Marc Perrin travaille à des textes où origine et présent cherchent un passage par lequel parole et corps animent la mémoire (et pense la lecture publique et la performance comme des temps où l’écriture continue d’avoir lieu). (...)Marc Perrin travaille à des textes où origine et présent cherchent un passage par lequel parole et corps animent la mémoire (et pense la lecture publique et la performance comme des temps où l’écriture continue d’avoir lieu). Il publie aux éditions Dernier Télégramme, dans les revues Du nerf, LGO, Dixit, 22MdP, Canicula, Multitudes, Chimères et Nioques, sur la vie manifeste, libr-critique.com et remue.net, et est à l’initiative de la revue ce qui secret
▼ Mois
▼ Auteur-s
▼ Programme
 

Spinoza in China, commencement

[Les Lilas • France]
Spinoza in China
 est (pour peu de temps encore) un chantier d’écriture : «autobiographie de l’enfant Ernesto, âgé de 10 ans et quelques secondes, ou, et, quelques siècles», «récit des multiples instants d’une émancipation, lente, laborieuse, mais tenace», «ode à l’amour» et «programme éditorial poétique, pour les 34 prochaines années».

Du reste, au fur et à mesure que tombent les dépêches AFP : « Spinoza in China est également une exposition des Visages d’Ernesto, au quotidien, sous forme d’une série de portraits dont le titre d’ensemble est le suivant : Si l’état du monde est visible un peu sur mon visage alors je peux dire un peu je suis de ce monde. »