▼ Mois
▼ Auteur-s
▼ Programme
 

[Les Lilas • France]

 

Près de 5 ans se sont écoulés depuis la première conversation publique d’Ismaïl Bahri à Khiasma. Des moments de partage de ses expériences, de ses doutes et tâtonnements, les premières versions de certaines pièces importantes; d’autres qui ne verront finalement jamais le jour. Tous ces instants fragiles ont contribué à faire des Lundis de Phantom un programme particulier. Depuis, le travail d’Ismaïl s’est déployé et a donné lieu à des expositions de la Biennale de Sharjah au Jeu de Paume entre autres pendant que le film Foyer, né de l’exposition « sommeils » à Khiasma faisait le tour du monde et récoltait de nombreux prix. Ce fût donc un plaisir particulier d’accueillir de nouveau Ismaïl Bahri en ouverture de la nouvelle année des Lundis de Phantom. Une nouvelle histoire commença, un fil de conversations jamais interrompu se poursuivit en prenant comme point de départ les possibilités d’une tempête.

 

« J’imagine une main immobile dans la tempête. De la poussière, de la brume, de la bruine. Une main qui résiste dans le vent. Le geste dont tu parles, ça suppose une main quand même… On aimerait que les éléments et phénomènes météos dessinent le geste par eux-mêmes. La main pourrait être le motif, mais le geste appartiendrait au milieu. »

Extrait d’une réponse de Simon Quéheillard à Ismaïl Bahri à propos d’un préparatif d’expériences dont ce Lundi de Phantom donnera à entrevoir les premiers développements.

Lundi de Phantom n°31 : Ismaïl Bahri (discussion)

[Les Lilas • France]

 

Près de 5 ans se sont écoulés depuis la première conversation publique d’Ismaïl Bahri à Khiasma. Des moments de partage de ses expériences, de ses doutes et tâtonnements, les premières versions de certaines pièces importantes; d’autres qui ne verront finalement jamais le jour. Tous ces instants fragiles ont contribué à faire des Lundis de Phantom un programme particulier. Depuis, le travail d’Ismaïl s’est déployé et a donné lieu à des expositions de la Biennale de Sharjah au Jeu de Paume entre autres pendant que le film Foyer, né de l’exposition « sommeils » à Khiasma faisait le tour du monde et récoltait de nombreux prix. Ce fût donc un plaisir particulier d’accueillir de nouveau Ismaïl Bahri en ouverture de la nouvelle année des Lundis de Phantom. Une nouvelle histoire commença, un fil de conversations jamais interrompu se poursuivit en prenant comme point de départ les possibilités d’une tempête.

 

« J’imagine une main immobile dans la tempête. De la poussière, de la brume, de la bruine. Une main qui résiste dans le vent. Le geste dont tu parles, ça suppose une main quand même… On aimerait que les éléments et phénomènes météos dessinent le geste par eux-mêmes. La main pourrait être le motif, mais le geste appartiendrait au milieu. »

Extrait d’une réponse de Simon Quéheillard à Ismaïl Bahri à propos d’un préparatif d’expériences dont ce Lundi de Phantom donnera à entrevoir les premiers développements.

[Les Lilas • France]

 

Quoi de mieux que les voyages dans la langue française du collectif Rester. Etranger. entre chansons inachevées et tutoriel pour voyageurs venus d’ailleurs comme ouverture pour le festival Relectures. Archipels de papier, journal de bord sans boussole et histoires plein les bouches s’installent pour une soirée à Khiasma. Viens. Venez !

 

Avec (ou sans) Barbara Manzetti, Hassan Abdallah, Hussein Abdallah, Abdelaziz Abdulkarim, Barbara Coffy, Audrey Gaisan Doncel, Omar Harouone Aboubakr, Hélène Iratchet, Abdellah Ismail, Michel Maurice Lode, Héloïse Pierre-Emmanuel, Masri Omar, Baris Yarsel, Chloé Schmidt, Bartolomeo Terrade, Eric Yvelin, et leurs invités. 

 

 

Il se trame entre nous une espèce de famille. Soudaine et irrégulière elle habite toutes les fractures ostensibles. Elle s’organise dans les transitions. Elle est transition. Elle est relais. Elle est mère. Elle est fils. Elle est Bonjour les amis. Elle résilie les chimères des identités assignées. Elle est pays. Rester. Étranger. Trouver dans la forme d’un livre l’hospitalité absolue dans la langue.

 

 

Venez. VENEZ                                                                                                                                                                 Restez. Étrangers                                                                                                                                                           Art. Viens.                                                                                                                                                                       Art. Va                                                                                                                                                                                 Au plus près.                                                                                                                                                                            Au loin.                                                                                                                                                                               Artiste. Viens

[ Tout-monde ]

 

2018 on joue partout ! Dans la rue, les places et les squares aux quatre coins du ça rit, ça chante et ça crie! Cabiria Chomel nous fait écouter ici des prises de son aux origines diverses qui s’entremêlent et qui créent un paysage mouvant où l’enfance donne le rythme. 

 

« Que l’espace du dehors soit celui du jeu, de l’enfant en transe et de ses règles éphémères. Que l’on passe de place en place comme une comptine te mène de mot en mot, c’est comme ça que l’envie est née. J’ai alors lancé un appel aux amis des ondes, à ceux qui ont toujours un enregistreur dans la poche pour rassembler ces sons d’enfants qui jouent dans l’espace public. J’ai reçu avec générosité de la délicatesse et de l’énergie brute, des instantanés, beaucoup de cris et de rires. Il a ensuite fallu tisser l’ensemble douce ment et soigneusement, pour que ces terrains de jeux aux quatre coins de la planète, entrent en résonance. »

 

Avec, par ordre d’apparition dans la pièce, les prises de son de : Marine Bestel [ Dyo • France] – Caroline Fontana et Hamedine Kane [ Jungle de Calais • France ] – Flavien Gillé [ Sal Rei • Cap-Vert ] – Corinne Dubien [ Athènes • Grèce ] – Cabiria Chomel [Molenbeek • Belgique] – Corinne Dubien [ Athènes • Grèce ] – Cyril Mossé [ Nzundu • République Démocratique du Congo ] Céline Della Savia [ Albi • France ] – Cyril Mossé [ Midyat • Turquie ] – Willem Sannen [ Schaerbeek • Belgique] – Felix Blume [ Tanger • Maroc ] – Felix Blume [ Diafarabe • Mali ] – Anna Raimondo [ Casablanca • Maroc ] – Flavien Gillé [ Istanbul • Turquie ] – Chloé Despax [ Toulouse • France ] – Felix Blume [ Malatya • Turquie ] – Cabiria Chomel [ Bruxelles • Belgique ]

Pièce de Cabiria Chomel pour le CD du quatrième numéro de la revue Jef Klak: "Ch'val de course" (toujours en librairie).
Montage : Cabiria Chomel
Mixage : Corinne Dubien
Merci à : Flavia Cahn, Livia Cahn, Lucas Le Bart, Aurélien Lebourg, Guillaume Abgrall, Marie-Noëlle Battaglia, Michelle Fikou, Emilie Mousset, Bastien Hidalgo Ruiz et Roxane Brunet.

Rencontre avec le collectif « A Constructed World »

[Pantin • France]

 

Rencontre avec le collectif d’artistes A Constructed World

 

Connexion bruyante est un projet proposé par l’artiste Hélène Deléan. Cette plateforme radiophonique réunit des communautés d’adolescents qui vont à la rencontre d’acteurs de la vie politique et culturelle contemporaine.

 

Ce programme vise à soulever des enjeux d’appropriation citoyenne des outils numériques comme levier d’émancipation et d’accès à des pratiques artistiques. Il s’inscrit dans le cadre de la convention “Culture et société’’ du Département de la Seine-Saint-Denis.

 

Projet réalisé avec la classe de 4e5 du collège Jacques Prévert de Noisy-le-Sec dans le cadre du dispositif “La Culture et l’art au Collège’’ du Département de la Seine-Saint Denis et avec les adolescents de l’atelier I-LOL-ART.

Quelques années après le désastre nucléaire à Fukushima, une nouvelle île émergeait au large de l’archipel d’Ogasawara, dans le Sud pacifique. Capté entre les îles isolées d’Ogasawara et les champs contaminés de Fukushima, The Voyage Out dresse des ponts spéculatifs entre ces mondes parallèles — un archipel mutant. 

 

“2023” est le troisième épisode de “The Voyage Out Radio Series: 2222 ∞ 2022” réalisé en collaboration avec Nuno da Luz avec la participation de Ayami Awazuhara et Hiroatsu Suzuki. Tendu entre les années 2023 et 2022, ce nouvel épisode interprète une conversation entre deux botanistes de l’archipel d’Ogasawara spéculant sur le futur écologique de la nouvelle île de Nishinoshima. Dans « 2023 », la préservation botanique rencontre des transplantations au sein d’un voyage inter-temporel, où des matériaux documentaires deviennent les sources d’un conte de science-fiction, raconté par des cyborgs fantomatiques hantant une boucle de passé, de présent et de futur.

 

 

2023, audio, 29:30, Ana Vaz & Nuno da Luz, 2018
produit par: Jeu de Paume Espace Virtuel pour l’exposition de Maria Ptqk « À propos du Chthulucène et de ses espèces camarades » en cooperation avec L'Espace Khiasma (www.khiasma.net) et la R22 Tout-Monde (www.r22.fr) dans le cadre de la résidence d'Ana Vaz au sein du programme Plateforme

Concert de Mohamed Bhar

[Les Lilas • France]

 

Alors qu’en janvier, le festival lilasien Cultures d’Hivers mettait la Tunisie à l’honneur,  le ciné-gouter mensuel de Khiasma a été l’occasion de projeter le court-métrage Les Souliers de l’Aïd (Sabbat el Aïd) d’Anis Lassoued et d’inviter le musicien Mohamed Bhar à venir jouer son répertoire engagé et plein de poésie.  

 

Né en 1957 à Ksour Essef, Mohamed Bhar est un auteur-compositeur-interprète tunisien. Il se produit seul, accompagné de son oud et dirige également la chorale de l’association Art et culture des deux rives.

Un concert de Mohamed Bhar.
Mixage : Esther Poryles.

Son sport en robe de chambre (Sport et réalité virtuelle)

[Paris • France]

 

Monsieur Y (prononcé ici « why ») est une personne très atypique, d’un genre assez nouveau et en devenir, car il s’adonne à divers sports mais uniquement en réalité virtuelle.

 

Dans cette narration spéculative, Laurent Bonnotte nous invite durant quelques minutes à nous pencher sur une manière très particulière de considérer les disciplines sportives mais aussi sur un rapport ambiguë entretenu avec les technologies numériques immersives et interactives. Bien que le personnage fictif ici soit un peu extrême, ses confusions ne sont-elles pas parfois partagées par un certain nombre de ses contemporains ?

Pièce réalisée par Laurent Bonnotte.

Politiques des représentations et des sensations sexuelles : épistémologie des porn studies

Un nouveau courant d’étude des représentations sexuelles – les porn studies – émerge dans les années 1980 entre la Grande-Bretagne et les États-Unis, sur les cendres encore chaudes des sex wars qui opposent mouvements anti-pornographie et mouvements anti-censure. Du nu artistique au spam porno, les porn studies prennent à bras-le-corps toutes les formes de représentation sexuelle, sans distinction moraliste ou élitiste. Sans se limiter à l’objet culturel « pornographie », elles renouvellent plus largement les approches féministes des dimensions sexuelles de la culture populaire, des technologies de communication et des industries culturelles et créatives. Nous reviendrons d’abord sur deux moments fondateurs des porn studies : la photographie de l’hystérie de Jean-Martin Charcot vue par Linda Williams et les photographies de nus noirs masculins de Robert Mapplethorpe vues par Kobena Mercer. La présentation de recherches contemporaines sur la pornographie en ligne nous permettra ensuite de comprendre comment les porn studies se déplacent aujourd’hui des enjeux de représentation vers les questions d’affect et de redistribution.

Directeur de l’ouvrage « Cultures pornographiques. Anthologie des porn studies » (Éditions Amsterdam, 2015), Florian Vörös enseigne la sociologie de la culture et de la communication et a réalisé une thèse sur les usages de la pornographie et les constructions de la masculinité à l’IRIS-EHESS.

Enregistré le 4 juin 2015 à l'École du Louvre.

Le paysage en Otomi avec Guadalupe

[Querétaro • Mexique]

 

les autres langues, les langues autres : d’autres sons, d’autres modulations de sens oщ se disent des parcelles de temps et d’espace

alors, prend forme ce qui existe dans un endroit du monde, un endroit oщ ces sons sont compris, sont encore un peu compris. lа, eux seuls permettent de dire sa position au monde, de la comprendre dans la mйmoire de ce qui a été transmis

dans ce deuxième post de « glossolalie/unventer », une des premières langues entendues, il y a quelques mois, au hasard d’une rencontre dans la rue а Malaka, en Malaisie : le baba nyonya, une langue de mélange. ce qui est totalement le signe de toute langue, et du projet « unventer », au croisement des langues

et deux autres langues rencontrées il y a quelques semaines, au Mexique, dans l’Etat de Querétaro, le triqui et le hñäñho. c’est en hñäñho que j’apprends а décrire ce que je vois, le cactus, les pierres, le ciel, la maison, que je fais mes premiers pas ainsi dans la langue, dans la sierra, en plein territoire hñäñho

 

ces fragments sont collectés depuis juillet 2017 dans le cadre du projet « glossolalie/unventer », inventaire-invention d’un chemin d’une langue à l’autre. tour du monde des langues mené par fréderic dumond au cours d’une traversée d’un mois en cargo, à partir du Havre vers Port Klang, en Malaisie, et de temps de présence à Jogyakarta et Jakarta (Indonésie), sur la côte du Coromandel, le long du golfe du Bengale, à Madras et Pondicherry (Inde), à Ha Noi et dans les montagnes du nord Vietnam à la frontière chinoise — dans le sud de l’Australie, à Melbourne — en Nouvelle-Calédonie sur la Grande Terre (à Nouméa) et à Port-Vila, sur l’île d’Efaté au Vanuatu — à Valparaiso et sur l’île de Pâques, à Querétaro (au Mexique), enfin sur l’île de Malte.

Enregistrements réalisés par Frédéric Dumond en 2017/2018.

[Querétaro • Mexique]

 

les autres langues, les langues autres : d’autres sons, d’autres modulations de sens oщ se disent des parcelles de temps et d’espace

alors, prend forme ce qui existe dans un endroit du monde, un endroit oщ ces sons sont compris, sont encore un peu compris. lа, eux seuls permettent de dire sa position au monde, de la comprendre dans la mйmoire de ce qui a été transmis

dans ce deuxième post de « glossolalie/unventer », une des premières langues entendues, il y a quelques mois, au hasard d’une rencontre dans la rue а Malaka, en Malaisie : le baba nyonya, une langue de mélange. ce qui est totalement le signe de toute langue, et du projet « unventer », au croisement des langues

et deux autres langues rencontrées il y a quelques semaines, au Mexique, dans l’Etat de Querétaro, le triqui et le hñäñho. c’est en hñäñho que j’apprends а décrire ce que je vois, le cactus, les pierres, le ciel, la maison, que je fais mes premiers pas ainsi dans la langue, dans la sierra, en plein territoire hñäñho

 

ces fragments sont collectés depuis juillet 2017 dans le cadre du projet « glossolalie/unventer », inventaire-invention d’un chemin d’une langue à l’autre. tour du monde des langues mené par fréderic dumond au cours d’une traversée d’un mois en cargo, à partir du Havre vers Port Klang, en Malaisie, et de temps de présence à Jogyakarta et Jakarta (Indonésie), sur la côte du Coromandel, le long du golfe du Bengale, à Madras et Pondicherry (Inde), à Ha Noi et dans les montagnes du nord Vietnam à la frontière chinoise — dans le sud de l’Australie, à Melbourne — en Nouvelle-Calédonie sur la Grande Terre (à Nouméa) et à Port-Vila, sur l’île d’Efaté au Vanuatu — à Valparaiso et sur l’île de Pâques, à Querétaro (au Mexique), enfin sur l’île de Malte.

Enregistrements réalisés par Frédéric Dumond en 2017/2018.

[Malaka • Malaisie]

 

les autres langues, les langues autres : d’autres sons, d’autres modulations de sens oщ se disent des parcelles de temps et d’espace

alors, prend forme ce qui existe dans un endroit du monde, un endroit oщ ces sons sont compris, sont encore un peu compris. lа, eux seuls permettent de dire sa position au monde, de la comprendre dans la mйmoire de ce qui a été transmis

dans ce deuxième post de « glossolalie/unventer », une des premières langues entendues, il y a quelques mois, au hasard d’une rencontre dans la rue а Malaka, en Malaisie : le baba nyonya, une langue de mélange. ce qui est totalement le signe de toute langue, et du projet « unventer », au croisement des langues

et deux autres langues rencontrées il y a quelques semaines, au Mexique, dans l’Etat de Querétaro, le triqui et le hñäñho. c’est en hñäñho que j’apprends а décrire ce que je vois, le cactus, les pierres, le ciel, la maison, que je fais mes premiers pas ainsi dans la langue, dans la sierra, en plein territoire hñäñho

 

ces fragments sont collectés depuis juillet 2017 dans le cadre du projet « glossolalie/unventer », inventaire-invention d’un chemin d’une langue à l’autre. tour du monde des langues mené par fréderic dumond au cours d’une traversée d’un mois en cargo, à partir du Havre vers Port Klang, en Malaisie, et de temps de présence à Jogyakarta et Jakarta (Indonésie), sur la côte du Coromandel, le long du golfe du Bengale, à Madras et Pondicherry (Inde), à Ha Noi et dans les montagnes du nord Vietnam à la frontière chinoise — dans le sud de l’Australie, à Melbourne — en Nouvelle-Calédonie sur la Grande Terre (à Nouméa) et à Port-Vila, sur l’île d’Efaté au Vanuatu — à Valparaiso et sur l’île de Pâques, à Querétaro (au Mexique), enfin sur l’île de Malte.

Enregistrements réalisés par Frédéric Dumond en 2017/2018.

Entretien avec Narimane Mari : Le fort des fous

[Paris • France]

 

Entretien de Marimane Mari, avec par Olivier Marboeuf, autour de son film Le fort des fous présenté dans le cadre des séances Phantom au MK2 Beaubourg.

 

« Au départ, des Archives des premières expéditions scientifiques coloniales et des campagnes d’apprivoisement menées par les colonisateurs français, l’histoire explore l’héritage du pouvoir et de la domination. Les reconstitutions, les improvisations et les entretiens réalisés avec les habitants d’Alger, Kythira Island et la communauté de Prosfygika à Athènes, réactivent les mémoires comme des stratégies de résistance. » 

 

Inscrits sur les scènes de l’art contemporain et du cinéma émergent, les films qui composent Les Séances Phantom bousculent le vocabulaire et déplacent les frontières du cinéma documentaire. Ce programme récurrent – au MK2 Beaubourg à Paris, à l’Espace Khiasma aux Lilas et dans des cinémas et lieux intermédiaire en région – est l’occasion de donner une visibilité, au-delà des festivals et des biennales, à ces nouvelles écritures qui placent la voix au cœur d’un cinéma de l’inconscient collectif. Chaque projection est suivie d’un échange avec les réalisateurs, modéré par Olivier Marboeuf.

 

 

 

Enregistrement : Guillaume Mahé
Montage et mixage : Esther Poryles

janvier 2018

Cabinet de curiosités

[Brest • France] 

 

Un jour de tempête, arpenter la ville, trouver refuge dans une petite librairie dont un membre de Jef Klak m’avait donnée l’adresse.
Refuge chaleureux, livres sens dessus dessous, des anciens surtout, de l’occasion.
On élabore le premier numéro, « Marabout », et je viens chercher des livres sur la magie.
Un habitué m’entend – Je connais quelqu’un que vous devriez rencontrer ; je lui téléphone, c’est bon, allez-y il vous attend.
Je griffonne une adresse.
Je traverse la ville, je sonne, mon enregistreur en main, le casque sur les oreilles
et je n’en crois pas mes yeux.

 

Rencontre à Brest avec Fanch Guillemin, magicien, illusionniste breton, et visite de son cabinet de curiosités magiques.

Pièce d' Aude Rabillon pour le CD du premier numéro de la revue Jef Klak : "Marabout" (toujours disponible en librairie)

Nous avons le couteau sur notre accent

[Aubervilliers • France]

 

Tu peux griller cette phrase. Tu peux la manger. Tu seras avec nous. Comme nous. Avec le FLE dans la bouche. Ce n’est pas la peine de l’avaler. On ne le digère jamais.  

 

Aux Laboratoires d’Aubervilliers, avec le formidable et merveilleux groupe du soutien scolaire de la boxe chez Boxing Beats, et avec Ariane Leblanc, Thimotée GMK, Sabrina Pennacchietti, Hussein Abdallah, Hassan Abdallah, Gérard Mayen.

Séquence 9 de l'antenne Rester. Etranger. Réalisé avec le soutien de la FNAGP (Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques), du Laboratoire d'Excellence des Arts et médiations humaines de l'Université Paris 8, de l’association PourLoger, de l'Espace Khiasma (Les Lilas), des Laboratoires d'Aubervilliers, de La Terrasse – espace d'art de Nanterre.

Evaluez votre dépendance

[Vaujours, Seine-St-Denis • France]

 

Pour bien commencer l’année, Jef Klak se penche sur l’addiction aux jeux d’argent.

Faites vos jeux!

Rien ne va plus!

 

« Je l’ai vue faire le mur. Non mais sérieux, le mur! Une adolescente! Elle attendait que mon père s’endorme, pour filer en douce… » Il existe des tests d’évaluation pour tenter de mesurer sa dépendance au jeu. Constitués d’une dizaine de questions, ils permettent de « savoir où vous en êtes avec les jeux de hasard et d’argent ». Anna n’est pas joueuse, mais elle se prête au jeu. Entretien à travers les méandres du jeu pathologique. 

 

Questionnaire d'Emmanuelle Tornero pour le CD du quatrième numéro de la revue Jef Klak: "Ch'val de course" (toujours disponible en librairie)
Pièce en compétition dans la catégorie Petites Ondes du Festival Longueur d'Ondes à Brest (http://longueur-ondes.fr)

[Paris • France]

 

A l’occasion du Black(s) to the Future – FESTIVAL #2, nous avons tenté d’explorer ce que peut bien vouloir dire, et sur quelle(s) base(s), aujourd’hui en France et à Paris, « faire communauté ». 

 

Génération née de l’utopie « BLACK BLANC BEUR », une figure et un espace se sont alors dessinés, celles du lascar et de la jungle. « Urbaine ou primaire, zone de rejet et fantastique canopée, la jungle est un espace à partir duquel le statut de l’homme et ses modes d’existences sont invariablement remis en cause : figure sauvage ou conquérante, migrant ou résident, avatar marginal… Le lascar serait lors de ceux qui ont traversé la mer pour n’échouer aujourd’hui qu’en un sens bruyamment péjoratif. Mais si nous lui redonnions la valeur de sa propre définition – soldat, mercenaire, matelot, tapageur… -, ne retrouverait-il pas la capacité d’évoluer et de façonner un domaine qui fut toujours et d’instinct, le sien ? »

avec : Nadia Yala Kisukidi, Olivier Marboeuf + Nadir Khanfour // blackstothefuture.com

44:44 PROJECT [carte blanche à MDBRKN part.1]

 

Cette première carte blanche sur l’antenne

Sept est l’occasion de donner la parole

à l’artiste MDBRKN (Paju, Corée du Sud).

Une exploration du passé, du présent

et du future, à travers la publications de

plusieurs pièces sonores et mixes.

Pour cette première partie, retour sur

le projet 44:44, co-réalisé avec l’artiste

MLCYBABY, et qui avait donné lieu à

une exposition en juillet 2017 dans la

galerie séoulite Archive Bomm.

MDBRKN avait alors réalisé une pièce

sonore de 44 minutes et 44 secondes,

bande son de l’exposition.

 

44:44

 

tétraphobie: aversion ou peur du nombre quatre

 

Depuis l’hiver 2016, MDBRKN et MCLYBABY

ont imaginé dans un aller-retour d’idées la

synthèse et la traduction physique de

plusieurs états émotionnels (anxiété,

dépression, ennui, humiliation, etc.) en

un lieu. les stigmates prennent forme:

éclats de miroir, brindilles, eau de pluie, 

vagues, chantiers de constructions,

ruines…

Un son sans forme propre emplit l’espace

pendant 44 minutes et 44 secondes,

associé à des fragments d’images

répétés. Les sons et les images

combinées convoquent et disposent les

sentiments à nu sur le sol.

 

« Sick of the relentless ennui, she questions

if she is human at all. She quit cussing like

she used to when she‘s exhausted;

it’s empty nowAfter crawling through

a narrow and filthy alley, she finds her

4x4m size room just to fall asleep.

She lost sense of either she is having

a nightmare or standing on her legs in

reality with this intense headache.

Digital clock at the wall reads AM 4:44; 

she looks into the mirror – Is it a ghost or

a mirror? »

crédits sonores : MDBRKN
crédits visuels : MLCYBABY
Sept sur Facebook : @septradio

[France]

 

Mai 2015 — Pour une fois, la Radio Cousue Main n’était pas à la radio mais sur un CD, dans une revue. Pour l’occasion, elle eu la chance de jouer dans un grand studio avec trois micros ; mais fidèles à ses contraintes de jeu, elle a enregistré en une seule prise, dans les conditions du direct et selon un dispositif simple inspiré des débuts de la radio. 

 

Dans les journaux, imprimés ou audiovisuels, sur Internet, on a beaucoup parlé du conflit des Lejaby, en 2012, alors que l’élection présidentielle approchait. Témoignages d’ouvrières, récits journalistiques, justifications économiques, revendications sociales, avis d’experts, discours politiques, comptes-rendus plus ou moins « objectifs » : tous ces mots (et rien que ces mots) récoltés sur Internet ont été agencés dans une partition textuelle pour réactiver « le combat des Lejaby ». Cette partition a servi de base à une improvisation collective de la Radio Cousue Main (voir la partition).

Impro collective sur une trame composée de textes sur les conflits des Lejaby (en particulier pendant l'année 2012) par la Radio Cousue Main, pour le CD du deuxième numéro de la revue Jef Klak : "Bout d'ficelle" (toujours disponible en librairie)

[Tout-monde]

il y a une voix, il y a une autre voix, il y a une voix, une autre encore
de jour en jour, il y a des voix, des voix qui
dans des langues autres
des langues parlées sur de minuscules territoires
des îles, des vallées, des hauts-plateaux
ce sont des voix qui ne sont pas d’un pays
sont au-delà  d’un pays, à une autre échelle
ce sont des voix qu’on n’entend que si l’on est de la même famille, du même clan, de la même tribu, que si on est amis…
ce sont parfois des voix qui peinent, qui peinent à dire, parce qu’elles ne sont plus beaucoup dans cette langue-là , elles peuvent chercher les mots, elles peuvent mêler plusieurs langues, puisqu’elles s ‘adressent à quelqu’un qui ne comprend pas ce qui est dit (sur le moment)
et parler à quelqu’un qu’on ne comprend pas est une chose complexe, est-ce que c’est parler ? et de quelle manière cela parle ?
chacune est un mode d’être dans l’espace sonore singulier du sens, une autre manière de le chanter
chacune est une infinie variété de sons qui modulent le monde, le transforment en unités de signification
ce sont les voix d’une parcelle intime du monde, quand la langue est une racine, une source qui lie l’être au monde
le son de ces langues est le son humain des lieux où elles sont parlées depuis longtemps, ce sont les sons nés des liens entre les hommes et la terre 

ce ne sont pas des langues de la volontée de puissance, ce sont des langues de l’alliance


ces fragments sont collectés depuis juillet 2017 dans le cadre du projet « glossolalie/unventer », inventaire-invention d’un chemin d’une langue à l’autre. tour du monde des langues mené par fréderic dumond au cours d’une traversée d’un mois en cargo, à partir du Havre vers Port Klang, en Malaisie, et de temps de présence à Jogyakarta et Jakarta (Indonésie), sur la côte du Coromandel, le long du golfe du Bengale, à Madras et Pondicherry (Inde), à Ha Noi et dans les montagnes du nord Vietnam à la frontière chinoise — dans le sud de l’Australie, à Melbourne — en Nouvelle-Calédonie sur la Grande Terre (à Nouméa) et à Port-Vila, sur l’île d’Efaté au Vanuatu — à Valparaiso et sur l’île de Pâques, à Querétaro (au Mexique), enfin sur l’île de Malte.

Enregistrements réalisés par Frédéric Dumond en 2017.

↓   Suivants   ↓