▼ Mois
▼ Auteur-s
 

[Montreuil • France]
Sept personnes ont chanté La souris verte à Violaine Lochu, faisant de la chanson enfantine l’élément le plus transmis lors du collectage de Mémoire Palace. La jeune artiste se propose de superposer ces versions les unes avec les autres, faisant apparaître à la fois différences et ressemblances entre elles. Une véritable polyphonie se fait alors entendre.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site.

Greffer, Espalier, Dresser – Mohssin Harraki / Audioguide

[Rabat • Maroc]
Réalisé dans le cadre de l’exposition Greffer, Espalier, Dresser de Mohssin Harraki, qui a eu lieu du 25 juin au 16 août 2014 à L’appartement22, cet audioguide vous permettra de suivre cet événement à distance – à la fois dans l’espace et dans le temps. L’artiste y évoque son questionnement du lignage et de la filiation à partir d’une réflexion sur le motif de l’arbre généalogique appréhendé de façon littérale, comme une espèce végétale sur laquelle il serait possible de pratiquer l’horticulture. Un aperçu de son travail au son des outils qui y prennent part : meuleuse, arc à souder – lui permettant d’imprimer à même la surface du fer ses arborescences aux allures d’organigrammes.

 

Nous invitons nos auditeurs non-arabophones qui souhaiteraient en savoir plus à lire la présentation de l’exposition par Emma Chubb, disponible en cliquant sur l’onglet « Transcription ».

Transcriptions :
Français / English

Audioguide réalisé par L’appartement22, dans le cadre de l’exposition Greffer, Espalier, Dresser de Mohssin Harraki qui a eu lieu du 25 juin au 16 août 2014

Une transcription traduite en anglais et en français sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]
Un jour, dans l’espace du Centre d’art Le 116, le QG a chuchoté à l’oreille des visiteurs :
« Quel a été le moment déclencheur, l’étincelle ? »
« Qu’est-ce qui t’inspire ? »
« Qu’est-ce que tu produis dans le monde ? »

L’objectif de ces 3 questions : enquêter le « satori », un mot japonais difficile à traduire, désignant ce moment d’illumination que nous avons tous pu avoir quand, soudainement, un événement, et notamment une expérience esthétique, a provoqué en nous une compréhension de l’ordre de l’éveil spirituel, qui nous enseigne indistinctement quelque chose de très important sur notre soi profond et sur le monde. Les visiteurs ont écrit leurs réponses sur des feuilles blanches, dont voici la compilation.

Collecter et faire entendre ces moments de satori auprès du public du 116 consistait pour le QG à se mettre à l’écoute de la sensibilité intérieure de ce public, de lui donner un lieu d’expression et de mise en commun au sein du centre d’art.

Réalisation: Pour le QG: Anna Recalde Miranda, Claire Fouquet, Romain Di Vozzo.
Merci à Sarina Basta et Marianne Cornil pour l'inspiration.

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]
De quoi parle t-on le plus à Montreuil ? Quel serait le thème favoris des montreuillois ? L’amour bien sûr ! Violaine Lochu regroupe chansons, poésies, blagues, expressions… pour constituer un véritable Hymne à l’amour protéiforme.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]
A partir de promenades dans Montreuil, Violaine Lochu se questionne sur la manière dont on entend l’espace lors de déplacements urbains. Strates sonores, bruits soudains, changements d’ambiance, variation de volume sonore… autant de phénomène que la jeune artiste cherche à retranscrire dans Ballade.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site.

Glitch in Variable and Determinate States

[Pantin • France]
« Enregistrement MIDI de l’interface clavier, tandis que sept notes sont jouées de façon linéaire ou en masses sur des périodes chronométrées. Ces données d’enregistrement ont ensuite été imprimées sur 102 pages qui ont été entrées dans l’ordinateur de commutation vidéo, et la télévision a joué visuellement les sept notes. Les 102 pages ont ensuite été réinterprétées comme un volume de texte et de dessin. Le texte est de trois phrases : « je suis dans l’amour », « la maison est un tangible », « le sublime n’est pas un faussaire », avec des pages de dessin qui les sépare. Les données MIDI ont été enfin utilisées pour contrôler la lecture des échantillons enregistrés du tube cathodique de la télévision en tension et hors tension. » Rebekkah Palov

Glitch in Variable and Determinate States, d'après une partition de Rebekkah Palov

Greffer, Espalier, Dresser – Mohssin Harraki / entretien avec Emma Chubb

[Rabat • Maroc]
L’artiste Mohssin Harraki s’entretient avec Emma Chubb, commissaire de l’exposition qui s’est tenue à L’appartement22 l’été dernier, accueillant son installation intitulée Greffer, Espalier, Dresser. Composée de trente-trois « dessins » sur trois panneaux et trente feuilles de fer, lesquelles sont rassemblées dans un carnet à spirale, cette œuvre retraite la métaphore de l’« arbre généalogique » au moyen de techniques dont on use habituellement lorsqu’il s’agit d’horticulture. Greffer, espalier, Dresser déplace donc symboliquement cette volonté de domestiquer la nature – de la cultiver – sur ce terrain de la transmission culturelle qu’est la généalogie. L’arbre étant utilisé comme support d’une modélisation graphique pouvant permettre d’observer la façon dont les grandes familles religieuses et politiques traversent l’Histoire d’un pays, et de mettre en question les opérations de « sélections » qui, comme dans l’horticulture, sont à l’œuvre dans la constitution des lignées et l’établissement des filiations.

Nous invitons nos auditeurs non-arabophones qui souhaiteraient en savoir plus à lire la présentation de l’exposition par Emma Chubb, disponible en cliquant sur l’onglet « Transcription ».

Transcriptions :
Français / English

Enregistré à L’appartement22, dans le cadre de l’exposition Greffer, Espalier, Dresser de Mohssin Harraki qui à eu lieu du 25 juin au 16 août 2014

Une transcription traduite en anglais et en français sera très prochainement disponible sur le site

[Montreuil • France]
Depuis septembre, Violaine Lochu a commencé son travail de collectage sur tout Montreuil. Lors de rencontres organisées dans des structures ou des associations – Maison des Babayagas, Collectif 14, Ecod’rom, le 116, lycée Condorcet, bibliothèque Daniel Renoult, centre social du Bel Air, Nouveau Théâtre de Montreuil, bibliothèque Colonel Fabien, fête des Ramenas, fondation Rothschild – la jeune artiste a demandé aux montreuillois de lui transmettre quelque chose qu’ils connaissaient par cœur (chant, poésie, prière, recette de cuisine, etc. ) dans la langue de leur choix. A partir de ces matériaux sonores, elle propose deux pièces sonores construites sous la forme d’anadiploses ; une figure de style consistant en la reprise du dernier mot d’une proposition à l’initiale d’une proposition qui suit.

Pièce sonore réalisée par Violaine Lochu dans le cadre de sa résidence au 116 et de la fabrication de son projet Mémoire Palace, du 15 sept au 10 janvier.
Partition : Violaine Lochu

Une transcription traduite en arabe sera très prochainement disponible sur le site

Session 4 : Les petits papiers de l’État — une conférence de Fabien Jobard

[Paris • France]
L’État, dit-on, est le monopole de la violence. L’État, ce serait d’abord l’armée, la police, la prison. Mais à bien y regarder, l’État est surtout un édifice de papiers. Il tire sa légitimité d’une Constitution écrite, non plus d’un droit coutumier ou divin. Ce document, et les Sceaux qui l’attestent, sont précisément gardés par le même ministère que celui qui gère les peines et les prisons. L’État et ses agents disposent d’une autorité, d’une puissance qui est avant tout de papier. À partir d’une recherche que nous avons menée à Paris sur les contrôles d’identité, cet acte si particulier qui voit des agents dépositaires de l’autorité publique relever l’identité des individus à partir de leurs papiers, nous vous proposons d’éclairer la formation de l’État saisie dans l’histoire et la consistance des papiers qui font le lien entre les individus et la puissance publique. Avoir des papiers. Avoir ses papiers. Perdre ses papiers. Les présenter. Est-ce bien ainsi que l’on fait État ?

Enregistré à Bétonsalon le 8 février 2014 dans le cadre de l’exposition d’Éric Baudelaire, The Secession Sessions

Une transcription traduite en anglais et en arabe sera très prochainement disponible sur le site