalisé cette carte de visite sonore. En se familiarisant avec le matériel technique, les jeunes ont circulé dans les différents espaces pour capter des sons d’ambiance et réaliser des interviews du personnel et des usagers.

 

 

Enregistrements et entretiens réalisés en juin 2016 par Néné-Aminata, Marwan, Harouna, Fatou et Bilal.
Montage et mixage : Adrien Tripon (Khiasma).

«Écouter l’espace» | Séance 7

[Paris XXe • France]

 

Dans le préau, de simples sacs plastiques deviennent des objets sonores et cinétiques… Reportage de la septième séance du projet «Ecouter l’espace» à l’école Le Vau.

 

Ce projet invite les enfants de l’école Le Vau (Paris 20e) à ressentir l’environnement qui les entoure à partir de l’écoute et des sensations corporelles. Deux intervenantes sont à l’œuvre : Hélène Cœur, spécialiste du son, et Milena Gilabert, danseuse. Ensemble, elles amènent les enfants à traverser les sons comme des matières d’une palette en mouvement.

 

À la fin de chaque atelier, deux enfants sont désignés comme « reporters » un enfant lit, un autre enregistre.

 

Une quinzaine de séances sont réparties tout au long de l’année scolaire. Elle se déroulent parfois en classe, parfois dans d’autres espaces du quartier, à explorer et découvrir. Chaque séance fait l’objet d’un compte-rendu sonore (réalisé par les élèves) qui vous permettra de suivre le projet pas à pas !

 

Un projet réalisé avec le soutien de la Fondation de France.

«Écouter l’espace» | Séance 6

[Paris XXe • France]

«Un nuage magique, calme, crépitant, liquide»… Reportage de la sixième séance du projet «Ecouter l’espace» à l’école Le Vau.

Ce projet invite les enfants de l’école Le Vau (Paris 20e) à ressentir l’environnement qui les entoure à partir de l’écoute et des sensations corporelles. Deux intervenantes sont à l’œuvre : Hélène Cœur, spécialiste du son, et Milena Gilabert, danseuse. Ensemble, elles amènent les enfants à traverser les sons comme des matières d’une palette en mouvement.

À la fin de chaque atelier, deux enfants sont désignés comme « reporters » un enfant lit, un autre enregistre.

Une quinzaine de séances sont réparties tout au long de l’année scolaire. Elle se déroulent parfois en classe, parfois dans d’autres espaces du quartier, à explorer et découvrir. Chaque séance fait l’objet d’un compte-rendu sonore (réalisé par les élèves) qui vous permettra de suivre le projet pas à pas !

Utopie, (Dystopie, Mazzerati)

[Paris 20e • France]

 

De février à mai 2017, l’artiste Luca Wyss a travaillé sur le quartier des Fougères – Le Vau dans le cadre d’une résidence entre différentes structures de ce territoire : la Maison des Fougères, le Cap de Bonne Espérance, l’Espace Paris Jeunes Mahalia Jackson, la Cabane Fleury et le collège Pierre Mendès-France. Dans chacun de ces lieux l’artiste a proposé des ateliers avec les différents publics qui les fréquentent. Au début, il s’est agi d’imaginer des récits sur le futur du quartier. Comment sera le quartier dans 20 ans ? Comment serons nous dans 20 ans ? En jouant les ethnologues du futur, les participants se sont interrogés les uns aux autres. Puis, ces histoires ont été mises en images (photo, vidéo, dessin, collage…), mais pas par le même groupe qui les a produites : l’artiste a fait circuler les récits d’un lieu à l’autre. Ainsi, par exemple, un groupe de collégiens se retrouve à faire des petits films sur le monde imaginé par des adultes usagers de la psychiatrie du CAP de Bonne Espérance.

Les résultats de ces ateliers ont été exposés dans les structures impliquées lors d’un parcours artistique de restitution festif et convivial le 13 mai. Les glissements se sont poursuivi à cette occasion, car les œuvres n’ont pas été montrées là où elles ont été produites, participant ainsi à la circulation des publics et à son mélange.

 

Face à la violence sociale présente tout autour de nous, je suis à la recherche des lueurs présentes dans la vie quotidienne ; ces petits gestes, mots, rythmes et actes qui défient l’oppression. Dans ce but, je travaille à partir de la conversation ; enregistrant des entretiens, organisant des espaces de dialogue, examinant les pratiques sociales, partageant des rencontres.

Mes travaux sont des procédures invitant au dialogue. Comme dans la pratique documentaire, j’utilise la réalité comme matière première pour mon travail. Les résultats prennent la forme de performances, d’événements culinaires, de films documentaires et de interventions quotidiennes. Ma recherche m’a amené dans une station radio alternative dans un Kosovo occupé par l’ONU, à suivre un tournoi de football dans une banlieue d’Alger, à demander l’avenir à des amis sans-papiers à Paris, à interroger mes collègues artistes à propos de leurs jobs alimentaires, à organiser un réseau d’aliments biologiques à Buenos Aires, à voler avec les cerfs-volants d’une favela de Rio de Janeiro…
Je traduis ces moments d’émancipation en récits pour libérer leur possibilité d’être des ponts au-delà de frontières culturelles/territoriales/sociales.

Luca Wyss

(Utopie,) Dystopie, (Mazzerati)

[Paris 20e • France]

 

De février à mai 2017, l’artiste Luca Wyss a travaillé sur le quartier des Fougères – Le Vau dans le cadre d’une résidence entre différentes structures de ce territoire : la Maison des Fougères, le Cap de Bonne Espérance, l’Espace Paris Jeunes Mahalia Jackson, la Cabane Fleury et le collège Pierre Mendès-France. Dans chacun de ces lieux l’artiste a proposé des ateliers avec les différents publics qui les fréquentent. Au début, il s’est agi d’imaginer des récits sur le futur du quartier. Comment sera le quartier dans 20 ans ? Comment serons nous dans 20 ans ? En jouant les ethnologues du futur, les participants se sont interrogés les uns aux autres. Puis, ces histoires ont été mises en images (photo, vidéo, dessin, collage…), mais pas par le même groupe qui les a produites : l’artiste a fait circuler les récits d’un lieu à l’autre. Ainsi, par exemple, un groupe de collégiens se retrouve à faire des petits films sur le monde imaginé par des adultes usagers de la psychiatrie du CAP de Bonne Espérance.

Les résultats de ces ateliers ont été exposés dans les structures impliquées lors d’un parcours artistique de restitution festif et convivial le 13 mai. Les glissements se sont poursuivi à cette occasion, car les œuvres n’ont pas été montrées là où elles ont été produites, participant ainsi à la circulation des publics et à son mélange.

 

Face à la violence sociale présente tout autour de nous, je suis à la recherche des lueurs présentes dans la vie quotidienne ; ces petits gestes, mots, rythmes et actes qui défient l’oppression. Dans ce but, je travaille à partir de la conversation ; enregistrant des entretiens, organisant des espaces de dialogue, examinant les pratiques sociales, partageant des rencontres.

Mes travaux sont des procédures invitant au dialogue. Comme dans la pratique documentaire, j’utilise la réalité comme matière première pour mon travail. Les résultats prennent la forme de performances, d’événements culinaires, de films documentaires et de interventions quotidiennes. Ma recherche m’a amené dans une station radio alternative dans un Kosovo occupé par l’ONU, à suivre un tournoi de football dans une banlieue d’Alger, à demander l’avenir à des amis sans-papiers à Paris, à interroger mes collègues artistes à propos de leurs jobs alimentaires, à organiser un réseau d’aliments biologiques à Buenos Aires, à voler avec les cerfs-volants d’une favela de Rio de Janeiro…
Je traduis ces moments d’émancipation en récits pour libérer leur possibilité d’être des ponts au-delà de frontières culturelles/territoriales/sociales.

Luca Wyss

(Utopie, Dystopie,) Mazzerati

[Paris 20e • France]

 

De février à mai 2017, l’artiste Luca Wyss a travaillé sur le quartier des Fougères – Le Vau dans le cadre d’une résidence entre différentes structures de ce territoire : la Maison des Fougères, le Cap de Bonne Espérance, l’Espace Paris Jeunes Mahalia Jackson, la Cabane Fleury et le collège Pierre Mendès-France. Dans chacun de ces lieux l’artiste a proposé des ateliers avec les différents publics qui les fréquentent. Au début, il s’est agi d’imaginer des récits sur le futur du quartier. Comment sera le quartier dans 20 ans ? Comment serons nous dans 20 ans ? En jouant les ethnologues du futur, les participants se sont interrogés les uns aux autres. Puis, ces histoires ont été mises en images (photo, vidéo, dessin, collage…), mais pas par le même groupe qui les a produites : l’artiste a fait circuler les récits d’un lieu à l’autre. Ainsi, par exemple, un groupe de collégiens se retrouve à faire des petits films sur le monde imaginé par des adultes usagers de la psychiatrie du CAP de Bonne Espérance.

Les résultats de ces ateliers ont été exposés dans les structures impliquées lors d’un parcours artistique de restitution festif et convivial le 13 mai. Les glissements se sont poursuivi à cette occasion, car les œuvres n’ont pas été montrées là où elles ont été produites, participant ainsi à la circulation des publics et à son mélange.

 

Face à la violence sociale présente tout autour de nous, je suis à la recherche des lueurs présentes dans la vie quotidienne ; ces petits gestes, mots, rythmes et actes qui défient l’oppression. Dans ce but, je travaille à partir de la conversation ; enregistrant des entretiens, organisant des espaces de dialogue, examinant les pratiques sociales, partageant des rencontres.

Mes travaux sont des procédures invitant au dialogue. Comme dans la pratique documentaire, j’utilise la réalité comme matière première pour mon travail. Les résultats prennent la forme de performances, d’événements culinaires, de films documentaires et de interventions quotidiennes. Ma recherche m’a amené dans une station radio alternative dans un Kosovo occupé par l’ONU, à suivre un tournoi de football dans une banlieue d’Alger, à demander l’avenir à des amis sans-papiers à Paris, à interroger mes collègues artistes à propos de leurs jobs alimentaires, à organiser un réseau d’aliments biologiques à Buenos Aires, à voler avec les cerfs-volants d’une favela de Rio de Janeiro…
Je traduis ces moments d’émancipation en récits pour libérer leur possibilité d’être des ponts au-delà de frontières culturelles/territoriales/sociales.

Luca Wyss

«Écouter l’espace» | Séance 5

[Paris XXè • France]

 

Compte rendu de l’atelier son et mouvement de l’année scolaire 2016-2017. La deuxième année de l’atelier de la classe de Camille Bedel à l’école Le Vau, porté sur le son et le mouvement, a mené les élèves à réaliser un « reportage » enregistré, compte rendu de fin de séance.

 

Ces projets ont été produits par Khiasma et financés par la Fondation de France, la Ville de Paris et la Caisse des dépôts et consignations.

«Écouter l’espace» | Séance 4

[Paris XXe • France]

Ce projet invite les enfants de l’école Le Vau (Paris 20e) à ressentir l’environnement qui les entoure à partir de l’écoute et des sensations corporelles. Deux intervenantes sont à l’œuvre : Hélène Cœur, spécialiste du son, et Milena Gilabert, danseuse. Ensemble, elles amènent les enfants à traverser les sons comme des matières d’une palette en mouvement.

Une quinzaine de séances sont réparties tout au long de l’année scolaire. Elle se déroulent parfois en classe, parfois dans d’autres espaces du quartier, à explorer et découvrir.
Chaque séance fait l’objet d’un compte-rendu sonore (réalisé par les élèves) qui vous permettra de suivre le projet pas à pas !

«Écouter l’espace» | Séance 3

[Paris XXe • France]

Ce projet invite les enfants de l’école Le Vau (Paris 20e) à ressentir l’environnement qui les entoure à partir de l’écoute et des sensations corporelles. Deux intervenantes sont à l’œuvre : Hélène Cœur, spécialiste du son, et Milena Gilabert, danseuse. Ensemble, elles amènent les enfants à traverser les sons comme des matières d’une palette en mouvement.

Une quinzaine de séances sont réparties tout au long de l’année scolaire. Elle se déroulent parfois en classe, parfois dans d’autres espaces du quartier, à explorer et découvrir.
Chaque séance fait l’objet d’un compte-rendu sonore (réalisé par les élèves) qui vous permettra de suivre le projet pas à pas !

[Paris XXe • France]

 

La Maison des Fougères a eu la chance d’accueillir Sarah de RAJE pour un atelier de création sonore « Made in Fougères » le 18, 19 et 20 octobre 2016. Cet atelier pour enfants a rassemblé une dizaine de jeunes enquêteurs en herbe, qui ont inventé des histoires autour de La Cabane Fleury en captant les sons alentours et en enregistrant leurs récits. À travers ce travail créatif, il s’agissait de capter la vie du square Fleury, tout cela en jouant et en se familiarisant avec les techniques radiophoniques.
Merci à Sarah et à la Cabane Fleury !

Participants : Matilde, Gabriel, Alexandre, Yousra, Boubakari, Tayra, Rahma, Wahel, Lina, Jezinho, Djimbala
Animé par : Sarah Haderbache

[Paris XXe • France]

 

La Maison des Fougères a eu la chance d’accueillir Sarah de RAJE pour un atelier de création sonore « Made in Fougères » le 18, 19 et 20 octobre 2016. Cet atelier pour enfants a rassemblé une dizaine de jeunes enquêteurs en herbe, qui ont inventé des histoires autour de La Cabane Fleury en captant les sons alentours et en enregistrant leurs récits. À travers ce travail créatif, il s’agissait de capter la vie du square Fleury, tout cela en jouant et en se familiarisant avec les techniques radiophoniques.
Merci à Sarah et à la Cabane Fleury !

Participants : Matilde, Gabriel, Alexandre, Yousra, Boubakari, Tayra, Rahma, Wahel, Lina, Jezinho, Djimbala
Animé par : Sarah Haderbache

[Paris XXe • France]

 

La Maison des Fougères a eu la chance d’accueillir Sarah de RAJE pour un atelier de création sonore « Made in Fougères » le 18, 19 et 20 octobre 2016. Cet atelier pour enfants a rassemblé une dizaine de jeunes enquêteurs en herbe, qui ont inventé des histoires autour de La Cabane Fleury en captant les sons alentours et en enregistrant leurs récits. À travers ce travail créatif, il s’agissait de capter la vie du square Fleury, tout cela en jouant et en se familiarisant avec les techniques radiophoniques.
Merci à Sarah et à la Cabane Fleury !

Participants : Matilde, Gabriel, Alexandre, Yousra, Boubakari, Tayra, Rahma, Wahel, Lina, Jezinho, Djimbala
Animé par : Sarah Haderbache

[Paris XXIe • France]

 

La Maison des Fougères a eu la chance d’accueillir Sarah de RAJE pour un atelier de création sonore « Made in Fougères » le 18, 19 et 20 octobre 2016. Cet atelier pour enfants a rassemblé une dizaine de jeunes enquêteurs en herbe, qui ont inventé des histoires autour de La Cabane Fleury en captant les sons alentours et en enregistrant leurs récits. À travers ce travail créatif, il s’agissait de capter la vie du square Fleury, tout cela en jouant et en se familiarisant avec les techniques radiophoniques.
Merci à Sarah et à la Cabane Fleury !

Participants : Matilde, Gabriel, Alexandre, Yousra, Boubakari, Tayra, Rahma, Wahel, Lina, Jezinho, Djimbala
Animé par : Sarah Haderbache

«Écouter l’espace» | Séance 2

[Paris XXe • France]

 

Compte rendu de l’atelier son et mouvement de l’année scolaire 2016-2017. 

La deuxième année de l’atelier de la classe de Camille Bedel à l’école Le Vau, porté sur le son et le mouvement, a mené les élèves à réaliser un « reportage » enregistré, compte rendu de fin de séance.

 

Ces projets ont été produits par Khiasma et financés par la Fondation de France, la Ville de Paris et la Caisse des dépôts et consignations.

 

«Écouter l’espace» | Séance 1

[Paris XXe • France]

 

Compte rendus de l’atelier son et mouvement de l’année scolaire 2016-2017. La deuxième année de l’atelier ans la classe de Camille Bedel à l’école Le Vau porte sur le son et le mouvement.

Les élèves réalisent un « reportage » enregistré, compte rendu de fin de séance.

Ces projets ont été produits par Khiasma et financés par la Fondation de France, la Ville de Paris et la Caisse de dépôts et consignations.

[Paris XXe • France]

 

Les enfants de la classe de Camille Bedel, à l’école Le Vau parlent plusieurs langues, ils se sont enregistrés.

 

Atelier son et photo mené pendant l’année scolaire 2016-2017 avec le plasticien Yo-yo Gonthier.

 

Récits d’après / les verbes

[Villemomble • France]
Le parcours « La Culture et l’Art au Collège » ‘Récits d’après’, organisé par l’Espace Khiasma au collège Pasteur de Villemomble avec la complicité de l’auteur Emmanuel Rabu, s’inscrit dans la continuité directe de la thématique du festival de littératures vivantes RELECTURES 16 ‘des récits du futur’.

 

À un moment où notre vision du futur est marquée par des incertitudes politiques, économiques, climatiques, génératrices d’angoisse et de décomposition du lien social, il semble important d’outiller les élèves pour leur permettre de concevoir un avenir qui conserve une dimension de promesses et de transformations. Or, la capacité de fabulation fait partie des ressources dont nous disposons pour transmettre une mémoire, une compréhension du monde, et inventer un devenir.

 

Récit d’après se présente donc comme un dispositif de « narration spéculative » qui a pour but la mise en situation d’une classe de sixième à travers une fiction-cadre : imaginer quels pourraient être les récits, les connaissances, les contes et les fables du « monde d’avant » qu’en regard de ce « monde d’après », les survivants de l’apocalypse pourraient se raconter. Rassemblés autour du feu ou dans l’enceinte de ce « cercle magique » théorisé par Johan Huizinga, lequel permet de créer momentanément une parenthèse spatiotemporelle dans laquelle les règles de comportements sont différentes. Ces « jeux » que l’on dit à juste titre « de sociétés », et qui peuvent être une façon de reconstituer, transmettre et remettre en acte une mémoire, des savoirs, des pratiques, des valeurs et des histoires qui permettraient de réenvisager différemment le présent « à partir de l’avenir »…

 

La question du rapport entre les Hommes et les animaux y est centrale, permettant de lier la question de l’écologie à l’usage narratif des symboliques animales dans les oeuvres aux programmes (tel que la figure du loup dans les contes, les fables, ou encore du renard dans Le Petit Prince, qui est l’oeuvre intégrale étudiée). Conformément à l’hétérogénéité textuelle qui caractérise l’esthétique littéraire d’Emmanuel Rabu, différents types de textes sont directement manipulés par les élèves, expérimentant ainsi leurs spécificités propres en imaginant comment ces derniers pourraient être agencés pour reconstituer une « encyclopédie post-apocalyptique » sous forme de poème visuel et sonore :

 

– Vaste jeu de l’Oie qui rassemblerait des savoirs disparates sur un monde animal disparu…

 

– Litanie de listes à fonction récapitulatives qui, à l’exemple de celles qui nous reste des civilisations également disparues, telles les listes lexicales sumériennes et mésopotamiennes, constituent souvent les premières formes littéraires répertoriées…

Réalisation : Emmanuel Rabu
Voix : les élèves de la classe de 6e de Chloé Denamur, du collège Pasteur de Villemomble

Récits d’après / les lieux

[Villemomble • France]
Le parcours « La Culture et l’Art au Collège » ‘Récits d’après’, organisé par l’Espace Khiasma au collège Pasteur de Villemomble avec la complicité de l’auteur Emmanuel Rabu, s’inscrit dans la continuité directe de la thématique du festival de littératures vivantes RELECTURES 16 ‘des récits du futur’.

 

À un moment où notre vision du futur est marquée par des incertitudes politiques, économiques, climatiques, génératrices d’angoisse et de décomposition du lien social, il semble important d’outiller les élèves pour leur permettre de concevoir un avenir qui conserve une dimension de promesses et de transformations. Or, la capacité de fabulation fait partie des ressources dont nous disposons pour transmettre une mémoire, une compréhension du monde, et inventer un devenir.

 

Récit d’après se présente donc comme un dispositif de « narration spéculative » qui a pour but la mise en situation d’une classe de sixième à travers une fiction-cadre : imaginer quels pourraient être les récits, les connaissances, les contes et les fables du « monde d’avant » qu’en regard de ce « monde d’après », les survivants de l’apocalypse pourraient se raconter. Rassemblés autour du feu ou dans l’enceinte de ce « cercle magique » théorisé par Johan Huizinga, lequel permet de créer momentanément une parenthèse spatiotemporelle dans laquelle les règles de comportements sont différentes. Ces « jeux » que l’on dit à juste titre « de sociétés », et qui peuvent être une façon de reconstituer, transmettre et remettre en acte une mémoire, des savoirs, des pratiques, des valeurs et des histoires qui permettraient de réenvisager différemment le présent « à partir de l’avenir »…

 

La question du rapport entre les hommes et les animaux y est centrale, permettant de lier la question de l’écologie à l’usage narratif des symboliques animales dans les oeuvres aux programmes (tel que la figure du loup dans les contes, les fables, ou encore du renard dans Le Petit Prince, qui est l’oeuvre intégrale étudiée). Conformément à l’hétérogénéité textuelle qui caractérise l’esthétique littéraire d’Emmanuel Rabu, différents types de textes sont directement manipulés par les élèves, expérimentant ainsi leurs spécificités propres en imaginant comment ces derniers pourraient être agencés pour reconstituer une « encyclopédie post-apocalyptique » sous forme de poème visuel et sonore :

 

– Vaste jeu de l’Oie qui rassemblerait des savoirs disparates sur un monde animal disparu…

 

– Litanie de listes à fonction récapitulatives qui, à l’exemple de celles qui nous reste des civilisations également disparues, telles les listes lexicales sumériennes et mésopotamiennes, constituent souvent les premières formes littéraires répertoriées…

Réalisation : Emmanuel Rabu
Voix : les élèves de la classe de 6e de Chloé Denamur, du collège Pasteur de Villemomble

[Paris • France]

Restitution de l’atelier « Discussion avec Jean-Paul Curnier – 4 dates pour une création radiophonique » menés avec les habitants du quartiers Fougères, 20ème arrondissement de Paris au cours de l’année 2014.

Avoir lieu d’être : ainsi pourrait-on énoncer la devise qui est au cœur du projet de la Maison des Fougères. Or, c’est un être-ensemble qu’il s’agit d’abriter en ce lieu. Aussi, afin que les énergies convergent dans l’action, mais également dans la réflexion sur ce que signifie faire « maison commune », Jean-Paul Curnier, philosophe-écrivain-poète — et résidant, lui-même, à l’Espace Khiasma — anima plusieurs séances d’une discussion sur le thème de la chartre. Occasion de poser quelques fondations apparentes au cœur de cette maison encore en chantier, et d’y aménager un atelier de fabrication collective du collectif. La réalisatrice sonore Hélène Cœur y promena ses micros afin que le groupe se ressaisisse de sa parole, la réécoute, la ré-agence et, à partir de cette mise en dialogue des envies et des avis, créé avec son aide, pour la r22-Tout-monde, une polyphonie radiophonique qui n’a pas eu pour vocation à être tout à fait « comme à la radio ». Dans le cadre de RELECTURES, en présence de Jean-Paul Curnier et d’Hélène Cœur, les participants à l’atelier ont ouverts les portes de la Maison des Fougères et nous donner à entendre, autour d’un verre, le résultat de leur travail.

 

dans le cadre de la résidence d’écrivain de Jean-Paul Curnier à l’Espace Khiasma, un programme conduit par le service livre de la Région Île-de-France

Réalisé par Hélène Cœur au Musée Commun, dans le cadre du festival Relectures 15

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site

Nous sommes tous des schizophrènes dangereux

[Reims • France]
Un dimanche par mois, au 10 rue Voltaire, juste derrière la cathédrale de Reims :
Des patients et des soignants se retrouvent pour réfléchir à voix haute.
Certains sont toujours là, quelques-uns viennent souvent, d’autres ne font que passer.
Les Hauts Parleurs réinventent à chaque fois un espace commun d’hospitalité et d’imaginaires partagés pour bousculer les mots à la mode, les mots « commodes » que tout le monde emploie, mais que personne n’écoute… Dédogmatiser le « prêt-à-parler » et se réapproprier le pouvoir perdu de « nommer ».
Leurs trouvailles sont restituées sous différentes formes : une vidéo largement diffusée, des collaborations éditoriales, et plusieurs performances scéniques (dont l’ouverture du festival Les Évadés du Bocal).
Donnant aussi leur propre interprétation de la « Semaine de la santé mentale » promue par les instances officielles, les patients et les soignants du réseau thérapeutique Antonin Artaud proposent une « Semaine de la folie ordinaire », avec débats, expositions et prises de parole multiples, pour faire entendre un autre écho de la souffrance psychique que celui du risque, de la dangerosité, de la simple adaptabilité sociale ou de l’efficience individuelle. On y fait un sort aux étiquettes et aux clichés sur la folie que véhicule la rubrique des faits divers.
Pour inaugurer le feuilleton radiophonique diffusé sur R22 jusqu’à la prochaine « Semaine de la Folie Ordinaire » en mars 2015, Les Hauts Parleurs reviennent sur les slogans concoctés pour la première MAD PRIDE française. Organisée sur le modèle de celles qui ont vu le jour à Londres, Toronto, Bruxelles ou Salvador, « LA MARCHE DES FOUS » a eu lieu le samedi 14 juin 2014 entre l’hôpital psychiatrique Sainte-Anne et l’Hôtel de Ville de Paris, pour lutter contre la stigmatisation des personnes souffrant de troubles psychiques.

Réalisé par Matthieu Dibelius, dans le cadre de l’atelier d’écriture qu’il mène avec le réseau thérapeutique Antonin Artaud

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Paris • France]

 

« En tant que mot lancé dans l’espace, je ne sens pas le besoin de le décrypter et de le justifier même si je peux jeter des lumières sur son apparition. La façon dont je vois et je sens que si je parle de ce poème, je l’appauvris. Pour moi c’est une tentative de prononcer un mot et si on prononce un mot avec son corps, si on prononce viscéralement au lieu de le prononcer uniquement au bout des lèvres dans une fonction du mot, dans une phrase en fin où il a une fonction subalterne finalement parce qu’il est là pour servir à formuler une pensée, une idée. Or ce mot est lissé dans son existence matérielle et le passage d’une syllabe à l’autre ouvre des labyrinthes enfin, je suis persuadé que si on prononce vraiment un mot, on dit le monde, on dit tous les mots. Si on essaye de faire corps avec le mot alors on fait corps avec le monde et on sert tout son pouvoir d’explosion et le mot est une vibration solidifiée finalement, il est dans un état d’esclavage par définition parce qu’il est cristallisé dans un concept. Mais si on le sort de sa forme et de sa condition de mot, sa condition limitée à ce qu’il est enfin, le mot est comme un être, enfin, qui est enfermé dans sa condition humaine et qui est ce qu’il est. » Ghérasim Luca, France Culture, 1977.

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

Le principe d’incertitude — Le rêve en action

[Paris • France]

 

Héros-limite 1953 (éditions José Corti)

Avec Firouzeh Esmaeilli Kosej et Taha Baharam Brahim.

 

Ghérasim Luca est né en 1913, le fils de Berl Locker, tailleur à Bucarest, tôt orphelin de guerre, parlait roumain, français, allemand et yiddish. En 1962, à presque cinquante ans, dix ans après son installation à Paris, il notait pour lui-même cette proposition paradoxale et forte ; « Je suis l’Étranjuif ». Il attendit en effet la fin des années quatre-vingt pour abandonner son statut d’apatride, obligé qu’il était de régulariser ses papiers d’identité. Son suicide, le 9 février 1994 dans la Seine, est venu comme rappeler non seulement qu’il se considérait comme définitivement « hors la loi » ainsi qu’il l’a proclamé dans le poème-tract de 1960, La Clef, mais aussi qu’il avait toujours dansé sur la corde…


Serge Martin, Ghérasim Luca sur la corde, revue Europe mai 2016.
http://ver.hypotheses.org/serge-martin

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

Le principe d’incertitude — Soupir-à-trappes

[Paris • France]

 

Héros-limite 1953 (éditions José Corti)

Avec Nathalie Nambot

 

Lecture(s) de Bouche(s), vidéo-performance, parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca a été créé en 2009 à l’Espace Khiasma.

Patrick Fontana / Aelters / Pierre-Yves Fave

http://fofana.free.fr/wp/?page_id=50

 

Pour la vidéo-performance Lecture(s) de Bouche(s) (en écho au titre de Luca Théâtre de Bouche), le travail artistique se développait autour des Cubomanies de Ghérasim Luca. Il s’agissait d’accompagner visuellement et musicalement les poésies avec un dispositif numérique développé avec Pierre-Yves Fave sur la musique électronique d’Aelters. Tous les poèmes étaient tirés du livre La proie s’ombre, ceux enregistrés et ceux lus en direct par la comédienne, Nathalie Nambot.

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

Le principe d’incertitude — Quart d’heure de culture métaphysique

[Paris • France]

 

Le chant de la carpe 1973 (éditions José Corti)

Avec Natalia Bykova, Whenhua Huang, Anastassa Lavelina.

 

Cet essai-poème défait les dualismes traditionnels, « vie » et « mort », « angoisses », « frissons » et « idées », sans compter les catégories « dedans » versus « dehors », « en avant » versus « en arrière », jusqu’à la consigne irréalisable finale, « Expirer en inspirant / inspirer en expirant », qui opère à proprement parler une sortie radicale de toute la culture métaphysique, un peu à la manière dont Spinoza demandait de penser ce que un corps dans le langage (Éthique, livre III, scolie de la proposition 2)… Serge Martin, Ghérasim Luca sur la corde, revue Europe mai 2016.

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

Le principe d’incertitude — La paupière philosophale

[Paris • France]

 

Le Chant de la carpe 1973 (éditions José Corti)

Avec Victoria Yanovski, Whenhua Huang, Anastassa Lavelina.

 

« Glissez-glissez-à-votre-tour ». (le verbe dans le Chant de la Carpe)

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

Le principe d’incertitude —  Poésie élémentaire

[Paris • France]

 

Paralipomènes 1976 (éditions José Corti)

Avec Nidia Alba Ramirez, Léa Nguyen, Taha Baharam Brahim, Chen Zhijie

 

l’eau qui a l’air d’allumer

le feu sur la terre

l’air d’allumer l’air sur le feu

l’air d’allumer sur l’eau

ce qui a l’air de s’éteindre sur terre

l’air d’allumer et d’étreindre

l’eau et le feu en l’air :

 

le cancer tu

questionne la santé bavarde

depuis quand sers-tu

dans la maison des sourds ?

de puits en puits de vérité :

 

O         vide en exil      A          mer suave

I           mage               E          toile renversée

U          topique

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

De-Monologue — La Parole

[Paris • France]

 

Avec Nidia Alba Ramirez, Léa Nguyen, Taha Baharam Brahim, Chen Zhijie

 

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

Crier Taire Sourire Fou

[Paris • France]

 

Avec Natalia Bykova, Wenhua Huang, Yadviga Silvanovic

 

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

Apostroph’Apocalypse — À bras ouverts, main coupée

[Paris • France]

 

Avec Natalia Bykova, Sakunthalahevi Punniyamoothy, Nora Djebbari, Kamer Güngör, Sarabjit Kaur Karnail Sing, Wenhua Huang, Yadviga Silvanovic, Mme Pang Ip Kenf, Mme Singh Charanjit Kaur, Touria Rouane, Wenhua Huang, Victoria Yanovski Anastassa Lavelina 

 

 

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

Apostroph’Apocalypse — Paralipomènes (Extrait)

[Paris • France]

 

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

La fin du monde — Prendre corps

[Paris • France]

 

Avec Bamby Bassoum, Maria Antonietta Benedetti, Frédéric Dautais, Guillaume Mahé, Tayyebeh Tafrechy, Nidia  Alba Ramirez, Léa Nguyen, Taha Baharam Brahim, Chen Zhijie, Delphine Verron, Li Thi Cam Van, Firouzeh, Esmaelli Kosej, Thie Nga Galmiche

 

 

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

La fin du monde — Son corps léger

[Paris • France]

 

Avec Chen Zhijie, Li Thi Cam Van, Firouzeh Esmaelli Kosej, Ndoubme Gueye, Barikissou Le Gac, Niranja Kanagaratnam, Thi Nga Galmiche, Maria Antonietta, Benedetti, Tayyebeh Tafrechy, Nidia Alba Ramirez, Taha Baharam Brahim, Léa Nguyen

 

 

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

La proie s’ombre — À l’orée d’un bois…

[Paris • France]

 

Avec Anastassa Lavelina, Nathalie Nambot (extrait de Lecture(s) de bouche(s))

 

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

La proie s’ombre — le tourbillon qui repose

[Paris • France]

 

Avec Nathalie Nambot (extrait de la vidéo-performance)         

 

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

La proie s’ombre — Entre ta chaussure

[Paris • France]

 

Avec Wenhua Huang, Mathias van der Meulen, Natalia Bykova, Anastassa Lavelina

 

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

La proie s’ombre — Vers le non-mental

[Paris • France]

 

Avec Nathalie Nambot (extrait de la vidéo-performance)

 

 

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

La proie s’ombre — Madeleine

[Paris • France]

 

Avec Wenhua Huang, Sarabit Kaur Karnail Sing, Weizhen Zheng, Mme Sing Charanzit Kaur, Touria Rouane, Victoria Yanovski, Kamer Güngör

 

 

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

La proie s’ombre — gRÈVE GÉNÉRALe

[Paris • France]

 

Avec Yadviga Silvanovic, Wenhua Huang, Natalia Bykova, Victoria Yanovski, Anastassa Lavelina, Weizhen Zheng

 

Luca nous fait danser non seulement par corps mais par tout le vivre dans le continu de ses activités : aimer, penser, écrire, voir, mourir… C’est une activité « sans fins fin ni commencement », un(e) « gRÊVE GÉNÉRALe ». Une activité qui renverse, qui déborde et qui démode toutes les activités enregistrées culturellement, socialement et moralement. Bref un « acte simple » dont la simplicité ouvre à une performativité radicale engageant le tout de la vie et même, au-delâ un continu de l’histoire et du cosmos….

Serge Martin, Ghérasim Luca sur la corde, revue Europe mai 2016.

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

La proie s’ombre — La forêt

[Paris • France]

 

Avec Yenge Yagba Lo, Natalia Bykova, Sakunthalahevi Punniyamoothy, Nora Djebbari, Kamer Güngör, Sarabjit Kaur Karnail Sing,  Yadviga Silvanovic, Mme Pang Ip Kent, Mme Singh Charanjit Kaur, Touria Rouane, Wenhua Huang, Victoria Yanovski, Anastassa Lavelina, Nathalie Nambot, Weizhen Zheng, léléna Besuy, Mme Mohamed Mhzin, Fatima Hassana

 

 

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.

La proie s’ombre — Crimes sans initiales

[Paris • France]

 

Avec Weizhen Zheng, Nora Djebbari, Mme Singh Charanjit Kaur, Iéléna Besuy, Sarabjit Kaur Karnail Sing, Victoria Yanovski, Mathias van der Meulen, Mme Mohamed Mhzin Fathima Hassana, Ahmed Siam, Kamer Güngör, Yadviga Silvanovic, Mme Mohamed Mhzin Fathima Hassana, Natalia Bykova, Wenhua Huang, Mme Pang Ip Kenf, Touria Rouane, Anastassa Lavelina, Nathalie Nambot

 

et Jim Robinson Anthony, Shilpi Begam, Galina Bykova, Isis Greiss, Raziye Kacak, Ngoc Minh Tu, Islam Saiful, Van Minh An, Mehmet Yildiz, Aizhu Zheng …

Le CD Luca Babel – Parcours dans l’œuvre de Ghérasim Luca (1913-1994) , 1 CD, 72 minutes.
Patrick Fontana www.grenze.org
Prises de son et mixage : Jean-Baptiste Fave.
Musique : Aelters, Léa Nguyen à la Cithare vietnamienne (Dan Tranh).
Crédit Photos : Matthieu Gauchet, Seb Godefroy. Production : Khiasma, Patrick Fontana, Association Emmaüs-Solidarité (AFB direction Rose-Marie Ryan) avec le soutien de JT international France, Drac Île-de-France, l’association l’œil à l’écoute http://www.loeilalecoute.org/
Patrick Fontana a reçu le prix « Coup de cœur 2014 » de la commission « Parole enregistrée et documents sonores » de l’Académie Charles Cros.