Natasha Ginwala, née en 1985, est une curatrice, chercheuse et écrivain. Elle est conseillère curatoriale et commissaire du programme public My East Is Your West avec Shilpa Gupta et Rashid Rana pour la 56e Biennale de Venise (2015), et a été membre de l’équipe artistique de la 8e Biennale de Berlin pour l’Art Contemporain (2015). (...)Natasha Ginwala, née en 1985, est une curatrice, chercheuse et écrivain. Elle est conseillère curatoriale et commissaire du programme public My East Is Your West avec Shilpa Gupta et Rashid Rana pour la 56e Biennale de Venise (2015), et a été membre de l’équipe artistique de la 8e Biennale de Berlin pour l’Art Contemporain (2015). Ses travaux récents inclus le projet curatorial en plusieurs parties Landings (avec Vivian Ziherl) et The Museum of Rythm à la Biennale de Taipei 2012 ( avec Anselm Franke). Ginwala est la curatrice invitée de l’Utrecht Graduate School of Visual Art and Design, et a contribué à plusieurs publications et journaux tels que Afterall Online, The Exhibitionist, Metropolis M, e-flux journal, et Ibraaz .
▼ Mois
▼ Auteur-s
 

Mind Moves Matter – Mohamed Larbi Rahhali / entretien avec Natasha Ginwala

[Rabat • Maroc] 
Mind Moves Matter est la première exposition montrant la pensée et le travail d’une vie de l’artiste tétouanais Mohamed Larbi Rahhali. Par une animation des formes du quotidien et une compréhension perspicace du temps qui, bien que profondément personnelle, s’étend aussi à une échelle planétaire, Larbi révèle la pratique de la vie en tant qu’expérience constante de la création artistique. L’espace-temps de L’appartement 22 va capturer l’atmosphère de la maison et studio d’artiste, rappelant un mini musée constitué d’une scénographie absurde, d’un re-traitement imaginatif d’objets trouvés et de dispositifs conçus pour évoquer les relations d’aujourd’hui entre l’homme et la terre.

Larbi possède un parcours professionnel multiple en tant qu’artiste visuel, ayant appris différentes techniques artisanales pratiquées dans la médina de Tétouan, construit des décors de cinéma élaborés et également travaillé à l’Institut des Beaux-Arts en tant que technicien les années précédentes. Par ailleurs, sa relation intrinsèque avec la mer en tant que pêcheur est crucial afin d’envisager sa pratique artistique comme un tout.

Dans une Gesamtkunstwerk réconciliant les vocabulaires conceptuels, scientifiques et artisanaux, nous sommes témoins des intérieurs infimes d’une boite d’allumettes, des mouvements d’un cadran solaire artisanal et de l’étendue complexe de filets de pêches englobant la connaissance de la mer qui agissent comme des dispositifs chorégraphiques entre l’ordre et le chaos, l’horizon de la mer et l’espace interstellaire, la mémoire personnelle et la psyché collective.

Commissaire : Natasha Ginwala ( délégation artistique)