▼ Mois
▼ Auteur-s
▼ Programme
▼ Catégorie
 

[Paris XIX • France]

 

Une discussion à trois voix, entre Dr Katia Youssov, Emilie Hermant et Valérie Pihet, fondatrices de Ddd et auteurs de Le Chemin des possibles, Éditions Dingdingdong, 2017.

 

Katia Youssov est neurologue au sein du Centre National de référence « maladie de Huntington », Département de neurologie, CHU Henri Mondor, Créteil. Chaque jour, elle accompagne des personnes touchées par Huntington, au sein d’une équipe pluridisciplinaire composée de travailleurs sociaux, de psychologues, d’ergothérapeutes, de psychomotriciens etc. Elle est membre de Ddd et participe également à la recherche clinique sur la MH.

 

Les Discussions. D’une demi-heure environ, menées par Ddd auprès de personnes qui œuvrent pour faire du Huntingtonland un monde habitable, qu’ils soient soignants ou usagers, ces interviews sont l’occasion d’écouter celles/ceux qui ont les mains dans le cambouis.

 

Cliquer ici pour écouter la capsule associée. Avec Vinciane Despret. 

Enregistré en décembre 2017 par l'équipe de Ding Ding Dong et mixé par l'équipe de la r22 Tout-monde.

Capsule n°1 : Les ruses par Vinciane Despret

[Paris XIX • France]

 

Philosophe et psychologue née et vivant à Liège (Belgique), enseignante à l’Université de Liège et à l’Université Libre de Bruxelles, Vinciane Despret mène ses recherches au sein des domaines de l’ethnopsychologie et de l’éthologie. Elle s’est longuement intéressée aux humains travaillant sur et avec les animaux. Elle a également travaillé à une approche constructiviste des émotions, ainsi qu’à une recherche sur les relations qu’entretiennent les vivants et les morts.

 

Les capsules. Les membres de Ddd prennent la parole par l’intermédiaire de capsules sonores de trois-quatre minutes pour partager leurs idées. Elles peuvent être écoutées indépendamment des interviews, comme de petites fenêtres sur les travaux du labo Ddd.

 

Cliquer ici pour écouter la discussion associée. Avec Émilie Hermant, Valérie Pihet  et Katia Youssov.

Enregistré en décembre 2017 par l'équipe de Ding Ding Dong et mixé par l'équipe de la r22 Tout-monde.

[Paris 10e • France]

 

Fabulations océaniques

 

Extrait d’ « Ouvertures », film en cours de Louis Henderson

Un secret ne se transmet qu’en se transformant et en se transmutant.

En pensant l’opacité et l’obscurité comme des stratégies esthétiques de création artistique, cette présentation se penchera sur les politiques de translation et de transmission des héritages ancestraux dans les sociétés coloniales et les anciennes sociétés esclavagistes. Elle s’appuiera sur deux extraits de films récents, comme des exemples d’une double fonction des gestes artistiques qui à la fois révèlent et dissimulent des secrets dans des processus de transmutation.

 

Plus d’informations sur Black Lens

Enregistré le 30 mars 2018 à La Colonie.
Conception : Filipa César, Louis Henderson & Olivier Marboeuf
Production : Khiasma en collaboration avec Archive Kabinett (Berlin) & Spectre Productions
« Black Lens » est un programme associé du festival Cinéma du Réel au Centre Pompidou.
Avec le soutien du fonds PERSPEKTIVE pour l’art contemporain & l’architecture (une initiative du Bureau des arts plastiques de l’Institut français, soutenue par le Ministère de la Culture et le Goethe Institut) et de Fluxus Art Projects.

[Paris 10e • France]

 

Fabulations océaniques

 

De 1993 à 2002, Drexciya, un duo de musiques électroniques basé à Détroit, a publié une influente série d’enregistrements imaginant un système mondial fictionnel appelé Drexciya peuplé des descendants subaquatiques des africains noyés par les négriers pendant la Traversée de l’Atlantique. La fable de Drexciya a donné le point de départ d’Hydra Decapita, un travail du Otolith Group qui fait comparaître une série de spectres du capital afin de convoquer une séance qui plonge le public dans une évocation affective de l’abstraction économique contemporaine.

 

La projection s’est suivit d’une discussion avec Erika Balsom à réécouter ici. 

 

Plus d’informations sur Black Lens

Enregistré le 30 mars 2018 à La Colonie.
Conception : Filipa César, Louis Henderson & Olivier Marboeuf
Production : Khiasma en collaboration avec Archive Kabinett (Berlin) & Spectre Productions
« Black Lens » est un programme associé du festival Cinéma du Réel au Centre Pompidou.
Avec le soutien du fonds PERSPEKTIVE pour l’art contemporain & l’architecture (une initiative du Bureau des arts plastiques de l’Institut français, soutenue par le Ministère de la Culture et le Goethe Institut) et de Fluxus Art Projects.

[Paris 10e • France]

 

Fabulations océaniques

 

Cette conférence s’intègre à “Un sentiment océanique” (An oceanic Feeling), un projet curatorial mené par Erika Balsom qui examine les histoires, les politiques et les esthétiques de l’océan à travers le cinéma. La présentation se penchera sur le problème posé par la représentation de la traversée de l’Atlantique, et mettra en dialogue des films comme Le dernier négrier (Slave Ship, 1937) et Âmes à la mer (Souls at Sea, 1937) avec le travail d’artistes plus récents, comme Hydra decapita de The Otolith Group.

 

Plus d’informations sur Black Lens

Enregistré le 30 mars 2018 à La Colonie.
Conception : Filipa César, Louis Henderson & Olivier Marboeuf
Production : Khiasma en collaboration avec Archive Kabinett (Berlin) & Spectre Productions
« Black Lens » est un programme associé du festival Cinéma du Réel au Centre Pompidou.
Avec le soutien du fonds PERSPEKTIVE pour l’art contemporain & l’architecture (une initiative du Bureau des arts plastiques de l’Institut français, soutenue par le Ministère de la Culture et le Goethe Institut) et de Fluxus Art Projects.

Black Lens | Black Atlantis : Retrograde Futurism (Discussion)

[Paris 10e • France]

 

Fabulations océaniques

 

Discussion autour de Black Atlantis.

Cette conférence-performance rassemble les notes d’un film et d’un essai à venir. Le 29 avril 2006, un bateau de sept mètres a été repéré au sud-est de l’île de la Barbade. Les gardes-côte ont retrouvé à bord les corps de onze personnes, que le soleil et l’eau salée avaient préservés et asséchés. Ce navire fantôme a dérivé pendant quatre mois dans l’Océan Atlantique. Il avait pris la mer le jour de noël, en quittant la ville de Praia au Cap-Vert, plein à craquer de personnes migrant du Sénégal, de la Guinée-Bissau, et de Gambie en direction des îles Canarie. Chacune de ses personnes avaient payé 890£ pour avoir une place dans ce bateau. Quatre mois plus tard, le bateau a été retrouvé au large des côtes de l’île de Barbade.

 

Elle propose un récit inadéquat de cette histoire qui puise dans des matériaux et des outils définis pour donner du sens à la complicité du temps, des courants océaniques et de la violence d’États dans la trajectoire de ce bateau. Le balancement entre la forme-film et la forme-essai traduit un questionnement autour de la pertinence à jauger les histoires et les affects liés à la traversée, les langages qui rendent évidente la matérialité de la mer, et le caractère à la fois commensurable et incommensurable de l’horreur charriée par la figure du navire fantôme.

 

Plus d’informations sur Black Lens

Enregistré le 30 mars 2018 à La Colonie.
Conception : Filipa César, Louis Henderson & Olivier Marboeuf
Production : Khiasma en collaboration avec Archive Kabinett (Berlin) & Spectre Productions
« Black Lens » est un programme associé du festival Cinéma du Réel au Centre Pompidou.
Avec le soutien du fonds PERSPEKTIVE pour l’art contemporain & l’architecture (une initiative du Bureau des arts plastiques de l’Institut français, soutenue par le Ministère de la Culture et le Goethe Institut) et de Fluxus Art Projects.

Black Lens | Black Atlantis : Retrograde Futurism (Performance)

[Paris 10e • France]

 

Fabulations océaniques

 

Cette conférence-performance rassemble les notes d’un film et d’un essai à venir. Le 29 avril 2006, un bateau de sept mètres a été repéré au sud-est de l’île de la Barbade. Les gardes-côte ont retrouvé à bord les corps de onze personnes, que le soleil et l’eau salée avaient préservés et asséchés. Ce navire fantôme a dérivé pendant quatre mois dans l’Océan Atlantique. Il avait pris la mer le jour de noël, en quittant la ville de Praia au Cap-Vert, plein à craquer de personnes migrant du Sénégal, de la Guinée-Bissau, et de Gambie en direction des îles Canarie. Chacune de ses personnes avaient payé 890£ pour avoir une place dans ce bateau. Quatre mois plus tard, le bateau a été retrouvé au large des côtes de l’île de Barbade.

 

Elle propose un récit inadéquat de cette histoire qui puise dans des matériaux et des outils définis pour donner du sens à la complicité du temps, des courants océaniques et de la violence d’États dans la trajectoire de ce bateau. Le balancement entre la forme-film et la forme-essai traduit un questionnement autour de la pertinence à jauger les histoires et les affects liés à la traversée, les langages qui rendent évidente la matérialité de la mer, et le caractère à la fois commensurable et incommensurable de l’horreur charriée par la figure du navire fantôme.

 

Plus d’informations sur Black Lens

Enregistré le 30 mars 2018 à La Colonie.
Conception : Filipa César, Louis Henderson & Olivier Marboeuf
Production : Khiasma en collaboration avec Archive Kabinett (Berlin) & Spectre Productions
« Black Lens » est un programme associé du festival Cinéma du Réel au Centre Pompidou.
Avec le soutien du fonds PERSPEKTIVE pour l’art contemporain & l’architecture (une initiative du Bureau des arts plastiques de l’Institut français, soutenue par le Ministère de la Culture et le Goethe Institut) et de Fluxus Art Projects.

Voix-vives | Entretien avec Alexandra Dols, réalisatrice du film «Derrière les fronts»

[Paris XI • France]

 

Entretien avec Alexandra Dols, réalisatrice du film Derrière les fronts : résistances et résilience en Palestine par Béatrice Rettig lors de la journée Voix-vives

 

« Derrière les fronts : résistances et résiliences en Palestine » est un film documentaire sur les conséquences invisibles de la colonisation : l’occupation intime, celle de l’espace mental. Espace où l’équilibre, l’estime de soi, le moral et l’âme deviennent des lieux de lutte, de résilience et de résistance.

 

Voix vives, ou l’histoire orale du présent est une journée de workshop et plateau radiophonique public autour de l’histoire des mouvements, au croisement du collectif et des itinéraires personnels, les pratiques historiennes à la marge, les arts narratifs qui laissent de la place à la subjectivité, ces histoires au pluriel non historicisées qui ne suivent pas les logiques de l’histoire avec un grand H.

 

Enregistrement par Victor Donati le 6 juin 2018 à la Général Nord-Est dans la cadre de la journée « Voix-Vives »

Potager Liberté : Capsule N°1 

[Les Lilas • France]

 

Portait de l’association Potager Liberté et de ses membres, à travers des extraits sonores issus de réunions du collectif et de présentations publiques.

 

Dans le cadre de l’exposition « Ici & Ailleurs » du 10 au 30 juin 2018 à l’espace Khiasma, le Potager Liberté présente deux pièces sonores par Juan Guillermo Dumay, artiste sonore (memodumay.tumblr.com) et membre du collectif qui ouvrent ici la collaboration du Potager Liberté avec la radio r22 Tout Monde. Voici la première pièce. 

 

 

Réalisation : Juan Guillermo Dumay